Festivités du 14 Juillet : Alexis Villey, roi du mât incliné...

Le public est venu en très grand nombre pour assister aux différentes épreuves proposées à l’occasion des festivités du 14 Juillet.
Du mât de cocagne, en passant par le baptême des tropiques et le fameux mât incliné, il y avait foule dans la vieille ville.
C’est sans nul doute le mât incliné,  l’épreuve phare de la journée, qui aura rassemblé autour de l’avant-port le plus de monde. Après plusieurs passages, Alexis Villey décroche, des lauriers, mais surtout le drapeau tricolore signe de victoire. Alexis inscrit donc son nom à cette épreuve mythique honfleuraise, devant Quentin Lebertier qui remporte pourtant le premier laurier. Bravo à tous les participants... 

Crédit Photos : rédaction honfleur-infos.com                                                                       14/07/2017


Cérémonies commémoratives du 14 Juillet...

Cela fait maintenant plus de 200 ans que les français commémorent la prise de la Bastille mettant fin ainsi à la monarchie absolue et célébrant également la constitution de 1789.
Depuis, chaque 14 Juillet, dans chaque ville de France c’est le même rituel : recueillement aux monument aux morts, défilé dans les rues et feux d’artifice. Cette année encore, la ville de Honfleur n’a pas failli à la règle. Dès 10h00 ; le corps des sapeurs-pompiers du centre de secours de Honfleur, prenait position Place Saint-Léonard précédant les autorités municipales ainsi qu’un détachement du navire de guerre «  Vulcain » en escale à Honfleur, sa ville marraine et la police nationale....
Après les sonneries d’usage, l’hymne nationale, avait lieu le lâcher de pigeons, symbole d’espoir et de paix dans le monde. Puis ce fut au tour des jeunes sapeurs-pompiers de Honfleur de faire une démonstration de leur savoir-faire devant le parvis de l’Hôtel de Ville. Un verre de l’amitié offert par la municipalité devait ponctuer les cérémonies commémoratives. Place maintenant aux traditionnels jeux du 14 Juillet...

D'autres photos sur notre page Facebook

                                                                                                                                             14/07/2017


Honfleur : Inauguration de la plage du Butin...

Ce mercredi midi avait lieu une cérémonie fort sympathique : l’inauguration de la plage de Honfleur. Une cérémonie qui lance, comme chaque année, la saison touristique, même si celle-ci a déjà pris un peu d’avance, et qui permet à la municipalité de rappeler que pour la 8ème année consécutive, la plage de Honfleur a obtenu le Pavillon Bleu.
Par ailleurs, la municipalité rappelle que des efforts importants ont été consenti afin de garder ce pavillon bleu, gage de qualité, notamment en ce qui concerne l’assainissement, l’aménagement d’une terrasse sur le bungalow des sauveteurs, et l’aménagement des sanitaires.
Pour surveiller cette plage, de plus en plus fréquentée, la ville de Honfleur a embauché 6 sauveteurs pour les deux mois d’été offrant ainsi une surveillance 7 jours sur 7 de 10h30 à 19h00.
Par ailleurs, l’école de voile, installée près du poste de secours, pourra proposer des stages d’initiation comme l’an dernier.
Des cabines de plages gratuites sont également à disposition du public en demandant tout simplement la clé aux sauveteurs. D’autre part, un nettoyage de la plage est organisé par les services techniques de la ville les lundis, mercredis et vendredis pendant les deux mois d’été.
Point important soulevé par la municipalité ainsi que par les membres de la SNSM, la dangerosité de la digue du Ratier. En effet il est important de rappeler que les courants à cet endroit sont terriblement dangereux. Malgré les panneaux de signalisation, des personnes imprudentes ce risque à aller sur cette digue mettant du même coup en périls la vie des sauveteurs.
Alors soyez prudent et surtout passer de bonnes vacances...

12/07/2017


Rythmes scolaires : les élus d’Ablon et de Genneville très en colère...

Après la parution au journal officiel d’autoriser les communes à revenir sur la semaine scolaire de 4 jours, les conseils municipaux d’Ablon et de Genneville ont formulé une demande auprès du Directeur d’Académie. Ils viennent de recevoir la réponse et le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne va pas dans le sens voulu par les élus ni même dans le sens des parents d’élèves qui souhaitaient un retour à la semaine de 4 jours. «  Le 6 Juin dernier nous avons eu un conseil d’école et les parents se sont prononcés favorablement pour un retour à la semaine de 4 jours. » indique le maire d’Ablon Xavier Canu avant de poursuivre : « Nous ne pouvions pas à ce moment leur donner de réponse car nous n’avions aucune information...  Le 12 Juin le conseil municipal d’Ablon donnait un avis favorable à un retour à la semaine de 4 jours. Le 13 Juin, le conseil municipal de Genneville prenait la même décision. Rappelons que nos deux communes bénéficient d’un RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal)… »

De son côté Moïse Andrieu, le maire de Genneville indique : « Le 29 Juin  le décret parait au journal officiel, nous avons aussitôt adressé un mail au directeur d’académie pour lui indiquer notre volonté de revenir sur la semaine de 4 jours.   Aujourd’hui on nous dit que ce n’est pas possible, car nous n’avons pas eu de conseil d’école et qu’il était trop tard, alors que nous remplissons toutes les conditions pour un retour à la semaine de 4 jours.... »
C’est en effet, le vendredi 7 Juillet à 15h28, soit 18 minutes avant les vacances, que les maires ont reçu le mail du Directeur d’Académie motivant sa décision de la façon suivante : "Après étude de votre demande, il ressort que le conseil d’école ne s’est pas prononcé pour un retour à la semaine de 4 jours..."

Grosse colère de la part des élus qui soulignent ne pas avoir été informé de cette disposition, mais que les enseignantes devaient forcément être au courant de cette disposition et qu'elles n’ont pas prévenu les élus.  « Pourquoi les enseignantes ne se sont-elles pas manifestées ?  Sans doute par souci d'un confort personnel », déclare l’un des élus présents à la conférence de presse...
Autre motif apporté par le directeur d’académie : le transport scolaire. Là aussi les élus voient rouge puisque rien ne change dans l’organisation du transport scolaire...

Autant d’arguments non recevables de la part des deux collectivités qu’elles souhaitent absolument dénoncer.

Les deux communes – Ablon et Genneville -  ont donc décidé de réagir en mobilisant d’une part les parents d’élèves et, d’autre part, en menaçant de déclasser le Regroupement Pédagogique Intercommunal. Une pétition sera organisée dans les prochains jours puis envoyée au directeur d’académie qui, aux yeux des élus locaux, vient de refermer une porte que le Premier Ministre, Édouard Philippe, avait ouverte en publiant un décret offrant la possibilité aux collectivités de revenir à la semaine de 4 jours...

 

Jean Louis Garros                                                                                                              10/07/2017


Peut-être un nouveau terrain pour accueillir les gens du voyage...

L'ancien site "Des Pétroles Miroline"
L'ancien site "Des Pétroles Miroline"

Mis devant le fait accompli par un arrêté préfectoral, la commune de Gonneville-sur-Honfleur ne décolère plus car elle doit accueillir jusqu’au 1er Octobre, les gens du voyage, sur un terrain aménagé par la CCPHB. Une situation que dénoncent les élus Gonnevillais qui se sont mobilisés pour trouver et proposer à la Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville, qui en a la compétence, un nouveau terrain de grand passage.
Lors du dernier conseil municipal, le maire de Gonneville-sur-Honfleur, Dominique Le Sauvage,  excédé par cette décision préfectorale était monté au créneau déclarant : « Je trouve extraordinaire de proposer un terrain sur notre commune alors que ce terrain avait, il y a un an, été jugé, dangereux.... Pendant 5 ans nous avons proposé des terrains à la CCPH qui ne les a jamais retenus pour des raisons X ou Y. Aujourd’hui nous avons enfin trouvé un nouveau terrain près de Honfleur et ce sera à la CCPHB de le valider. Nous ne voulons plus que les terrains de notre commune deviennent le lieu de repli pour les gens du voyage.  Aujourd’hui je le dis, stop...ça suffit... ! »
Ce terrain de grand passage, les élus Gonnevillais l’ont trouvé à Honfleur sur l’ancien site pétrolier de la société Miroline au pied du pont de Normandie.
Un dépôt de carburant construit en 1938 puis démantelé en 2012 après la fermeture du site en 2005. Un dépôt qui à l’époque de sa grande gloire pouvait recevoir jusqu’à 720 000 m3 de fioul domestique répartis dans les 28 cuves que possédait la société « Des Pétroles Miroline ». C’est donc en 2005 que le dépôt a définitivement fermé ses portes démarrant aussitôt des travaux de dépollution. Aujourd’hui il semblerait que certaines zones restent polluer mais, selon les élus Gonnevillais, les 4 hectares requis pour accueillir la communauté des gens du voyage seraient propres.
La balle est donc aujourd’hui dans le camp du Président de la Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville, Michel Lamarre qui devra très rapidement donner une réponse aux élus Gonnevillais puisqu’il semblerait que le terrain réquisitionné par la préfecture et aménagé par la CCPHB ne conviendrait pas aux gens du voyage...

A suivre...

JLGarros                                                                                                                            09/07/2017


Manifestation contre le tirage au sort dans l’enseignement supérieur...

Le collectif des enseignants et personnels éducatifs du lycée Albert Sorel ont une nouvelle fois manifesté devant les grilles du lycée contre la « Politique du hasard » dans l’enseignement supérieur. Enseignants et parents d ‘élèves se sont retrouvés afin de crier haut et fort leur mécontentement devant cette injustice scolaire que représente le tirage au sort..
« Le 12 juin dernier, nous n’avons eu de cesse d’alerter les autorités publiques de grave injustice. » Souligne Nicolas Pubreuil enseignant mais également adjoint-au maire à la ville de Honfleur, avant de poursuivre : « Nous avons saisi le Recteur-Chancelier des universités de l’académie de Caen qui nous a renvoyés à l’Université, laquelle affirme qu’elle ne peut inscrire un étudiant en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) si APB (Admission Post Bac) n’a pas été validée, lequel APB est gérée par le ministère de l’Enseignement Supérieur....dont le représentant est le Recteur-Chancelier. La boucle est bouclée et la situation est bloquée.... »
Face à cette situation et surtout face à cette injustice que représente « le tirage au sort » le collectif a demandé à la Ministre de trouver rapidement une solution pour les quatre élèves du lycée Albert Sorel et les membres du collectif d’indiquer : «  notre action ne prendra fin que lorsque chaque candidat obtiendra la place qui lui revient de droit. Nous lutterons pour que soient respectées les valeurs républicaines du travail, du mérite, de l’égalité. Nous ne laisserons pas les algorithmes et le hasard décider du destin de nos élèves. »
Même le Premier Ministre Édouard Philippe fustige ce système de sélection déclarant, le mardi 4 juillet, lors de son discours de politique générale devant les parlementaires : « C’est un scandale absolu...  Des bacheliers, y compris les plus méritants, se retrouvent exclus par le tirage au sort des filières universitaires qu’ils ont choisies ! Où est l’égalité ? Où est le mérite ? Où est la République ? Nous ne pouvons plus l’accepter ». Une déclaration qui pourrait peut-être donner un peu d’espoir aux élèves honfleurais.

JLG                                                                                                                                    06/07/2017


Un radar pédagogique pour la commune de Gonneville-sur-Honfleur...

Le conseil municipal de Gonneville-sur-Honfleur s’est réuni ce mardi soir sous l’autorité du maire, Dominique Le Sauvage. Différents dossiers étaient inscrits à l’ordre du jour dont celui concernant la sécurité des usagers dans le quartier de Prêtreville. En effet depuis plusieurs années les élus ont constaté des vitesses excessives dans différents endroits de la commune et notamment dans la grande ligne droite du quartier de Prêtreville. Pour lutter contre ce fléau, les élus ont décidé de faire installer deux radars pédagogiques pour un montant total de 7 408 euros.

Terrain de boules
Les élus l’avaient décidé lors du dernier conseil municipal, ils l’ont fait... ! La commune possède désormais un nouveau terrain de boules. Même si l’endroit choisi en commission ne semble pas satisfaire tout le monde, il apparaît néanmoins que la municipalité souhaite l’incorporer dans un projet de centre-bourg. La haie, par exemple, longeant ce nouveau terrain de boules pourrait-être modifiée ainsi que le dépôt d’apport volontaire du tri sélectif qui pourrait être légèrement déplacé afin d’aménager un espace détente beaucoup plus important et donnant directement sur la place de la mairie.

Gens du voyage
Si la séance publique du conseil municipal s’est déroulée, comme bien souvent dans une très bonne ambiance, le sujet concernant la réquisition du terrain du Chênard pour accueillir les gens du voyage a fait sortir de ses gongs le maire de la commune. « Je trouve extraordinaire de proposer un terrain sur notre commune alors que ce terrain avait été jugé, il y a un an, dangereux au niveau sécurité compte tenu de la proximité de l’autoroute... «  souligne le maire avant de poursuivre : « Pendant 5 ans nous avons proposé des terrains à la CCPH et ils n’ont jamais été retenus pour des raisons X ou Y. Ce que nous savons aujourd’hui c’est que ce terrain du « Chênard » appartient à la SAPN qui ne le vendra jamais car la société d’autoroute souhaite y faire un échangeur. Aujourd’hui nous avons enfin trouvé un nouveau terrain près de Honfleur et ce sera à la CCPHB de le valider. Nous ne voulons plus que les terrains de notre commune deviennent le lieu de repli pour les gens du voyage. Nous avons déjà perdu 330 hectares en 1978, aujourd’hui je dis, stop...ça suffit... ! » Le terrain du Chênard est donc réquisitionné par la préfecture (voir Honfleur Infos du 22 Juin 2017) jusqu’au 1er Octobre 2017. Après, charge à la CCPHB de trouver un terrain de grand passage pour au moins 200 caravanes...

Inventaires scientifiques
Dans le cadre de prospection et d’inventaires scientifiques, des agents de l’antenne normande du Conservatoire botanique, ont par arrêté de la préfecture, autorité pour pénétrer sur les propriétés des communes du Calvados. A ce titre, le maire de la commune, Dominique Le Sauvage, souligne qu’il s’agit d’une décision préfectorale mais demande à ses administrés de rester vigilants. Les agents du Conservatoire devront être munis d’une carte officielle et au moins se présenter auprès des propriétaires.  Contacté par le journal « Honfleur –Infos » la responsable régionale du Conservatoire botanique, Catherine Zambettatis, indique que les agents de l’antenne normande auront surtout pour mission de répertorier la végétation dans les chemins communaux et talus, sans pour autant entrer dans les propriétés dont la végétation n’apporte pas d’intérêt scientifique. Néanmoins les agents seront munis du fameux décret afin d’éviter tout ambiguïté.

Divers
Dans le cadre des activités du CCAS, le conseil municipal avait à se prononcer pour l’adjonction de l’action sociale dans la régie de recettes de la commune. Les élus ont voté pour, majoritairement.
Afin de lutter contre les chats errants et après avoir pris un arrêté  pour lutter contre les chiens en divagation, le maire informe le conseil qu’il ajoutera dans l’arrêté des chiens errants, les chats qui prolifèrent de plus en plus dans la commune.
Enfin pour conclure, le maire indique que le ramassage des encombrants aura lieu le 13 Septembre et que le repas des anciens aura lieu le 8 Octobre. Les élus sont à la recherche de la meilleure des formules pour satisfaire les aînés lors de ce repas qui se veut convivial....

JLG                                                                                                                                 05/07/2017


Un bateau de pêche anglais arraisonné au large de la Baie de Seine...

Image d'archives
Image d'archives

Alors que le Royaume-Uni  vient d’annoncer qu’il souhaitait se retirer de la Convention de Londres sur la pêche, signée en 1964, afin de contrôler les droits de pêche près de ses côtes, les marins-pêcheurs normands viennent de prendre en flagrant délit un bateau de pêche anglais en train de pêcher de la coquille Saint-Jacques dans les eaux françaises, à seulement 12 miles nautiques de nos côtes.
Une situation intolérable pour les marins-pêcheurs normands qui sont, eux, dans l’obligation de respecter la réglementation en vigueur sous peine de perdre leur licence de pêche ou de s’exposer à de fortes amendes.
Selon nos informations, les marins pêcheurs normands ont aperçu le coquillard anglais alors qu'il pêchait de la coquille Saint-Jacques. Ils ont aussitôt alerté le Comité Régional des Pêches qui, à son tour, a alerté les autorités.

Dimanche soir, le bateau de pêche britannique a été arraisonné par la vedette de la gendarmerie maritime avant d’être dérouté sur Le Havre. Une fois à port, la pêche a été saisie, le Capitaine a payé une amende avant de reprendre la mer pour rentrer en Angleterre.
Réunis à Londres, les membres du comité régional des pêches Normand ont décidé de porter l’affaire devant les autorités maritimes...

JLG                                                                                                                                      04/07/2017


Gonneville-sur-Honfleur opte pour la semaine scolaire des 4 jours...

Le conseil municipal de Gonneville-sur-Honfleur s’est réuni lundi soir en séance extraordinaire afin de délibérer pour ou contre un retour à la semaine scolaire de 4 jours.
Le 27 Juin dernier, le ministère de l’éducation nationale a publié un décret relatif aux dérogations concernant l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques. Les élus avaient jusqu’à 5 Juillet pour apporter une réponse au directeur d’académie qui prendra ensuite la décision d’autoriser ou pas une nouvelle organisation pour la rentrée 2017/2018. C’est pour cette raison que le maire de la commune a convoqué en urgence son conseil. Toutefois avant de prendre une décision, un conseil de classe a été organisé afin de connaître la position des parents et des enseignants. Après un large tour de table, le souhait du conseil de classe était de rétablir la semaine de 4 jours. Après lecture du compte-rendu du conseil de classe, les élus ont donc voté pour un retour à la semaine de 4 jours.
Périscolaire
Quid cependant des activités périscolaires mais également du personnel qui avait été spécialement embauché pour ces activités. L’adjointe au maire en charge du dossier, Mme Muriel Mulot, explique que depuis la rentrée 2014, la commune assure les Temps d’Activités Périscolaire ( TAP) et que pour la première année le "TAP" était réparti sur 4 jours à raison de ¾ d’heures les lundi, mardi jeudi et vendredi. Une dérogation avait été accordée pour la rentrée 2015 avec une nouvelle répartition des TAP de 3 fois une heure afin d’assurer de meilleures conditions de travail pour les intervenants. En 2015 des intervenants bénévoles ont été recrutés pour animer des ateliers complétés par 3 personnels communaux. Seulement voilà, malgré la bonne volonté de la commune pour mettre en application les directives de l’éducation nationale, il s’avère que les dispositions prises 2015 pénalisent fortement le budget communal. Que des bénévoles ne souhaitent pas renouveler leurs interventions et que, plus grave encore, les parents ont constaté une fatigue plus importante chez les enfants. Face à cette situation, la commune formule le vœu de revenir à la semaine de 4 Jours dès la rentrée prochaine. Muriel Mulot souligne par ailleurs qu’une garderie sera mise en place de 7h30 à 9h00 et le soir de 16h30 à 18h30 dans les conditions prévues par le conseil municipal.
Le conseil municipal, les parents d’élèves ainsi que les enseignants attendent maintenant la décision du directeur d’académie pour savoir si les élèves de Gonneville-sur-Honfleur pourront bénéficier de la semaine scolaire de 4 jours. 

JLG                                                                                                                                     04/07/2017


70 exposants pour la cinquième édition du salon du livre de Honfleur...

Il y avait foule ce dimanche dans le grand grenier à sel de Honfleur pour rencontrer les auteurs et éditeurs du cinquième salon du livre organisé conjointement par l’association « Les Racines de Honfleur «  et le «  Service culturel » de la ville.
Outre des auteurs connus dans la région comme notre correspondante, Pauline Brehat, Guillaume Delange ou encore Danielle Lelièvre, Jacques Viquesnel, François Louchet, notre dessinateur, Bastien Loukia... Des auteurs venus de l’extérieur sont également venus présenter leurs ouvrages, comme Isabelle Mergault, la marraine de l’édition 2017, le chanteur, Marcel Amont, qui a eu l’immense plaisir de retrouver son ami, le musicien Gérard Poncet avec qui il a fait quelques concerts, les membres de l’Académie Alphonse Allais, les éditions de « La Lieutenance » ou encore cette jeune maison d’édition « Kiro » crée par Xavier Rosé responsable de l’imprimerie Marie....
En plus de la rencontre avec les auteurs, le public a pu assister puis participer à l’art de la typographique, grâce notamment à L’atelier « Typographique de Groutel »
Un salon du livre riche où le maitre-mot «  littérature » a su prendre tout son sens.

D'autres photos sur notre page Facebook.

JLG                                                                                                                                      02/07/2017


La ville de Honfleur dépose sa marque...

Selon Michel Lamarre, le maire de Honfleur, la ville ne tirerait pas avantage de ses atouts et de son potentiel. Aussi a-t-il demandé, il y a quelques mois, à Sylvain Lecoq, chef d’entreprise siégeant à la commission tourisme de la CCI Seine Estuaire et aux étudiants de dernière année de l’école de Management du Havre, de réaliser une étude visant à augmenter le potentiel de la ville et son attractivité. Mardi soir, à l’occasion de la séance publique du conseil municipal, Sylvain Lecoq a présenté les grandes lignes de cette étude. La première chose qui en ressort est le manque d’identité de la ville à l’échelle internationale voire même hexagonale. Contrairement à d’autres villes, Honfleur est considérée comme une belle ville de passage sans véritables enjeux alors que se profile à l’horizon un contexte économique important avec l’arrivée du Village des Marques ou le développement des croisiéristes....Mettre en avant les atouts de Honfleur voilà l’objectif que vise cette étude. Pour cela, la cité des peintres va donc déposer sa marque sous le label «  Honfleur l’Authentique ». A travers cette « marque » Honfleur devra mettre en avant son patrimoine, unique dans la région, son histoire avec ses découvreurs et ses explorateurs, que sont Samuel de Champlain, Binot Paulmier de Gonneville, Hamelin, sa lumière avec ses peintres impressionnistes, son identité religieuse.... Honfleur devra également s’adapter au monde moderne et proposer des lieux de rencontre, organiser des congrès....Une étude qui trace les grandes lignes de ce que pourrait être Honfleur demain tout en gardant son identité et son esprit de village normand.

Tarifs de stationnement
Comme prévu lors des dernières délibérations, le conseil municipal vient d’étendre la zone payante de stationnement à la rue Haute.  Ainsi, si l’usager ne possède pas de vignette annuelle, il lui en coûtera : 1€ la ½ heure, 2€ l’heure, 4€ pour 2 heures, 6€ pour 3 heures, 8€ pour 4 heures et 10€ pour le forfait à la journée.
Par ailleurs, suite  à la nouvelle loi de dépénalisation pour le non-paiement des amendes pour stationnement et le remplacement du timbre-amende qui était de 17€ allant directement dans les caisses de l’Etat par une redevance, la ville de Honfleur vient d’adopter le principe de cette redevance qui reviendra intégralement à la ville et en a fixé le montant à 30€ en cas d’absence de paiement plus 20 € en cas de dépassement d’horaire au-delà de 12h de stationnement... A ce propos, le maire souligne qu’une tolérance sera appliquée afin de ne pas faire fuir les touristes, sauf pour les stationnements gênants ou dangereux.

Équipement pour le grenier à sel
Voilà une décision qui devrait faire plaisir aux utilisateurs des greniers à sel. La ville vient en effet d’établir un dossier de demande de subvention pour l’achat de matériel sonore et d’une scène afin d’offrir des prestations de qualité supérieure lors des évènements qui ont lieu dans les greniers à sel. Ce projet est estimé à plus de 15 000 euros. Nathalie Oléon Papin, première-adjointe au maire a rappelé que 71 événements nécessitant une installation scénique avec son et lumières avaient été accueillis en 2016.

Supérette sur le plateau
Suite à quelques recours, le programme d’aménagement du lotissement des Hauts Bords a dû être modifié. L’aménageur a déposé un permis modificatif divisant par deux le lot prévu pour l’implantation d’une supérette. La seconde partie du lot sera dévolue à la réalisation de logements libres et sociaux. Le commerce qui pourrait s’installer dans le lotissement des Hauts Bords devrait donc avoir une superficie de moins 800 m2 au lieu des 1 000 m2 prévus à l’origine...

JLG                                                                                                                                   28/06/2017


Cabinet de radiologie : les Docteurs Brisson et Mattiussi répondent au docteur Somon...

A la suite de notre article du 22 Mai dernier concernant le cabinet de Radiologie à Honfleur,sous le titre " Le cabinet de radiologie est-il menacé de disparition ? " le docteur Somon radiologue avait réagi le 26 Mai en envoyant une lettre à notre rédaction. Une lettre que nous avons aussitôt publiée. Ce courrier a fait réagir les Docteurs Brisson et Mattiussi qui souhaitent aujourd'hui user leur droit de réponse.

" Réponse au courrier du  Docteur SOMON, concernant l’avenir de l’imagerie médicale sur Honfleur. Le dossier « imagerie médicale » est un sujet complexe.
- Les jeunes radiologues privilégient l’imagerie en coupes (Scanner et IRM). L’IRM a la grande qualité de moins irradier le patient ;   elle est l’imagerie de l’avenir.  La radiologie standard sera obsolète dans quelques années.
- Les investissements financiers sont de plus en plus lourds, et la tarification des actes d’imagerie imposée par les pouvoirs publics est en forte baisse ces dernières années, les radiologues ne pouvant plus respecter leur tableau d’amortissement. Dans ce contexte, les jeunes radiologues sont de moins en moins motivés à  investir.
- La mise aux normes des locaux, de plus en plus exigeante,  implique de lourds investissements.
- Les "politiques" veulent développer la « télé imagerie », avec des radiologues virtuels loin  de l’humanisme que nous avons toujours voulu maintenir et développer à Honfleur.
Notre souhait, au centre d’imagerie d’Honfleur,  est de maintenir une offre de proximité de qualité pour la population.
Nous n’oublions pas la problématique de transports des patients qui ne bénéficient pas tous de moyens de locomotion, et qui ne peuvent pas avoir de transport en ambulance pris en charge depuis la réforme récente du ministère de la santé.
Nous défendons depuis plusieurs mois, avec des jeunes radiologues prêts à investir, un projet d’un nouveau cabinet avec IRM financée par les radiologues libéraux,  à  Honfleur, et en partenariat avec le pôle de santé de la Côte Fleurie où un scanner est installé.  Nous avons le soutien pour ce projet des autres médecins libéraux, de l’hôpital, du maire de Honfleur Michel Lamarre, et de Madame Nicole Ameline. Nous solliciterons le député récemment élu dans la 4ème circonscription M. Christophe Blanchet.
Nous avons assisté à de nombreuses réunions de travail. Le projet est bouclé,  mais il dépend de l’autorisation, par l’ARS,  de l’implantation d’une IRM sur Honfleur. L’ARS ne répond pas depuis plusieurs années…
Nous avons eu lecture d’un article du Dr Somon qui gère  plusieurs sociétés, et qui « informe » les Honfleurais sous une forme de publicité déguisée de son arrivée à Pont Audemer.
Notons que la ville de Pont Audemer a eu une autorisation d’IRM il y a plus d’un an, alors qu’il n’y avait pas de radiologue dans la ville.
Nous avons été contactés par le Dr Somon, qui  propose un projet loin du maintien d’une imagerie de proximité et sans réelle garantie financière.  Pour plusieurs raisons, à la fois personnelles et éthiques, nous n’avons pas souhaité répondre à ses sollicitations.
Le projet du maintien d’une imagerie de qualité sur Honfleur et sur toute la côte fleurie dépend d’une autorisation administrative et politique, que nous souhaitons vraiment obtenir dans l’intérêt de la population concernée."
                      
Docteurs Brisson et Mattiussi

                                                                                                                                             28/06/2017


La préfecture réquisitionne un terrain pour les gens du voyage...

Image d'illustration...
Image d'illustration...

Les élus du conseil communautaire Honfleur-Beuzeville se sont réunis le mardi 20 Juin à 19h00 en séance publique afin de débattre sur plusieurs dossiers dont celui concernant la lutte contre le frelon asiatique. A ce titre, le président, Michel Lamarre devait rappeler que le département du Calvados prend en charge 30% du montant de l’intervention grâce à une convention signée avec la « FREDON » (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Basse-Normandie), une convention que le département de l’Eure n’a pas signé puisqu’il n’y a jamais eu de réflexion sur le sujet. La communauté de communes du pays de Honfleur-Beuzeville a décidé d’apporter son aide à la lutte contre les frelons asiatiques en prenant en charge 20% du montant de l’intervention plafonnée à 110 euros sur l’ensemble du territoire communautaire.


Gens du voyage
L’autre dossier important de cette réunion concerne l’accueil des gens du voyage. A ce titre, la loi oblige les collectivités à prévoir une air d’accueil conséquent pour les gens du voyage. La CCPHB n’ayant pas de terrain disponible, c’est donc la préfecture qui a tranché dans ce dossier. Ainsi, les services de la préfecture ont réquisitionné un terrain de 4 hectares appartenant à la société d’autoroute SAPN et situé au Chenard sur la commune de Gonneville-sur-Honfleur. Charge maintenant à la Communauté de Communes d’aménager ce terrain pour y accueillir entre 150 et 200 caravanes.


Un Directeur de Cabinet pour la CCPHB
Depuis la fusion des deux collectivités, la CCPHB fonctionnait avec le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural. Suite à la réforme territoriale le « PETR » était appelé à disparaître. Une occasion pour la CCPH de s’attacher les services de son Directeur Emmanuel Duriveau, qui vient d’être officiellement nommé Directeur de cabinet de la CCPHB et prendra ses fonctions dès le mois Juillet.

JLG                                                                                                                                   22/06/2017


« Honfleur » le nouveau ferry de la Brittany Ferries...

C’est dans un hôtel-restaurant dominant la baie de Seine que l’annonce, par Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries, de la mise en construction d’un nouveau ferry baptisé « Honfleur ». Lors de son arrivée à la tête du Groupe en 2007, Jean-Marc Roué avait constaté que : « deux navires avaient 20 ans et qu’il faudrait bien les remplacer…mais ce fut la crise de 2008 et le projet fut rangé ». Il refait surface aujourd’hui alors que la bataille avec Calais et son tunnel est rude. Le nouveau ferry sera destiné à la ligne Caen-Ouistreham / Portsmouth. Il remplacera le Normandie affecté ensuite à la ligne du Havre. Le budget global de l’opération représente une enveloppe de 200 millions d’euros.
L’annonce a été faite en présence de Françoise David adjointe au maire de Honfleur en charge du tourisme qui s’est, bien entendu, réjouie du choix du nom du bateau tout en rappelant la vocation maritime de la ville et de Sophie Gaugain, première vice-présidente de la Région. Elle a évoqué combien : « le travail collaboratif mené avec la compagnie était positif » et elle a salué « la gestion exemplaire de l’entreprise ». Levant un voile sur le futur elle a révélé que : « la Région travaillait à une future coopération maritime normande dont la présentation viendra en septembre. » Souligne Sophie Gaugain.


Un bateau aux performances exceptionnelles
D’une longueur de 187,4 m et d’une largeur de 31 m le nouveau ferry accueillera 1.680 passagers, 550 voitures et 64 remorques de fret. 257 cabines seront à la disposition des voyageurs. Restaurants, cinémas, boutiques, vastes espaces passagers le tout dans un design soigné feront oublier le temps durant la traversée.

Nouveauté, grâce à un office de tourisme à bord il sera possible de connaître les sites à découvrir ou de préparer des réservations. Le " Honfleur " sera construit en Allemagne au chantier FSG basé à Flensburg, aucun chantier français ne pouvait tenir le délai d’une fabrication pour 2019.


L’environnement au cœur des préoccupations
La grande innovation de ce nouveau ferry est dans le mode de propulsion qui utilise le GNL, un carburant qui émet 23% de moins de CO2 que le gasoil. Un choix que Jean-Marc Roué souhaitait réaliser de longue date mais les ferries de la flotte existante s’étaient révélés impossibles à transformer ; ce n’est donc qu’avec l’arrivée des nouveaux ferries que la mutation environnementale pourra se faire.
Dans la formule retenue les moteurs à GNL sont associés à une propulsion diesel électrique plus silencieuse, plus efficace et produisant moins de vibrations…autant de confort en plus pour les passagers.
Comme il n’y a pas d’approvisionnement au GNL dans les ports desservis par Brittany Ferries, la société s’est associée avec Total pour imaginer une solution innovante. Le GNL sera embarqué dans 4 containers de 40 pieds amenés par camion du terminal méthanier de Dunkerque au port de Ouistreham. Chargés par une grue à l’arrière du ferry ils alimenteront une citerne. Les temps de transbordement sont calculés pour ne pas allonger le temps d’immobilisation du navire.
Ce choix du GNL s’inscrit dans une politique de protection de l’environnement « chère » à l’entreprise qui a déjà consacré 90 millions d’euros à l’installation d’épurateurs de gaz d’échappement sur six de ses navires en 2015 et 2016.


Leader en Europe
Brittany Ferries transporte chaque année près de 2,7 millions de personnes sur ses lignes qui desservent la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne et l’Irlande.

Caen Portsmouth est la ligne la plus fréquentée : elle accueille près d’un million de passagers, 300.000 voitures et plus de 100.000 unités fret par an. 85% des passagers sont des britanniques. Après la mise en service en 2019 le "Mt St Michel" et le "Honfleur" assureront les traversées sur cette ligne emblématique créée le 6 juin 1986 et les rapports son si bons de part et d’autre de la Manche que Caen et Portsmouth sont désormais jumelées.

Ginette Bléry :

Normandie XXL pour Honfleur Infos                                                                                  21/06/2017


Honfleur Normandy Outlet recrute : 
plus de 300 postes à pourvoir d’ici l’automne 2017...

Honfleur Normandy Outlet, ouvrira ses portes à l’automne 2017. Dans un site d’exception, au pied du Pont de Normandie, le futur premier outlet du Grand Ouest, ouvert 7J/7 et 362 jours par an, proposera à terme une offre de plus de 100 magasins de grandes marques nationales et internationales, dédiées à l’univers de la mode et de l’art de vivre. Afin d’accueillir ses futurs clients, Honfleur Normandy Outlet lance sa campagne de recrutement.
Les personnes sélectionnées auront l’opportunité de travailler dans un cadre unique et d’être les ambassadeurs de la Normandie ainsi que d’un véritable art de vivre à la française !
Honfleur Normandy Outlet est en effet stratégiquement situé aux portes de Honfleur, destination très prisée par une clientèle touristique familiale et internationale. Caractérisée par la richesse de son patrimoine, la « perle de la Côte Fleurie » attire chaque année 3,7 millions de visiteurs.
Le futur Village des Marques bénéficie d’une implantation exceptionnelle qui conjugue beauté de la nature, qualité architecturale et exemplarité environnementale. La conception et la construction du site ont été pensées dans une démarche innovante d’écoresponsabilité, avec l’utilisation de matériaux naturels, la gestion des eaux de pluie et la création d’une biodiversité végétale avec plus de 3000 arbres et arbustes.


Candidater au sein du Honfleur Normandy Outlet
Le recrutement se déroulera en deux phases. Tout d’abord, les postulants intéressés ont la possibilité de déposer leur candidature (CV et lettre de motivation) sur le site du Village des Marques : http://www.honfleuroutlet.com/fr/recrutement.php ou sur celui de Pôle Emploi (www.pole-emploi.fr/region/normandie/index.html).
Les profils recherchés sont des responsables ou responsables adjoints de magasin, des vendeurs et du personnel polyvalent de restauration. Les offres proposées s’adressent aux demandeurs d’emplois mais également aux salariés qui souhaitent changer d’activité ou d’entreprise. Les postes sont ouverts à tous les candidats, quel que soit leur âge ou leur expérience. La connaissance d’une deuxième langue, une expérience commerciale et de gestion de stock, constituent des atouts.


Les 30 et 31 août : job dating
« En prévision de l’ouverture du Village des Marques à l’automne 2017, les équipes du Honfleur Normandy Outlet et Pôle Emploi organiseront les 30 et 31 août, de 9h30 à 17h, deux journées dédiées au recrutement. Plus de 300 emplois seront proposés, dont 80% en CDI », indique Corinne Wortmann, la directrice du centre. Les candidats retenus auront la possibilité de passer des entretiens, en face à face, avec les responsables d’enseignes. Lors de ce rendez-vous, les marques choisiront une grande partie de leur personnel. Pour y participer, les candidats peuvent postuler auprès de Pôle Emploi, jusqu'au 13 août.


De nouveaux recrutements en 2018
Les recrutements se poursuivront en 2018, avec l’ouverture de nouveaux postes. « Pour anticiper les besoins liés aux recrutements sur 2018, nous avons d’ores et déjà pris contact avec les institutionnels, OPCA du secteur (FORCO), le Conseil Régional de Normandie, la Mission Locale, la DIRRECTE, le PLIE, pour proposer et mettre en œuvre des actions de qualification de publics en recherche d’emploi », souligne Corinne Wortmann.

La rédaction                                                                                                                       20/06/2017


Baptême de l’air pour la fête de l‘agriculture...

Atelier Sy Zo à St-Gatien des Bois point de prévente
Atelier Sy Zo à St-Gatien des Bois point de prévente

Au mois de septembre prochain le monde rural se réunira pour la désormais traditionnelle «  Fête de l’agriculture ».
Organisée à l’initiative des «  Jeunes Agriculteurs du Calvados » cette grande fête qui rassemble plus de 3 000 personnes se déroulera cette année dans le Pays d’Auge et plus exactement à Saint-Julien sur Calonne, tout près de Pont l’Evêque.
A l’origine de ce grand rassemblement du monde rural, le Championnat du Calvados de labour. Au fil du temps, cette compétition départementale est devenue le point d’ancrage de rencontres entre les agriculteurs et le public avec l’idée de faire connaître ce monde que beaucoup, hélas, ne connaissent pas. Faire connaître son métier par le biais de rencontres ludiques telles que le concours de labour ou encore des courses de moissonneuses batteuses, voilà le moyen que les jeunes agriculteurs ont trouvé pour faire parler d’eux et de leur métier top souvent méconnu.


Baptême de l’air
Les jeunes agriculteurs des cantons de Lisieux et de Pont l’Evêque vont donc avoir la terrible mission d’organiser le 10 septembre 2017 cette fête de l’agriculture, la trentième du nom, sur la commune de Saint-Julien sur Calonne.
Au programme : présentation des différentes organisations professionnelles agricoles, jeux et animations pour les enfants, restauration sur place, finale départementale de labour, course de vieilles moissonneuses, messe des laboureurs et aussi un baptême de l’air.
Pour cet événement, les organisateurs ont mis en place une prévente pour le baptême de l’air afin de faire profiter aux 100 premiers inscrits d’un tarif préférentiel avec entrée gratuite sur le site.
Deux points de prévente ont été installés : le premier à l’atelier de coiffure « Sy Zo » sur la commune de Saint-Gatien des bois et le second chez les éleveurs du Pays d’Auge au Breuil-en-Auge.
Autres initiatives des jeunes agriculteurs du Calvados, une partie du billet d’entrée (4 €) sera reversé à la Ligue contre le cancer du sein.
Si vous souhaitez déjeuner sur place, il est important de réserver.
Pour tous renseignements : jeunes-agriculteurs14@wanadoo.fr  ou au 09 86 68 62 64.


Opération anti-fraude dans les restaurants du Quai Sainte-Catherine.

Des policiers sortant d’un peu partout ainsi que  des agents de l’inspection du travail ont envahi ce Jeudi midi en l’espace de quelques minutes les restaurants du Quai Sainte-Catherine.
Inscrits dans le cadre du CODAF (Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude), les policiers de Honfleur, les agents de l’URSSAF, de l’Inspection du travail, de la Police de l’Air et des Frontières, sous l’autorité du Commissaire Labrosse, chef de la circonscription de Honfleur et de son adjoint, le Capitaine Frédéric Balard, sur réquisition du Procureur de la République ont effectué une opération coordonnée et des contrôles inopinés dans six restaurants Quai Sainte-Catherine de Honfleur  possédant une Licence IV.
Six restaurants spécialement ciblés pour cette opération afin de lutter contre le travail dissimulé, l’embauche de clandestins et la réglementation sanitaire. Pendant plus de 2 heures, à l’heure du déjeuner, des contrôles ont été effectués, vérifiant l’identité du personnel, relevant les livres du personnel en activité, contrôlant également les frigos et chambres froides....
Pour le Capitaine Frédéric Balard : « Cette opération est importante notamment à la veille de la saison estivale afin d’assurer la sécurité des personnes et éviter les fraudes. »
Bilan de l’opération : une procédure pour travail dissimulé et une infraction pour obstacle à la fonction d’agent du travail.
Selon nos informations, des opérations du même genre seront réalisées tout au long de la saison à Honfleur. Au total une quinzaine de fonctionnaires étaient mobilisés pour procéder aux différents contrôles.

JLG                                                                                                                                    15/06/2017


Abus de confiance à l'office de tourisme Condamnation confirmée en appel...

Le 6 Octobre dernier, le tribunal correctionnel de Lisieux avait à juger une jeune femme, employée de l’Office de Tourisme de Honfleur depuis une vingtaine d’années et accusée d’avoir, entre le 1er Janvier 2012 et le 1er Janvier 2015, détourné une importante somme d’argent à son profit.
A la barre, la jeune femme expliquait alors qu’elle reconnaissait avoir détourné de l’argent mais contestait le montant indiqué. L’affaire avait alors était mise en délibéré au mardi 17 Novembre 2015.
Lors de son audience publique le tribunal de Lisieux a condamnait, Mme M.S,  à 8 mois de prison assortis d’un sursis simple, reconnaissait la constitution de partie civile de l’EPIC de Honfleur et condamnait l’auteure du détournement de fond à rembourser l’Office de Tourisme la somme de 83 818,73 euros, et a payer au titre de l’article 475.1 à la partie civile la somme de 500 euros au titre des frais non payés par l’État et exposés par celle-ci.
Le tribunal de Lisieux a reconnaissait également la constitution de partie civile de la Ville de Honfleur et prononçait également la condamnation de Mme M.S, à l’euro symbolique pour la Ville de Honfleur ainsi qu’une condamnation au titre de l’article 475.1 à payer à la partie civile la somme de 500 euros au titre des frais non payés par l’État et exposés par celle-ci.

Condamnée en Appel
Aussitôt, l’auteure du détournement de fond faisait appel de la décision contestant entre autres le montant de 83 813,73 euros. Lors de sa dernière audience, la Cour d’Appel de Caen mettait en délibération sa décision au 14 Juin 2017.
La décision est donc tombée ce jour et la Cour d’Appel de Caen confirme la culpabilité de M.S mais ramène le montant de la somme détournée de 83 813,73 à 31 500 euros, somme qu’elle devra rembourser à l’Office de Tourisme. La Cour d'Appel confirme la condamnation à 8 mois de prison avec sursit et condamne également M.S à verser 500 euros de dommage au titre de frais non payés ainsi que l’euro symbolique à la ville de Honfleur partie civile.

Jean Louis Garros                                                                                                               14/06/2017


Une nouvelle destination depuis l’aéroport de Deauville-Normandie

Un Water arc pour accueillir l'avion..
Un Water arc pour accueillir l'avion..

Pour une première, c’est une première. L’aéroport de Deauville-Normandie propose depuis ce Mardi une nouvelle destination de rêve en direction de l'île de Brač, une île de la mer Adriatique située en Croatie au large de la Côte Dalmate. Une première pour l’aéroport Normand mais surtout une première en France puisque Deauville-Normandie est le seul aéroport français à proposer cette destination. Autant le dire tout de suite, les responsables du Groupe  TUI, leader mondial du voyage et du tourisme, avaient mis les petits plats dans les grands pour immortaliser cet événement. A l’arrivée de l’avion un « Embraer 190 » immatriculé en Belgique, un water arc a accueilli l’aéroplane, suivi d’une réception des agents de voyage et des partenaires de l’opération. Quelques 30 minutes plus tard, l’avion décollait pour l'île de Brač avec à son bord les premiers vacanciers français.
Autres destinations
D'une superficie de 396 km², l'île de Brač est la troisième plus grande île de l'Adriatique et la plus grande de la Côte Dalmate. Des hôtels tout confort sont à la disposition des vacanciers. « L’avantage de pouvoir se poser sur cette ile » soulignent les responsables du tour-opérateur : « est de réduire de façon importante le transfert par autocar et par bateau de 2h30 à 45 minutes pour arriver sur le lieu de vacances.... »
Une destination qui devrait selon toute vraisemblance séduire bon nombre de touristes.
Le Groupe TUI propose également, au départ de Deauville-Normandie, 14 destinations différentes comme Palma de Majorque, Lanzarote,  Fuerteventura, Rhodes, Marrakech...
Si vous souhaitez découvrir les Canaris, la Crète, la Sardaigne ou encore les Baléares, voire la Tunisie ou la Croatie, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre agence de voyage afin de connaître les jours et horaires de départs depuis l’aéroport de Deauville-Normandie.

JLG                                                                                                                                      14/06/2017


La réglementation sur la circulation de la rue Haute entre en vigueur...

La municipalité de Honfleur vient de publier un arrêté réglementant la circulation dans la rue Haute. Cet arrêté est entré en vigueur ce samedi matin et dès lundi matin, à la première heure, la matérialisation au sol sera réalisée par le personnel communal.
L’arrêté indique : La circulation reste à sens unique. La vitesse est limitée à 30 km/h sur la totalité de la rue. Le stationnement ainsi que les arrêts sont interdits, sauf pour les véhicules en cours de livraison ou ayant une autorisation spéciale de la mairie, des deux côtés de la rue du n° 2 à 42 et du 1 au 41.
Une place de stationnement sera réservée aux véhicules de personnes handicapées devant le N° 68 de la rue Haute.
Le Stationnement sera payant et matérialisé au sol de part et d’autre de la voie du n° 44 à 126 B et du 43 au 127.
Le stationnement et l’arrêt sont totalement interdits rue Haute en dehors des emplacements matérialisés. Tout véhicule en infraction sera verbalisé et pourra faire l’objet d’un placement en fourrière.
Des dispositions qui selon nos informations, vont dans le sens des demandes des usagers et des commerçants de la rue Haute....

                                                                                                                                            10/06/2017


Honfleur : La réforme des rythmes scolaires ne se fera pas en Septembre


Nouvelle découverte extraordinaire à l'intérieur de la Lieutenance....

Au cours des travaux de restauration de la Lieutenance, véritable emblème de la ville, les ouvriers ont découvert les vestiges des anciens remparts datant du 16 ème siècle qui entouraient la ville.  Après la découverte, il y a deux ans, d’une bouteille refermant des documents des Ponts et Chaussées du 19 ème siècles, cette fois il s’agit d’une véritable résurrection de l’histoire de la ville avec la mise à jour des anciens remparts de la ville traversant la vieille bâtisse.
Aux archives municipales on peut lire : «  La Lieutenance est aujourd’hui le seul vestige important des fortifications de la ville, remanié au cours des siècles, surtout au XVIème et XVIIème siècles. Aussi est-il bien difficile aujourd’hui d’y reconnaître les traces de la porte fortifiée, dite « Porte de Caen », qui commandait au Moyen-Age, l’entrée de la forteresse honfleuraise. Cependant, en y regardant de près, on distingue encore des deux côtés des traces d’arrachement des anciens remparts, qui partaient de la Lieutenance pour entourer la ville forte. » Un peu plus loin on peut lire également : « On retrouve encore aujourd’hui le tracé médiéval : la rue de la Ville, ancien chemin du Roi, et rue principale de la ville forte, entourée d’un dédale de ruelles étroites ; le Cours des Fossés où passaient jadis les fortifications. Dernier vestige encore visible, à l’extrémité du Vieux Bassin, la Lieutenance. Au Moyen Age, la Lieutenance représentait l’une des deux entrées de la forteresse honfleuraise...
Autant dire que la découverte, sous 80 cm de remblais, de parquet et de béton, s’avère très importante pour l’histoire de notre ville. Reste à savoir ce que feront les autorités et bien entendu l’Architecte des Bâtiments de France pour mettre en valeur cette découverte, vestige du passé honfleurais...

JLG                                                                                                                                31/05/2017


La ville de Honfleur dit non aux pesticides...

Le maire de Honfleur, Michel Lamarre a présenté lundi dernier la façon dont sa ville traite les plantes et les espaces verts en prohibant les pesticides.
En 2013, la ville a signé une charte dans ce sens et s’est engagée depuis dans un programme de suppression complet des pesticides pour l’entretien de l’ensemble des espaces publics. Depuis le 1er janvier 2015 l’ensemble du personnel communal n’utilise plus de pesticides ni même de désherbants chimiques. Une politique environnementale difficile « mais nécessaire car les enjeux sont très importants », souligne le maire, « car il s’agit de préserver la santé des riverains et des agents, mais aussi de protéger les ressources en eau et la biodiversité. »
Pour Michel Lamarre, cette charte signée en 2013 doit donner un nouveau visage à la ville car cette évolution écologique a changé l’aspect des espaces verts....
Pour favoriser l’entretien des espaces publics, tout en respectant la nature, une gestion différenciée a été mise en place. Au lieu de traiter tous les espaces de la même manière, chacun bénéficie d’un entretien particulier suivant ses caractéristiques, son usage et sa fréquentation. Parallèlement à la mise en place de ces nouvelles pratiques écologiques, une campagne de sensibilisation vient d’être lancée auprès des particuliers afin de faire connaître « Honfleur, Zéro Pesticide ».
« La ville souhaite faire découvrir aux habitants les méthodes d’entretien sans pesticides. Pour cela, une plaquette sera distribuée dans les boites aux lettres avec le bulletin municipal.»
Dans les espaces verts, des panneaux informatifs sur les thèmes du fauchage tardif, du paillage seront installés.... Et sur l’ensemble des véhicules municipaux, le logo « Honfleur, Zéro Pesticide depuis 2015 » sera apposé pour informer et sensibiliser le plus de monde possible....

Jean Louis Garros                                                                                                                17/05/2017


Estuaire Sud demande des analyses sur la friche industrielle d’Ablon...

Il y a quelques jours, l’association Estuaire SUD a tenu son assemblée générale annuelle.
Une association qui fête cette année son 15 ème anniversaire et qui a pour objectif la protection de l’environnement, de la nature et du cadre de vie de la rive sud de l’estuaire de la seine.
Le président, Claude BLOT, souligne dans son rapport d’activité de l’année écoulée les nombreuses participations aux instances de concertation avec les pouvoirs publics et les décideurs économiques dans lesquelles l’association est présente assumant une vigilance importante et un sens des responsabilités avec parfois un rôle de lanceur d’alerte.
Deux animations ont été organisées en 2016 sur le site de la plaine alluviale de Honfleur : une randonnée-découverte de la flore alluviale et une journée d’arrachage de plante invasives ( le séneçon du Cap )

Cette réunion a été une opportunité pour évoquer et mettre au débat des participants des dossiers importants qui ont été soumis à enquête publique dans l’année :

La modification du PLU de la Communauté de communes de Honfleur
Celle-ci concernait notamment et principalement l’aménagement urbain de l’ancien site industriel de la Nobel Bozel à Ablon ; notre contribution à l’enquête publique y porte de sévères réserves, et finalement un avis défavorable en raison de l’absence totale de reconnaissance de pollution des sols. Tous les riverains de cette usine se souviennent bien de la dangerosité de ce site ! Il a été abandonné en l’état sans précautions particulières, ni dépollution. Nous demandons, avant tout projet, un diagnostic de cette friche industrielle,  notamment une analyse des sols et la mise en œuvre des mesures nécessaires afin de garantir la sécurité des habitants et de l’environnement.
Nous portons une vigilance toute particulière sur ce dossier, n’excluant pas un recours juridique si nécessaire.

Le rejet en mer des sédiments de dragage du chenal de la seine
En raison de la saturation du site de clapage actuel « le kannick », le port de Rouen a déposé une demande pour utiliser un nouveau  site « le machu »
Lors de l’enquête publique, Estuaire SUD a  exprimé de nombreuses réserves sur cette pratique, tout en sachant que, compte tenu des volumes – 5 millions de mètres cube par an – le dépôt et le traitement à terre est totalement irréaliste. Nous demandons néanmoins fermement au port de Rouen d’être novateur dans ce sens en développant la recherche pour une valorisation de cette matière dans le BTP notamment.
Dans le cadre du comité de suivi auquel nous participerons, nous serons particulièrement vigilants sur les résultats des contrôles réguliers effectués dans les domaines biologiques et géophysiques sur le site, en mer et sur les rivages environnants. Dans ce contexte de concertation et de contrôles, et voulant développer une attitude responsable, Estuaire SUD ne souhaite pas s’associer à d’éventuelles actions juridiques contre ce projet.

Le mouvement associatif de protection de l’environnement dans l’estuaire.
Actuellement dispersé en plusieurs associations des deux côtés de la seine, une concertation va s’engager pour évoluer vers un regroupement afin de renforcer la présence et l’efficacité de l’action " L’estuaire de la seine apparaissant de plus en plus comme une identité reconnue aux  problématiques communes et partagées". Souligne Claude Blot.

Animations en 2017 : projet de ciné-débat et randonnées-découverte
Enfin, il est procédé à la désignation du Bureau :
Composé de 9 membres , il est reconduit notamment : le président Claude BLOT et les deux vice-présidents Michel AUVRAY et Alain DEMANNEVILLE, auquel s’ajoute un nouveau membre Françoise BONNIN
Contact association : estuairesud@wanadoo.fr

                                                                                                                                             04/05/2017


Honfleur : L’opposition municipale dénonce la méthode du maire...

Christophe Perrault, Alain Duval.
Christophe Perrault, Alain Duval.

A mi-mandat, les élus honfleurais de l’opposition municipale, Christophe Perrault et Alain Duval, associant Erna Larkina-Poncet (ndlr absente au point presse) dénoncent la vision à court terme du maire et de sa majorité. « A l’évidence il y a un manque de stratégie dans cette majorité »  Indique Christophe Perrault avant de poursuivre : « On colmate les brèches dans l’urgence, car il n’y a pas de véritable politique sur le long terme.  Ce manque de stratégie se reflète sur les finances de la ville. Nous subissons pour la seconde année consécutive une augmentation des impôts et ce n’est pas fini !... Nous pensons qu’il suffirait de faire des choix, certes moins populaires, pour redresser la situation et endiguer cette hausse d’impôts... » Souligne le chef de fil de l’opposition avant de préciser : «  Pour donner un exemple, c’est bien de rénover la Lieutenance et il fallait le faire, mais aujourd’hui, comment l’utiliser ? Comment satisfaire aux exigences de mise en conformité pour les personnes à mobilité réduite ? Va-t-on installer un ascenseur ? On veut en faire un espace culturel, c’est bien ! Mais vous avez vu la configuration des lieux ? C’est ce genre de chose qui ne va pas dans cette majorité. On fait, mais on n’anticipe pas sur l’avenir. Prenons l’exemple du village des marques. Nous sommes favorables à son installation. Mais qu’a t-on prévu pour organiser la fluidité des véhicules, des piétons et des cyclistes qui souhaiteraient se rendre en ville ? On va encore une fois construire à la va-vite une route de dégagement ? De même pour aider au développement de ce village des marques, on va installer un casino. C’est bien, mais là non plus rien n’a été anticipé... »
De son côté, Alain Duval dénonce la « méthode » du maire pour museler l’opposition. « Nous aurions aimé que le travail que nous faisons en commission puisse se traduire dans les séances du conseil municipal. Mais ce n’est pas le cas. L’exemple du plan de circulation en est une preuve flagrante. Jamais en conseil municipal nous n’avons pu débattre d’un véritable plan de circulation. Il n’y a jamais de débat sur l’avenir de Honfleur. Vous trouvez ça normal ? .. »  Les élus d’opposition dénoncent la façon dont ils sont traités... « Nous ne sommes pas respectés alors que nous représentons un quart de la population. Nous avions demandé un local pour pouvoir nous réunir ou recevoir des honfleurais. Aujourd’hui nous n’avons pas de local. Nous recevons l’ordre du jour des séances du conseil 5 jours seulement avant la date du conseil et c’est le maire et ses adjoints qui établissent l’ordre du jour.... » Les élus d’opposition dénoncent également le bradage du patrimoine honfleurais comme : l’école de l’homme de bois, le collège Henri de Regnier ou encore l’ancienne Poste de la rue de la ville ainsi que la fonte de la réserve foncière. «  Nous resterons vigilants  car nous pensons à l’avenir de Honfleur. » souligne Christophe Perrault.

JLG                                                                                                                                     19/04/2017


Le bassin de chasse pourrait devenir un lieu de promenade ouvert au public...

Le département du Calvados qui vient d’entrer en possession de 49 hectares de zone naturelle aux portes de Honfleur souhaite faire du bassin de chasse une zone d’espace vert ouverte au public.
Cette annonce a été faite ce mercredi en mairie de Honfleur en présence de Michel Lamarre, maire de Honfleur mais aussi vice-président du conseil départemental du Calvados, de Audrey Gadenne, membre de la commission Aménagement et Environnement, de Olivier Colin, vice-président du Conseil Départemental et président de la Commission Aménagement et Environnement, de Jean-Jacques Rolling directeur général adjoint en charge de l’aménagement et de l’environnement et enfin de Valérie Uguen, directrice domaniale de gestion des domaines publics.
Pour le département du Calvados, cette zone de 49 hectares qui à l’origine appartenait au Port-Autonome de Rouen qui l’avait rétrocédée au Conservatoire du Littoral, qui lui-même vient de la rétrocéder au Département du Calvados, devrait devenir, à terme, une zone naturelle au même titre que 38 autres zones sensibles gérées par le département dont 12 ouvertes au public. « Ce que nous souhaitons » explique Audrey Gadenne, « c’est valoriser ce territoire, instaurer un statut juridique d’exploitation, mais surtout mettre ce territoire aux normes environnementales. »
Pour cela, le département va mettre en place un comité de pilotage qui aura pour mission « l’élaboration d’un cahier des charges » afin de permettre à des usagers de continuer à exploiter ce site, mais cette fois sans transmission familiale possible, comme il était coutume de le faire depuis des décennies. Car depuis des années, cette friche, laissée à l’abandon par les différents propriétaires, est exploitée par un éleveur de moutons et par une trentaine de jardiniers qui ont aménagé, de façon illicite, des parcelles de jardins ouvriers.

Inquiétude des exploitants
Pour le département du Calvados, l’aspect humain doit être préservé comme le souligne le maire de Honfleur, Michel Lamarre : « Nous connaissons bien ce secteur et au fil du temps des gens se sont installés en construisant des cabanes de jardin très loin de la conformité exigée. Nous n’allons pas expulser ces personnes qui pour certains cultivent leur jardin, sans bail, depuis de nombreuses années. Nous allons leur proposer une mise en conformité de leur installation mais aussi nous allons leur demander de respecter l’environnement et de ne plus utiliser de produits phytosanitaires, comme le désherbant.... »
Des garanties auraient été données aux exploitants pour qu’ils restent sur le site à la condition qu’ils s’engagent à respecter le cahier des charges qui leur sera proposé.
Reste toutefois de nombreuses questions qui malheureusement n’ont pas encore eu de réponses, comme la dépollution du site, ou encore la restauration des monuments encore existants... Le Bassin de Chasse, que tout le monde ici à Honfleur connaît parfaitement, possède deux vestiges du passé, classé au monument historique : la maison de l’éclusier, qui tombe en ruine et surtout les portes de chasse datant de 1875 fonctionnant à l’aide de treuil. Il semblerait que ces deux vestiges du passé ne seraient pas, pour l’instant, restaurés car l’enveloppe de 4 millions d’euros dévolu au plan de gestion des espaces naturels ne suffiront pas pour les restaurer. L’audit qui sera réalisé en Septembre prochain ou au plus tard en Octobre de cette année, devrait sans doute donner les grandes orientations pour ce futur parc naturel au cœur même de la ville qui pourrait voir le jour dans quelques années...

Jean Louis Garros                                                                                                            06/04/2017


Honfleur : Les impôts augmentent de 5% en 2017...

Le conseil municipal de Honfleur s’est réuni mercredi soir en séance publique pour le vote du budget primitif 2017. Dans son avant propos, le maire de la commune, Michel Lamarre a rappelé que les dotations de l’Etat avaient baissé en 5 ans de près de 1 million d’euros ce qui oblige la municipalité à serrer les boulons dans ses différentes sections investissement et fonctionnement. Le maire de Honfleur a également rappelé que la ville de Honfleur devait poursuivre sa politique de développement mais aussi sa politique d’aménagement comme la réhabilitation de la Route Emilie Renouf, véritable trait d’union entre les quartiers anciens de la ville et les nouveaux quartiers. Ainsi, la ville propose un budget à l’équilibre dans sa partie fonctionnement recettes/dépenses à 19 306 898,56 € et dans sa partie investissement recettes/dépenses à 6 433 461,25.


Taux d’imposition
Comme nous l’avions annoncé lors de la présentation du débat d’orientation  budgétaire, la ville va augmenter son taux d’imposition pour 2017 de 5%. Ainsi la Taxe d’Habitation passe de 16,58 % à 17,45€ % ; la Taxe sur le Foncier Bâti passe de 24 % à 25,26 %, la Taxe sur le Foncier Non Bâti passe de 22,86 % à 24,06 % enfin la CFE (Cotisation foncière des entreprises) passe de 25,90 % à 27,26 %.
En ce qui concerne les subventions aux associations, le maire indique qu’il y a eu des efforts de réalisés et que ces efforts n’entrainaient aucune revalorisation. Sur ce chapitre, Aurélie Danel, conseillère d’opposition, demande, dans un souci d’équité, qu’un contrôle approprié soit réalisé auprès des associations bénéficiant de subvention afin d’effectuer, si nécessaire, un réajustement. Du côté de l’opposition municipale, l’équipe de Christophe Perrault souhaite que la pression fiscale soit moins importante car elle intervient après une première augmentation en 2016 faisant suite à une augmentation de l’impôt au sein de la Communauté de Communes. Le maire rappelle que la baisse des dotations de l’État oblige les collectivités à ajuster leur budget afin de garantir les services auprès de la population. Aurélie Danel souhaite que cette pression fiscale ne vise pas uniquement ceux qui payent des impôts, elle propose que cet effort soit réparti sur l’ensemble de la population qui bénéficie des services de la ville.
A l’issue de ces échanges passionnés et passionnants, le budget 2017 a été voté par le conseil municipal avec 4 abstentions, dont l’abstention remarquée de Sylvie Boisivon. (lire par ailleurs)


Office de Tourisme
L’autre sujet inscrit à l’ordre du jour concerne le renouvellement de Maître Mons pour défendre les intérêts de la ville lors de l’audience au Tribunal Correctionnel. Une délibération nécessaire afin de fournir au tribunal le document administratif nécessaire pour la défense des intérêts de la ville dans l’affaire de l’Office de Tourisme. Un sujet des plus brûlants qui a aussitôt fait réagir Alain Duval conseiller d’opposition qui, dès le début de son intervention, demande la démission des élus au Comité Directeur de l’Office de Tourisme.
« Vous nous demandez notre avis pour mandater un avocat, mais est-ce bien là la vraie motivation ? »  Indique l’élu d’opposition avant de se lancer dans une kyrielle d’explications allant de la prise « de pouvoir » par la mairie de l’office de tourisme en 1997 en passant par des modifications de statuts « non conformes aux articles du code du tourisme » en passant par : « la désignation de la vice présidence et de la présidence ». Alain Duval poursuit son propos par le volet financier et par ce détournement d’argent : « un manque financier de 83 818,73 € évalué par la chambre reconnu partiellement par un agent de l’Office de Tourisme qui a démissionné. La personne accusée de détournement n’a été inquiétée que 5 mois après la découverte des anomalies et il a fallu attendre 8 mois pour que soit diligenté une expertise » Et Alain Duval va encore plus loin en instaurant le doute dans l’assemblée : «  Une multitude de pièces comptable a disparu ou ne sont plus présentes....et aucune plainte n’a été déposée... Comment se fait-il que les organismes de tutelle et le trésorier général, aujourd’hui muté, n’ont pas exercé leur droit de contrôle et d’alerte. Des questions restent posées. Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes est accablant,.... nous demandons la démission des élus encore en place mais nous accordons notre confiance à la directrice devant le travail de redressement accompli en quelques mois.... »

Une longue intervention  qui a fait réagir le maire, Michel Lamarre, mais aussi et surtout Françoise David, l’adjointe au tourisme qui est carrément sortie de ses gongs : « Mais vous racontez n’importe quoi et vous confondez tout... !! » Explique l'élue très en colère avant de poursuivre : « Cette histoire d’Office de Tourisme devient du harcèlement pour l’équipe qui y travaille. Vous faites de la polémique car vous êtes un mouton enragé...! Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires  dès que nous avons eu connaissance du problème. Vous laisser planer la suspicion en indiquant qu’il y avait une caisse noire... Mais pour qui nous prenez-vous...? Vous cherchez quoi ? A fermer l’Office de Tourisme ? » Et le maire de prendre à son tour la parole et de demander aux l’élus d’opposition d’arrêter de salir Honfleur.


Réponse du maire
Face à toute ces accusations, le maire de Honfleur indique : « Sur les problèmes de fonctionnement administratif de l'Office de Tourisme entre la date de sa création, 2001 jusqu'en 2014, soulevés par Monsieur Duval et Monsieur Perrault, au vu du rapport de la Chambre Régionale des Comptes, toutes les réponses ont été apportées à la Chambre Régionale des Comptes. » et le maire de poursuivre : « En ma qualité d'ancien président de I‘Office de Tourisme, j'ai demandé à être entendu par les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes, ce qui a été fait le 27 septembre 2016

Concernant le détournement et le dépôt de plainte, Michel Lamarre indique :
 « Pour mémoire, c'est la directrice qui a découvert les détournements qui ont constitué l'abus de confiance. Cette affaire a été traitée en accord avec les autorités de la manière la plus humaine possible, compte tenu de la gravité de la situation et des conséquences familiales.
Dès que ce détournement et cet abus de confiance ont été avérés, une plainte a été déposée immédiatement aussi bien par la directrice de l'Office de Tourisme que par la Ville de Honfleur. Le montant du détournement constaté tant par la Chambre Régionale des Comptes que par les contrôles internes se situe à 80 000 €. Dès que la Ville a eu connaissance de ce détournement, un cabinet d'expertise comptable a été missionné pour vérifier les dysfonctionnements comptables. Son rapport a été remis dès le travail achevé et les corrections qu'il convenait d'apporter ont été mises en œuvre dans les plus brefs délais par la direction de I ‘Office.... la personne auteur du détournement et de l'abus de confiance a été condamnée par le Tribunal Correctionnel de Lisieux et sa responsabilité totalement reconnue.
Les victimes sont bien l'Office de Tourisme de Honfleur ainsi que la Ville.
Le dossier n'est pas définitivement clos, puisque I ‘auteur des détournements et de I ‘abus de confiance a décidé de faire appel. L'audience en appel aura lieu fin Avril. » A l’issue de ces explications, le conseil municipal, moins 4 abstentions, a voté pour le renouvellement de
Maître Mons, pour défendre les intérêts de la Ville. ...

La suite du conseil dans l’une de nos prochaines éditions.

Jean Louis Garros                                                                                                                30/03/2017

Conseil municipal : la suite et fin....

Outre le vote du budget primitif pour 2017 puis la « prise de bec » sur le dossier de l’Office de Tourisme, les élus du conseil municipal de Honfleur avaient à se prononcer sur différents dossiers dont la vente d’un terrain au 114 rue Henri de Renier pour un prix convenu de 71 000 € hors frais de notaire. Sur cette vente, Alain Duval a souhaité connaître le nom de l’acquéreur, mais le maire n’a pas voulu répondre favorablement à la demande de l’élu d’opposition.
Par ailleurs, une convention de servitude a été passée entre le Sdec Energie et la Ville de Honfleur pour l’installation d’un câble souterrain pour l’alimentation électrique de la Côte de Grâce et du Mont-Joli.
Enfin, comme chaque année, la ville recrute des agents saisonniers afin de faire face au remplacement des agents en congés annuels et assurer le bon fonctionnement des centres de loisirs. A ce titre, deux agents doivent être recrutés pour une durée moyenne d’un ou deux mois.
Dernier sujet inscrit à l’ordre du jour de cette réunion publique, le don du dessinateur honfleurais Bastien Loukia, qui a réalisé lors de l’édition 2016 de la Nuit des Artistes, un portrait représentant Erik Satie.
Dans la rubrique : communication du Maire, Michel Lamarre indique que, après accord des Bâtiments de France et de l’ABF et grâce au don du mariage Libannais,  des vitraux de l’église Saint-Léonard, de l’église Sainte-Catherine et de la Chapelle de Grâce seront restaurés.. Par ailleurs, des travaux de restauration des portes de l’église Sainte-Catherine seront également exécutés ainsi que des travaux de réparation sur la toiture de l’église Saint-Léonard....
Divers
Avec l’arrivée du futur village des marques, le maire annonce l’ouverture d’une étude pour dynamiser le centre ville de Honfleur. Des étudiants de l’école de commerce du Havre planchent actuellement afin de valoriser la ville avec, pourquoi pas, une marque « Honfleur ».
                                                                                                                                           30/03/2017


Clash au sein du conseil municipal... !

En fin de réunion du conseil municipal de mercredi soir, un clash s’est produit entre Sylvie Boisivon, conseillère municipale de la majorité et le maire Michel Lamarre à propos de l’association « Canichien »  dont Sylvie Boisivon était la présidente il y a encore 2 ans. Un clash avec la mise en cause directe d’un fonctionnaire de la mairie qui aurait, selon l’élue, profité du soutien du maire pour prendre la présidence de l’association. Cela faisait plus d’un an que Sylvie Boisivon n’était plus revenue s’asseoir à la table du conseil. Un an pour tenter de digérer cette rancœur qui a éclaté en Juin 2015 lorsque des membres de l’association « Canichien » ont pris le pouvoir écartant du même coup Sylvie Boisivon, sa fondatrice. Après avoir attendu patiemment la fin de la réunion, Sylvie Boisivon a demandé à prendre la parole et sur un ton très ferme elle déclare : «  Après mon éviction organisée de la présidence de l’association « Canichien », j’ai été accusée de vol.... »  Une accusation grave envers ce fonctionnaire que la conseillère désigne nommément avant de poursuivre : « Cela m’a permis de découvrir dans quel milieu politique j’avais pris pied et qui sont mes vrais amis.... Les vrais visages de certains colistiers se sont découverts certainement dictés par des ordres supérieurs.... » Sylvie Boisivon poursuit son récit en expliquant qu’elle a fait l’objet, à plusieurs reprises, de harcèlement. « Tout est bon pour me faire comprendre que je suis dorénavant jugée indésirable dans cette majorité.... »
S’en prenant également à Nathalie Oléon-Papin, la 1ere adjointe au maire,  la conseillère l’accuse d’avoir eu à son endroit des propos déplacés et Sylvie Boisivon de poursuivre : « La prochaine étape de ce lynchage sera certainement de me faire passer pour une folle ... J’ai été informé qu’une plainte a été déposée contre moi. Sachez que je me tiens à disposition.... »

Sans pour autant le nommer, Sylvie Boisivon, s’adresse au maire et à sa façon de gérer la commune. « Il est vrai que depuis le début de cette mandature, dans toutes les réunions, le pouvoir suprême est présent et personne ne doit porter objection à la parole divine... » souligne Sylvie Boisivon avant d’enfoncer un peu plus le clou : « Aucun des conseillers majoritaires n’a le droit à la parole, c’est le mot d’ordre, en dehors d’une tolérance pour une démolition systématique des élus de l’opposition.... Certains souhaiteraient recevoir ma lettre de démission, mais je ne leur ferai pas ce plaisir car je n’ai rien à me reprocher et je suis en capacité de le prouver. »

Pris au dépourvu par cette déclaration soudaine en pleine séance publique, le maire, Michel Lamarre a demandé à sa conseillère de modérer ses propos contre le fonctionnaire mis en cause qui ne peut se défendre. Le maire a aussi indiqué que ce fonctionnaire pourrait porter plainte pour diffamation. Michel Lamarre a ensuite expliqué qu’il s’agissait là d’une affaire d’ordre privé qui n’avait rien à voir avec la réunion du conseil municipal. Enfin Michel Lamarre a rappelé que pendant 7 ans, lui et Sylvie Boisivon ont travaillé de concert et qu’il avait toujours aider l’association « Canichien ». Un échange entre le maire et sa conseillère qui ne devrait certainement pas rester lettre morte, tant la tension entre les deux élus était forte...
Affaire à suivre...
JLG                                                                                                                                     30/03/2017


Honfleur : Assemblée générale de la Ligue de Voile de Normandie...

Paul Adam président de la Ligue de Voile de Normandie
Paul Adam président de la Ligue de Voile de Normandie

Honfleur a été, le temps d’un week-end, le centre névralgique de la voile normande. C’est en effet à Honfleur, dans les greniers sel, que s’est tenue la traditionnelle assemblée générale de la Ligue de Voile de Normandie. Au programme de cette journée, élection des représentants des clubs normands puis élection du bureau et de son président. Un président, Paul Adam, qui a été réélu sans problème et qui nous a accordé un entretien.

H-I : Président Adam, comment se porte la voile normande ?
Paul Adam : « La voile se porte bien et même très bien, mais à mon grand regret, elle ne se porte pas aussi bien qu’on voudrait en Normandie. Le travail que je compte faire au cours de mon prochain mandat, c’est-à-dire au cours des  quatre prochaines années, sera de développer, de structurer mais aussi de mettre en valeur tout ce que la voile normande est capable de faire.  Notre souhait serait bien entendu d’avoir un label Voile Normande. »

H-I : Avons-nous ici, en Normandie, la capacité d’accueillir les différents types de voiliers ?
P-A :  « Nous avons 500 kilomètres de côte, nous avons un nombre important de ports de plaisance, nous avons également des plages qui peuvent accueillir des disciplines liées à la voile, nous avons aussi l’axe Seine qui peut fournir de bonnes animations. Oui, nous avons la capacité d’accueillir les différentes catégories de voiles et de voiliers. Mais au-delà de ça, ce qui est intéressant c’est de proposer des animations avec des bateaux pouvant naviguer sous les yeux des spectateurs et de donner envie au public de pratiquer la voile. Aujourd’hui, plus de 120 000 personnes ont fréquenté les structures normandes et notre ambition est de fidéliser ce public afin de l’inciter à venir nous rejoindre. »

H-I : La voile est sous le feu de l’actualité grâce aux grandes traversées. Proposez-vous des compétitions plus modestes ?
P-A : «  La Ligue de Voile de Normandie a pour vocation de proposer des animations un peu partout sur nos côtes. Vous n’êtes pas sans savoir que la ville du Havre s’est positionnée pour obtenir sur son plan d’eau une compétition des jeux olympiques. Malheureusement, le Havre n’a pas été retenue au profit de Marseille. Toutefois, le plan d’eau du Havre reste très compétitif et pourra se positionner pour d’autres compétitions. Mais je voudrais souligner toutefois qu’il n’y a pas que le Havre en Normandie et d’autres plans d’eau normands peuvent aussi accueillir des compétitions organisées par la Fédération Française de Voile. »

H-I : Pourquoi avoir choisi Honfleur pour votre assemblée générale ?
P-A : « C’est simple, Honfleur est le symbole de la réunification et c’est un message fort que nous voulons adresser à tous nos membres. Aujourd’hui nous ne pensons plus Haute ou Basse Normandie, nous pensons Normandie tout court. »

 

Jean Louis Garros                                                                                                              13/03/2017


Nicolas Canu, médaillé d’or aux olympiades des métiers...

Le jeune ablonnais, Nicolas Canu est devenu samedi soir à Bordeaux, Champion de France des métiers dans la catégorie «  Boucherie-Charcuterie ». La soirée de gala s’est déroulée depuis le parc des expositions de Bordeaux pour la proclamation du palmarès des 44èmes finales nationales des Olympiades des métiers et meilleurs ouvriers parmi 60 métiers représentés.
« Les Olympiades des Métiers créent la croisée des chemins du monde de la formation, des entreprises et des jeunes. C’est un temps de grande émotion où ces jeunes se donnent à fond pour prouver leur talent et l’excellence de leur savoir-faire dans le métier qu’ils ont choisi ou qu’ils exercent. »
Le thème de la compétition était cette année « la Nouvelle-Aquitaine, terre d'élevage et de vin. »            
Après de 20 heures d'épreuves réparties sur 3 jours de compétition pour l'ensemble des 630 candidats, le jury a délibéré : Nicolas CANU, natif de la Commune d’Ablon a reçu la médaille d’Or dans la catégorie Boucherie Charcuterie. Après avoir été 1er de Normandie l'an passé, il représentait notre région.
En France, les Olympiades des Métiers se déroulent en 3 temps forts :
1. Les sélections régionales organisées de janvier à octobre 2016 par les Conseils régionaux et en partenariat avec les organismes professionnels, consulaires, établissements d’enseignement et de formation professionnelle de toute la France
2. Les Finales Nationales organisées par l’une des régions de France sur un site unique, Bordeaux – 9-10-11 mars 2017
3. La compétition mondiale des métiers, WorldSkills Competition organisée par l’un des pays membres de WorldSkills International, Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) - 14 au 19 octobre 2017.

Boucherie Charcuterie : Ce métier ne figure pas actuellement dans la liste des professions en compétition à la WorldSkills Compétition d'Abu Dhabi, cela reste une épreuve au niveau nationale.
Le journal Honfleur-infos adresse ses plus vives félicitations au champion de France, Nicolas Canu...

                                                                                                                                            12/03/2017


Animations communes pour les Offices de Tourisme de « Honfleur-Beuzeville »

C’est une première à laquelle il faudra dorénavant s’habituer, les offices de tourisme de Honfleur et Beuzeville proposent maintenant des animations communes. Si l’année 2017 sera «  une année de transition »  comme le souligne Ségolène Chesnel, la directrice de l’Office de Tourisme, à l’avenir les deux entités n’auront plus qu’un seul programme.
En effet, depuis le mariage des deux communautés de communes, celle du Pays de Honfleur et celle de Beuzeville, les offices de tourisme de Honfleur et de Beuzeville ne font plus qu’un. «  Juridiquement ce n’était pas facile car Honfleur est un EPIC (NDLR : Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial) et Beuzeville avait une forme associative. Il a donc fallu revoir les statuts pour être en conformité avec la loi. » Indique Françoise David adjointe au maire de la ville de Honfleur en charge du tourisme.
2017 sera donc une année de transition avant qu’une seule et unique plateforme (Honfleur et Beuzeville) ne voit le jour et ce dès 2018 avec la mise en place d’un nouveau site internet.
Pour l’heure, les deux Offices de Tourisme travaillent de concert sur des programmes déjà existants et pouvant intéresser les habitants de la Com-Com mais aussi et surtout les touristes séjournant dans notre région. Ainsi, chaque mois il y aura des temps forts comme par exemple la visite découverte de Beuzeville sur le thème « au fil de l’eau » ou encore «  Les gens de mer » grâce à une visite théâtralisée, ou bien « la promenade musicale » de Beuzeville, ou bien même la « sorcellerie » à Honfleur...
Des animations qui peuvent être pour certaines gratuites mais aussi payantes, ainsi que des expositions et surtout des randonnées découvertes à pied ou à vélo....
Un mariage d’idées et d’animations qui devrait ravir les coutumiers du genre mais aussi inciter les habitants à comprendre ou à découvrir leur région.
Programme des animations à découvrir dans la rubrique Agenda.
                                                                                                                                             09/03/2017


La boîte numérique : Le nouveau service de la médiathèque...

Rendre la culture encore plus accessible est le but de l'équipe de la Médiathèque Maurice Delange qui, depuis le 2 janvier offre un nouveau service proposé par la Bibliothèque Départementale de Prêt du Calvados.
C'est ainsi que Cécile Hauguel, responsable de la médiathèque a présenté la boîte numérique et son fonctionnement en présence de l'adjointe à la culture Nathalie Oléon-Papin, soulignant que « le soutien a ce projet est fidèle à la ligne directrice de la politique culturelle de la municipalité. »
Il s'agit d'un accès aux ressources numériques auquel ont déjà adhéré une soixantaine de bibliothèques de communes du Calvados de moins de 10 000 habitants.
L'abonnement annuel a augmenté de quelques centimes afin de financer l'adhésion à la boîte numérique et de proposer sans coût supplémentaire ce service de ressources en ligne aux adhérents. Comme le précise Cécile Hauguel «  il suffit d'être abonné à la médiathèque pour bénéficier du service et accéder de n'importe où, à n'importe quel moment, sur n'importe quel support au contenu de la boîte numérique. » 80 personnes se sont déjà inscrites.La médiathèque entend montrer au public qu'elle évolue et respecte les nouveaux usages»
« Il faut suivre l'évolution des consommateurs qui font une place de plus en plus grande au numérique dans leurs habitudes de lecture », souligne Nathalie Oléon-Papin. « Il faut donc prendre le train en marche, nous a-t-il semblé, plutôt que de rester sur nos acquis au risque de voir le nombre de lecteurs diminuer. Nous avons donc choisi non seulement de les conserver mais également d'en attirer d'autres. »
Le contenu de la boîte numérique contentera le plus grand nombre avec un large choix de films, documentaires, séries, formations (cours de langues, code de la route, soutien scolaire, initiation à l'informatique), revues, magazines (800 titres), livres (romans, documentaires, BD, guides de voyage), musique (plate-forme dédiée au contenus culturels indépendants tous styles confondus).
L'avantage de ce nouveau service est d'être disponible 24h/24, de permettre de lire un livre qui est déjà sorti en version papier, d'avoir accès à des ouvrages tombés dans le domaine public, d'être utilisable sur tablettes, smartphones et d'autoriser les personnes dans l'impossibilité de se déplacer à profiter également des offres culturelles.
La règle de prêts est de 6 par mois, 4 prêts simultanés, 5 réservations possibles et une durée de prêt de 21 jours.
En plus de cette offre, la boîte numérique propose un accès illimité aux albums interactifs pour la jeunesse et à 2400 livres classiques.
Pour bénéficier de ce service, il suffit donc d'être inscrit à la médiathèque de Honfleur (ou l'une des 65 bibliothèques partenaires), avec une cotisation à jour et de se connecter sur :
https://mediathequehonfleur.wordpress.com et suivre les instructions de la rubrique « boîte numérique » ou par le portail de BibliOnDemand : http://laboitenumerique.bibliondemand.com
Inscription des usagers en ligne.
Quant aux autres nouveautés de la médiathèque, il est à noter que l'on peut dorénavant emprunter jusqu'à 6 livres ou documents, 4 CD et 2 DVD selon le type d'abonnement choisi et qu'il est désormais possible de travailler à la médiathèque avec son ordinateur personnel puisque des prises électriques ont été installées dans la verrière.

Pauline Bréhat                                                                                                                     07/03/2017


Les boites à livres dispositif « Réussir » arrivent dans Honfleur...

Dans quelques jours, les honfleurais verront, ici où là, dans leur ville, arriver de drôles de boites en bois... Ces boites ce sont des boites à livres fabriquées par les stagiaires du « Greta «  dans le cadre du dispositif «  Réussir » comme nous l’explique Guillaume Delange l’un des responsables du projet.
« Dans le cadre du dispositif « Réussir », on monte des activités collective en lien avec l'éco-citoyenneté, le but est que les stagiaires participent à une action qui a une utilité pour la collectivité, comme avec notre projet « Cycles & Recycle ». Et Guillaume Delange de poursuivre : « Le but est de permettre l'échange et le partage de livres, rendre la lecture accessible partout. Tout en donnant une nouvelle vie à des objets, comme les palettes ou encore les livres ». Pour cette opération, une quinzaine de stagiaires du « Greta » participent, pour une période de six mois, à ce projet lancer en décembre 2016. Des stagiaires qui font déjà partie du dispositif « Réussir » travaillant sur un projet d'orientation professionnel.
Guillaume Delange précise que : « tout est gratuit, les boites vont être mise à disposition partout dans des lieux stratégique de Honfleur. »
A noter que les stagiaires sont de Honfleur et des environs, et qu’ils ont entre 17 et 55 ans. Pour conclure Guillaume Delange souligne : « Même si nous avons a déjà collecté plus de 1000 livres, nous sommes toujours à la recherche de livre et si des lieux de Honfleur veulent accueillir des boites, on fabrique à la demande, c'est l'association « Un autre Regard » qui va gérer dans le durée le projet. »

                                                                                                                                            28/02/2017


Communauté de Communes : Accord trouvé entre Claude Morel et Michel Lamarre

Le désaccord entre Claude Morel, le maire délégué de Vasouy et Michel Lamarre, le maire de Honfleur également Président de la Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville a trouvé son épilogue. Les deux hommes se sont en effet rencontrés et un accord semble avoir été trouvé.
Si Claude Morel a décidé de garder sa liberté de parole, il a cependant accepté, de siéger, en lieu et place de Michel Lamarre, au SCOT Nord Pays d’Auge, devenant ainsi un membre titulaire à part entière.
Désormais, le maire délégué de Vasouy occupera le fauteuil de Michel Lamarre au sein du schéma départemental de coopération intercommunale du Calvados. De son côté, le président de la CCPHB s’est engagé à défendre les couleurs de la commune de Vasouy.
Cette nomination, pour Claude Morel a pris effet le 9 Février dernier lors de la séance publique de la CCPHB présidée, pour l’occasion, par Allain Guesdon, le 1er vice-président.
Au cours de cette séance 10 titulaires ont été désignés pour représenter la Com Com au sein du Pôle d’Equilibre et Rural du Pays Risle Estuaire ; deux représentants pour le Syndicat Mixte Eure Numérique, deux délégués et deux suppléants pour le Pôle Métropolitain de l’Estuaire de la Seine. Un vote qui n’a pas retenu le suffrage de l’ensemble des élus communautaires puisque 5 élus se sont abstenus. Il a également été procédé à la nomination d’un représentant de la CCPHB pour le Pôle Métropolitain de Caen, avec là aussi, une abstention...

JLG                                                                                                                                     24/02/2017


En exclusivité : La photo de la future horloge de la Lieutenance....

Horloge de la Lieutenace dessinée par Daniel Lefevre.
Horloge de la Lieutenace dessinée par Daniel Lefevre.

Dans quelques semaines, les honfleurais vont découvrir sur le pignon de la Lieutenance, juste au-dessus de l’ancienne Porte de Caen, l’horloge qui jadis orna le plus célèbre monument de la ville. Cette horloge, dessinée par l’architecte en chef des Monuments Historiques, Daniel Lefevre, sera fabriquée de toutes pièces dans les ateliers Aubert-Labansat à Coutances, dans la Manche et ressemblera trait pour trait à l’horloge d’origine. Pour construire cette horloge, l’atelier Aubert-Labansat n’a pas été choisi par hasard. Cette entreprise bien connue des professionnels des monuments historiques, est née en 1890 sous le signe du bois et de l’amour du bel ouvrage.
 Plus d’un siècle après sa création, l’entreprise normande de restauration du patrimoine continue d’arborer fièrement le nom de ses deux fondateurs.
 A son actif, on note des restaurations comme :  la flèche de l’abbaye du Mont-Saint-Michel ainsi que de nombreux châteaux comme celui du château de Versailles.... Des restaurations qui ont donné ses lettres de noblesse à l’entreprise.
 Dorénavant, le nom de cette entreprise reconnue dans le monde entier, sera directement associé à la ville de Honfleur avec la réalisation de cette horloge dont les plans ont été retrouvés par hasard lors de la restauration de l’édifice.
Une horloge qui, comme par le passé, égrainera le temps qui passe et rythmera sans doute la vie, presque paisible, des honfleurais.

 

Serge Guichon et Jean Louis Garros                                                                                  23/02/2017


Honfleur : Un nouveau plan d’entrée de ville serait à l’étude...

Afin d’éviter le stationnement sauvage Cours Jean De Vienne, le département du Calvados étudierait en ce moment-même un nouveau plan d’entrée de ville. L’idée, si elle est retenue, serait de faire comme à Bayeux,  c’est-à-dire supprimer une deux fois deux voies à l’entrée Est de la ville afin de créer des places de stationnement, de créer dans le même temps une allée piétonne afin d’apporter plus de sécurité aux piétons, puis de créer une piste cyclable qui pourrait commencer depuis les parkings du village des marques pour rejoindre le centre ville de Honfleur en passant par les abords du Bassin Carnot ou de la rue Alfred Luard créant ainsi un nouveau point d’entrée sur Honfleur.

Ce projet, n’a semble-t-il pas retenu l’approbation de tous les membres de la commission circulation de la ville de Honfleur puisque, la semaine passée, des voix se sont levées pour expliquer que ce projet allait rendre encore plus difficile la circulation dans ce secteur créant des bouchons beaucoup plus importants que ceux que nous connaissons actuellement.
L’autre problématique avec ce projet de réduire les voies d’accès à la ville, serait d’avoir un risque d’engorgement Route Emile Renouf , impactant du même coup la rue Saint-Léonard et la Rue Cachin ou bien encore le rond-point de la Côte de la Gare.... A l’heure où sur l’autoroute A13 on étudie la possibilité de passer certains secteurs à trois voies, à Honfleur, le département du Calvados choisit de réduire les voies de circulation... !! Alphonse Allais, sort de ce corps. !!!

Le nouveau stationnement mis à disposition Cours Jean De Vienne pourrait créer, toujours selon nos informations, plus de 200 places de parking et sécuriser la circulation des piétons de plus en plus nombreux sur cette départementale qualifiée par le département de route de grande circulation.
Pour ce qui est des parkings supplémentaires, la ville de Honfleur serait en négociation avec le département pour une utilisation à long terme d’un espace le long du Bassin de l’Est ouvrant ainsi la voie à de nouvelles places de stationnement.

Travaux dans la rue Haute
L’autre sujet de préoccupation, chez certains élus siégeant à la commission circulation, concerne cette fois l'idée d'inciter les automobilistes à éviter de passer par Honfleur pour rejoindre Deauville via la Charrière Montsaint et la route de Gonneville par la D579.
Une solution il est vrai beaucoup plus simple pour quitter le Village des Marques mais qui risquerait d’avoir un impact négatif sur le commerce local. Interrogée sur le sujet, la ville de Honfleur souligne qu’il s’agit pas "d'inciter les automobilistes à éviter Honfleur, mais d’installer un panneau de signalisation qui avait été oublié, qui n’aura aucun impact sur le commerce local."
Un autre sujet a également été abordé au cours de cette réunion, celui de la réhabilitation de la rue Haute. Selon nos informations, des travaux visant à supprimer les trottoirs dans la rue Haute seraient à l’étude. L’objectif, permettre un meilleur stationnement mais aussi faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite. Une importante modification de la rue Haute qui a fait réagir certains membres de la commission expliquant que des travaux avaient déjà été engagés il y a peu et que ces travaux avaient terriblement perturbés le commerce local. Des travaux qui devraient, toujours selon nos informations, démarrer après les différentes interventions du gaz et de l’électricité, mais surtout après une large consultation avec les habitants... L’idée serait de permettre un stationnement en quinconce mais aussi avoir une circulation beaucoup plus fluide dans la rue Haute. Quant à la zone piétonne, elle pourrait-être matérialisée par des petites bittes...

 

JL Garros                                                                                                                        20/02/2017


Des boues immergées en baie de Seine au large de Honfleur...

Image Haropa Port de Rouen..
Image Haropa Port de Rouen..

La Commission d’Enquête Publique vient de donner un avis favorable à l’immersion des boues du port de Rouen.
« Haropa » Port de Rouen (ex Grand port maritime de Rouen) avait demandé l'autorisation d'immerger 45 millions de m3 à 17 km environ des côtes du Calvados dans le secteur dit du « Machu » sur une surface de 7,15 km2. Et 5 autres millions au large de Honfleur. Malgré des avis défavorables, notamment du côté des habitants de la Côte Fleurie, la commission a donné, vendredi, un avis favorable. Cette commission souligne que : « ces sédiments présentent une qualité chimique inférieure au seuil réglementaire du fait de leur provenance essentiellement maritime et de leur faible séjour dans le chenal. » Ce qui n’est pas du tout de l’avis de l’association écologique «  Robin des Bois » et de son représentant, Jacky Bonnemains : «  La teneur en PCB n’est absolument pas quantifiée alors qu’il suffit de quelques millionièmes de gramme pour contaminer un tourteau ou un poisson... »
Si le maire de Cabourg est très vite monté au créneau contre se rejet au large de nos côtes, selon le journal Paris-Normandie, le maire de Deauville, Philippe Augier, estimerait que « toutes les études montrent qu’il n’y a pas de risque. »
Du côté du Port de Rouen, on se félicite bien entendu que cet avis soit favorable, mais les responsables de « Haropa Port de Rouen » soulignent toutefois que « les teneurs en PCB sont régulièrement suivies et sont globalement inférieures aux seuils réglementaires » et que le site du «  Machu », qui est très loin des côtes du Calvados, possède toutes les garanties nécessaires pour recevoir ces sédiments...
Dans son rapport, le commissaire enquêteur souligne « qu’il est important de maintenir l’accès au chenal du Port de Rouen pour des raisons économiques.... »
La parole reste maintenant à la préfète de région qui dès maintenant peut délivrer un arrêté préfectoral autorisant l’immersion des sédiments en baie de Seine.

JLG                                                                                                                                     31/01/2017


Jean-Jacques Bresson : Un DVD pour 50 ans de chanson...

Chanteur de variété depuis toujours, puis diacre à la paroisse de Notre-Dame de l’Estuaire, le honfleurais Jean-Jacques Bresson nous propose de revivre à travers un DVD, la soirée organisée pour ses 70 ans et ses 50 ans de chanson. Un souvenir que le « Diacre Chantant » souhaite aujourd’hui partager avec son public.

H-I : Pourquoi faire ce DVD ?
Jean-Jacques Bresson : « Pour plusieurs raisons... Tout d’abord le concert de mes soixante ans avait été filmé et je trouvais très intéressant de revenir 10 ans plus tard dans le même lieu, l’église Sainte-Catherine, afin d’offrir ce moment de partage. Ensuite, ce concert s’est déroulé tard le soir et de nombreuses personnes n’ont pas pu venir. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas faire un DVD pour ces personnes qui ne peuvent pas sortir le soir et pour qu’elles puissent profiter de ces instants qui pour moi semblent importants. »

H-I : Qu’allons-nous trouver dans ce DVD ?
Jean-Jacques Bresson : «  Les gens vont pouvoir retrouver une bonne partie du concert que j’ai eu l’honneur et le plaisir de chanter au mois de Juillet dernier pour mes 70 ans sur terre et pour mes 50 ans de chanson. Il y a dans ce DVD 27 titres, nous n’avons hélas pas pu tout mettre car le concert a duré plus de 2 heures, mais l’essentiel est dans ce DVD. Il y a également quelques chansons avec mon fils qui m’a accompagné pour cet anniversaire et mon neveu, Hervé, qui est toujours présent avec moi. En plus il y a un bonus réalisé par Michel Gai, qui a filmé ce concert, et qui nous a fait un joli cadeau en proposant ce bonus. »


H-I : Où peut-on se procurer ce DVD ?
Jean-Jacques Bresson : « On peut le trouver dans deux endroits. A mon « Q.G » au bar de l’Union là où chaque matin à 11h30 je prends mon café, et au centre Leclerc de Honfleur. J’aimerais profiter de cette interview pour saluer et surtout remercier le public qui me suit depuis 50 ans maintenant. Un public que je connais bien et qui est fidèle. Si ce DVD est un superbe souvenir pour moi, j’aimerais qu’il le soit également pour le public car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Tant que j’aurai la force de chanter je continuerai. Enfin dernière petite chose, j’ai intitulé ce DVD « Un soir à Sainte-Catherine » en souvenir de Michel Delpech qui avait chanté au Bataclan et qui avait titré son spectacle : «  Un soir au Bataclan »

A noter que Jean-Jacques Bresson sera à l’affiche ce samedi 4 Février au Grenier à sel de Honfleur dans le cadre du concert « Honfleur Music »

 

JLG                                                                                                                                      29/01/2017


Réunion du conseil communautaire : La taxe de séjour fait débat...

La seconde réunion publique de la nouvelle communauté de communes du pays de Honfleur-Beuzeville s’est déroulée ce mercredi à Honfleur au siège de la CCPH-B.
Au cours de cette réunion publique, il a été question de la mise en place d’un EPIC intercommunal pour l’Office de Tourisme mais aussi des modalités d’instauration pour la taxe de séjour. Un sujet délicat qui a  fait débat et soulevé pas mal d’interrogations notamment en ce qui concerne le versement intégral de cette taxe à l’office de Tourisme de Honfleur. Pour le maire de Fourneville, Jean-Marie Delamarre, « cette taxe servait surtout pour l’entretien des petites communes, la reverser intégralement à l’Office de Tourisme revient à dire que nous n’aurons plus cette ressource. »  Des propos repris par le maire de La Rivière Saint-Sauveur, Michel-Olivier Matthieu, qui, souvenez-vous, avait voté contre le transfert de cette taxe. « Nous avons un EPIC, mais à mon sens, ce n’est pas la solution. Il faut très rapidement que nous changions cette forme juridique pour une société publique locale (SPL). » Face aux arguments des uns et des autres, le président Lamarre a donc fait retiré le mot «  intégralement » qui figurait dans le texte.


Indemnités
L’autre sujet inscrit à l’ordre du jour concerne les indemnités du président et des vice-présidents. Michel Lamarre souligne l’importance de la nouvelle strate démographique de la collectivité, soit 29 989 habitants, souligne également les responsabilités et obligations qui s’y rattachent et propose de fixer l’indemnité du président au taux de 67,50 % correspondant à l’indice brut, soit 2 581,39 €/ brut mensuel (soit 2 115 euros net mensuel). Pour les vice-Présidents, une indemnité aux taux de 24,73 % correspondant à l’indice, soit 945,74 €/ brut mensuel (834 euros/net mensuel) pour les vice-présidents sans autre fonction élective et 758 €/net mensuel pour les vice-présidents ayant une autre fonction élective. Le président souligne que « l’enveloppe budgétaire des deux communautés de communes avant fusion était de  151 169, 51 € et qu’avec la fusion elle sera de 133 117. 04 €. » Au moment du vote, seul le maire de Genneville, Moïse Andrieu, a voté contre.
Cette seconde réunion publique a également permis de désigner les différents délégués titulaires et suppléants pour les commissions ou représentations, soit au total 31 commissions et représentations.


Filière bois
Enfin, pour conclure, Michel Lamarre a proposé la mise en place d’une signalétique à chacune des entrées du territoire de la communauté de communes afin de bien marquer son identité. Il a ensuite proposé de développer les voies piétonnes sur le territoire afin d’offrir de véritables balades pédestres et enfin, le président de la CCPH-B souhaite que cette nouvelle collectivité puisse travailler sur un programme de développement de la filière bois.

JLG                                                                                                                                      19/01/2017


Le "Pôle Santé Henri de Régnier"...

A l’occasion de la cérémonie des vœux, le maire de Honfleur, Michel Lamarre a donné avec beaucoup plus de précisions ce que sera le futur pôle santé qui verra le jour dans l’ancien collège Henri de Régnier : « Ce pôle médical, en plein centre-ville, va permettre à nos généralistes, à nos spécialistes et aux divers métiers médicaux de se développer dans l’avenir afin de ne pas être isolés. »
Ce pôle médical verra donc l’installation des 10 médecins du centre médical et 1 pharmacien, 3 kinés, 2 orthophonistes, 1 orthoptiste, 1 podologue, 1 diététicienne, 7 infirmiers, 1 ostéopathe. Des négociations sont toujours en cours pour l’intégration d’une gynécologue, 1 psychologue et 1 laboratoire d’analyses médicales. En ce qui concerne la radiologie, des discussions sont en cours avec l’ARS, mais le dossier semble pour le moins très compliqué.
Enfin Michel Lamarre a rappelé que dans ce projet, 63 logements y seront créés dont 14 à loyer modéré. Les travaux pour l’ensemble du projet devraient commencer courant Avril 2017.

JLG                                                                                                                                     12/01/2017


Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville

Michel Lamarre élu président

La première réunion de la nouvelle Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville s’est tenue ce lundi soir 9 Janvier dans la salle Maitre Moore du Cours des Fossés à Honfleur.
A l’ordre du jour de cette première réunion de la toute nouvelle collectivité, l’installation du bureau et l’élection du président ainsi que des vice-présidents.
Deux candidats étaient en lice : Michel Lamarre, comme il l’avait annoncé, et à la surprise générale, Christophe Perreault élu de l’opposition municipale honfleurais.
Prenant la parole en premier, Christophe Perrault devait déclarer vouloir être élu afin de mener une politique d’unité territorial en mettant en place des projets communs tout en indiquant que la commune de Beuzeville avait gagner en nombre d’habitants alors que dans le même temps Honfleur voyait sa population baisser d’année en année. Puis ce fut au tour de Michel Lamarre de prendre la parole écartant d’un revers de la manche les arguments de son concurrent, soulignant que Christophe Perrault n’avait jamais pris part aux discussions pour réaliser la fusion entre les deux collectivités.


Lamarre président :
Les 51 délégués présents ont donc participé aux votes du président et des 9 vice-présidents. Sans surprise, Michel Lamarre est élu avec 42 voix alors que Christophe Perrault recueille seulement 5 voix :  3 bulletins blancs et un bulletin nul.
Puis ce fut au tour des vice-présidents.
- 1er vice-président : Allain Guesdon, ancien président de la CdC de Beuzeville :  élu avec 50 voix. Il sera en charge de la Coopération et projet de territoire.
- 2ème vice-président : Philippe Leprou (Honfleur) : élu avec 40 voix, en charge des Affaires Générales et du Personnel.
- 3ème vice-président Jean-François Bernard (Barneville-la-Bertran)  élu avec 50 voix en charge de l’Environnement et les déchets.
- 4ème vice-président : Alain Fontaine (Foulbec) élu avec 47 voix en charge de la Voirie.
- 5ème vice-président : Sylvain Naviaux (Honfleur) élu avec 45 voix en charge de l’Aménagement de l’Espace et de l’Habitat.
- 6 ème vice-président : Marie-France Charon (Beuzeville) élue avec 49 voix en charge de l’Enfance et de la Jeunesse.
- 7ème vice-président : Michel Olivier-Mathieu (La Rivière St-Sauveur) élu avec 39 voix en charge des Finances.
- 8ème vice-président : Didier Delabrière (Martainville) élu avec 43 voix en charge de la Mobilité et des Transports.
- 9ème vice-président : Michel Bailleul (Equemauville) élu avec 37 voix en charge de la Mutualisation et des Gens du Voyage.
A noter qu’à l’issue du vote, le président de cette nouvelle collectivité a souhaité que les maires des différentes communes participent aux décisions du bureau. Un vote a donc été réaliser afin d’intégrer l’ensemble des maires de la CCPH-B.
Nous reviendrons dans l’une de nos prochaines éditions sur l’installation de cette nouvelle communauté de communes avec la réaction de son premier président.

JLG                                                                                                                                      09/01/2017


Conseil communautaire... La suite...

Après l’installation du premier bureau de la nouvelle communauté de communes, les élus avaient à se prononcer sur la politique sociale mise en place dans cette nouvelle assemblée. A ce titre et conformément aux orientations menées en 2016 par les deux anciennes communautés, il a été proposé d’acter pour une enveloppe constante de 94 500 euros correspondante aux montants des deux budgets de 2016 dans l’attente de la mise en place d’un Comité Technique. Par ailleurs, les élus ont choisi de lisser les prestations entre agents afin de ne pas favoriser une collectivité par rapport à l’autre après fusion. De même une harmonisation des avantages pour les agents a également été approuvée.
Dans le même état d’esprit, il a été adopté une politique d’harmonisation d’abattement en matière de taxe d’habitation et validé un abattement obligatoire pour charge de famille à 10% pour chacune des deux premières personnes à charge et 15% pour chacune des personnes à partir de la 3ème personne à charge...
Enfin pour conclure, il a été adopté le principe d’une taxe d’enlèvement des ordures ménagères avec une définition par zone permettant ainsi l’application de taux différents en fonction de la zone. Toutefois, sont exclues  de cette application par zonage les entreprises qui n’ont pas recours au service public ou les entreprises ayant signé une convention portant sur la redevance spéciale....

Prochaine réunion de la CCPH-B, le Mercredi 18 Janvier.

Réaction de Michel Lamarre

A l’issue de la réunion, le nouveau président de la CCPH-B devait déclarer : « C’est avec beaucoup d’émotion que je prends cette fonction de président, d’autant que nous avons eu un candidat surprise, un peu téléguidé d’ailleurs, mais cela ne m’empêche pas d’être heureux pour nos collègues de Beuzeville et de Honfleur... Cette élection c’est aussi le fruit de plusieurs mois de travail, de réunions pour aboutir à cette fusion qui va nous permettre d’exister car sans cette fusion, nous étions appelés à disparaître.
Je souhaite que ce territoire soit gagnant et je le souligne encore une fois, je n’ai pas d’intérêt personnel et je ne suis pas élu dans l’Eure... En ce qui concerne le Pôle Métropolitain, rien n’empêche Beuzeville de travailler avec nos voisins du Havre, au contraire, même si nous, nous sommes dans le Pôle Métropolitain de Caen. Nous avons maintenant un pied dans les deux pôles si je puis dire. Ma volonté n’est pas d’être prisonnier dans un pôle, mais de travailler avec les grandes collectivités que sont : Caen – Le Havre et Rouen.  Ce que nous voulons, et je le répète, c’est exister ... »


Selon l’Insee : Honfleur perd des habitants

L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) vient de dévoiler au journal officiel les statistiques du nombre d’habitants en France, par région et par commune. La Normandie réunifiée compte désormais un total de 3 335 645 habitants.
« Honfleur infos » s’est intéressé aux communes de notre canton et l’on constate qu’à Honfleur entre 2009 et 2014, la ville a perdu  695 habitants au profit des communes voisines comme La Rivière Saint-Sauveur qui gagne 370 habitants ou encore Equemauville qui augmente sa population de 119 habitants. Autres communes qui progressent légèrement, Ablon avec 36 habitants supplémentaires ou bien Genneville qui progresse également de 32 habitants. Une autre commune perd elle aussi des habitants, et là c’est un peu plus surprenant, c’est la commune de Saint-Gatien-des-Bois avec moins 88 administrés.
Selon l’Insee, le Canton de Honfleur comptait en 2009,  17 366 habitants contre 17 186 habitants en 2014, soit une perte de 180 habitants.
Cette statistique millésimée 2014 entre en vigueur le 1er janvier 2017, elle a pour date de référence statistique le 1er janvier 2014.

Habitant commune par commune (en gras la population en 2014) :

Ablon :   1 201 – 1 237

Honfleur : 8 363 -  7 668

La Rivière Saint-Sauveur : 2 036 – 2 406

Genneville : 754 – 789

Gonneville-sur-Honfleur : 802 – 891

Barneville-la-Bertran : 147 – 132

Equemauville : 1 279 – 1398

Quetteville : 385 – 383

Pennedepie : 329 – 300

Fourneville : 512 – 510

Le Theil-en-Auge : 178 – 183

Saint-Gatien-des-Bois : 1377 - 1289
                                                                                                                                         02/01/2017


Honfleur : Les routes sont bien mal chaussées...

Le constat est clair, les routes menant au centre ville de Honfleur sont complètement défoncées, ce qui provoque la colère des usagers. Sur les réseaux sociaux, les commentaires vont bon train et les automobilistes en ont ras-le-bol de circuler sur des routes indignes d’une cité balnéaire. «  Je vais bousiller ma voiture » déclare un internaute alors qu’un autre souligne « Mon mal de dos ne va pas s’améliorer avec une route pareille... »
Pour nous en rendre compte, nous nous sommes rendus sur le terrain. Et ce que nous avons vu nous a laissés sans voix.... Des nids de poules un peu partout, que dis-je des nids de poules, des nids d'autruches plutôt; une chaussée complètement déformée avec de véritables sillons au niveau des zones de roulement.... Une véritable catastrophe... Face à cette situation, nous nous sommes alors renseignés auprès des autorités « compétentes ».

Ainsi, la route, allant du Quai Lepaulmier jusqu’au rond-point du Poudreux via le Cours Jean de Vienne, ou encore à la Route Émile Renouf menant au carrefour des Quatre Francs, n’entrent pas dans les compétences de la ville, mais dans celles du Département du Calvados. En effet, du Quai Lepaulmier au rond point du Poudreux, c’est une départementale, la D580 et pour la route Émile Renouf, c’est aussi une départementale, la D580 A.

Du coup c'est au département d’effectuer les travaux de réfection afin de rendre les deux pénétrantes vers Honfleur un peu plus praticables. Par ailleurs, selon certaines indiscrétions, la ville de Honfleur devrait très rapidement faire une demande auprès du Conseil Départemental pour que celui-ci intervienne. Heureusement pour nous, un honfleurais est dans la place.... En attendant, sur les réseaux sociaux le sujet fait toujours débat.

                                                                                                                                             23/11/2016


Honfleur : "Le Village des Marques" lance son programme de recrutement...

A partir de dimanche prochain, c’est-à-dire à partir du 20 novembre 2016, vous pourrez déposer vos CV sur le site du village des marques de Honfleur. Le promoteur du projet, « Normandy Outlet », comme il l’avait promis le 14 Octobre dernier à l’occasion de la pose de la première pierre, commence son recrutement avec pour objectif la création à terme de 500 emplois, 300 emplois permanent dans un premier temps, puis 200 dans le cadre d'une seconde phase pour la haute saison.  D’ici au printemps 2017 des programmes de formations aux métiers de la vente seront mis en place à Honfleur. Les candidats devront tout d’abord s’inscrire sur le site du promoteur afin de pouvoir bénéficier de ces programmes de formations. Le Village des Marques devrait générer un chiffre d’affaires d’environ 80 millions d’euros par an avec 1,2 million de clients la première année.
Création de 2000 emplois
Plus d’une centaine de boutiques verront le jour au pied du pont de Normandie avec des marques de prestiges, comme "Nike" ou encore "Les Galeries Lafayette". Mais le projet du Village des Marques c’est aussi un vaste programme de développement économique sur la région puisque  le groupe français « Concerto », filiale de «  Kaufman & Broad », devrait installer sa plateforme logistique avec la construction de cellules de stockage, sur 12 hectares le long de la Seine. Autre conséquence de l’arrivée du Village des Marques, la construction d’un nouveau centre Leclerc permettant à l’enseigne d’étendre sa surface commerciale et de créer de nouvelles offres de services. Au total, les prévisionnistes espèrent créer, sur ce parc d’activités, plus de 2000 emplois.

JLG                                                                                                                                     16/11/2016


De nouveaux aménagements pour le transport urbain à Honfleur...

A partir du 3 Novembre prochain de nouveaux aménagements sur le réseau urbain de la ville de Honfleur devraient entrer en fonctions.
Ce Mercredi matin, Nicolas Pubreuil, adjoint au maire à la ville de Honfleur a organisé une réunion à laquelle participaient : l’association des parents d’élèves «  L’indépendante du Canton de Honfleur », l’association de quartier «  Un autre regard » la directrice des services techniques de la ville, le responsable des transports urbains pour la ville de Honfleur, la principale du Collège ainsi que les représentants de la société délégataire, Kéolis.
« Le but de cette réunion », explique Nicolas Pubreuil « est de faire remonter les informations et régler quelques problèmes. »
Pendant près de deux heures, chacun a pu s’exprimer et la société "Kéolis", en accord avec la mairie, va mettre en place certains aménagements notamment au niveau de la desserte de l’Eider dans le quartier du Canteloup et aménager les horaires en fonction des priorités. « Lors de cette réunion, des points d’aménagements devaient être discutés. » Explique Nicolas Pubreuil avant de poursuivre : « Le point important que nous avons immédiatement identifié concerne la desserte de l’Eider sur la ligne A.  Nous avons entendu les demandes des uns et des autres et à compter du 3 Novembre prochain il y aura 5 passages, 3 allers le matin et 2 retours l’après-midi. Par ailleurs, il y aura des aménagements sur le réseau comme par exemple, rue des Vases, pour éviter les problématiques liées à cet arrêt. Il y a aura une signalisation plus importante et sur la contre allée, nous allons neutraliser deux places de stationnements pour créer un renfoncement afin d’agrandir l’arrêt et installer un abris de bus. Devant le collège nous allons également réaliser des aménagements avec un nouvel abris de bus afin d’augmenter la sécurité des collégiens ... » Et Nicolas Pubreuil de poursuivre. «  Tous ces aménagements devraient être effectués pour la rentrée de la Toussaint... » Et Nicolas Pubreuil d’indiquer qu’il y aura, le mercredi midi, une nouvelle desserte en bus à l’école "Caubrière"...

Arrêt Distri-Center
Concernant l’arrêt installé face au magasin " Distri Center," de La Rivière Saint-Sauveur, là aussi un nouvel aménagement va être effectué. Après concertation, l’arrêt devrait reculer de plusieurs centaines de mètres afin de permettre au flux de véhicules de passer en toute sécurité au niveau des feux des « Quatre-Francs ».
Selon Nicolas Pubreuil, la commune de La Rivière Saint-Sauveur aurait donné un avis favorable pour déplacer cet arrêt au niveau du lieu dit « La Source » dès la fin des travaux d’aménagement du lotissement qui se construit actuellement.

Ticket valable 1 heure
L’autre souci évoqué au cours de cette réunion, concerne l’utilisation du ticket urbain. Nicolas Pubreuil souligne que ce ticket est valable 1 heure et ne coûte que 50 centimes d’euros. Il permet aux usagers, (en fonction des places disponibles) d’utiliser leur titre de transport sur les dessertes de ramassages scolaires. Une note d’information a été envoyée par la société "Kéolis" aux chauffeurs de bus pour que ces derniers ne refusent plus les personnes ayant un titre de transport urbain. Pour l’association « Un autre regard » et son président Pascal Gosset, « il était important de souligner le problème car des chauffeurs interdisent l’accès des bus scolaires aux usagers alors que les bus sont pratiquement vides ».

L’autre problème soulevé par l’association concerne cette fois le transport des personnes âgées ou à mobilité réduite. « La problématique aujourd’hui est que nous avions une desserte rue Charles Thierry qui n’existe plus. Les personnes sont dans l’obligation d’effectuer plusieurs centaines de mètres pour prendre le bus ». Là aussi, selon" Kéolis" et la ville, des efforts seront effectués. Le bus devrait à nouveau passer non loin de cette rue. 
Du côté de l’association de parents d’élèves, « L’indépendante du Canton de Honfleur », le président, Jean-Paul Deysine devait déclarer : « Cette une réunion de travail a été très positive car nous avons  pu exposer les informations que nous avions notamment en ce qui concerne les arrêts de bus de la rue des Vases, de Distri-Center et du Collège qui présentent un véritable danger pour les usagers. Nous avons cependant une interrogation quant au calendrier de la mise en place des nouveaux abris de bus au Collège, les nouveaux passages protégés pour piétons. »
A la fin de la réunion, le responsable des transports urbains pour la ville devait indiquer que très bientôt des plans, style plan de métro, seront installés dans les abris de bus afin d’informer la population sur les différentes lignes mais aussi les changements à effectuer pour atteindre sa destination.

L’opposition réagit
Coïncidence ou pas, mais, à peine cette réunion terminée, la liste d’opposition emmenée par Christophe Perrault, au travers d’un communiquer, contactait notre rédaction et déclarait. « Mise au point de la liste Christophe PERRAULT à laquelle s’associe Aurélie DANEL.
Dans son communiqué de presse diffusé par Honfleur infos, Le maire de Honfleur annonce que les modifications apportées dans les circuits et horaires des dessertes de bus à Honfleur ont fait l’objet de discussions en commission et on été ratifiées par les membres de ces dites commissions.
Les membres de la liste Christophe Perrault accompagnés par Aurélie Danel qui font parties des commissions consultatives dans le domaine du transport, précisent qu’ils ont été invités seulement à l’ouverture des enveloppes et que la seule entreprise à avoir répondu à l’appel d’offre était  KEOLIS.
Nicolas Pubreuil nous avait annoncé une réunion avant l’été 2016 à laquelle nous serons conviés pour étudier la meilleure offre possible à mettre à la disposition des Honfleurais en matière de transport.
Cette réunion n’a jamais eu lieu et il est de toute évidence que toutes les modifications apportées à la desserte de la ville par HO BUS ont été décidées au plus haut niveau de cette municipalité sans aucune concertation et certainement pas avec les  membres de l’opposition siégeant au conseil municipal.... »

 

Jean Louis Garros                                                                                                               05/10/2016


L’Agence de l’Eau devrait vendre l’ancienne école de la rue Barbel.

Installée dans l’ancienne école de la Rue Barbel, depuis le début des années 2000, l’agence de l’eau Seine-Normandie devrait, selon nos informations, déménager sur Hérouville Saint-Claire et quitter Honfleur d’ici à 2017.
Une information confirmée par le responsable de l’agence de Honfleur Manuel Saraza qui déclarait : «  C’est en effet un projet que nous sommes actuellement en train d’étudier... ! »
L’idée, toujours selon nos informations, serait de délocaliser l’agence de Honfleur,  spécialisée dans le service « mer et littoral »,  pour rejoindre Hérouville Saint-Clair et la délégation territoriale qui s’occupe plus particulièrement des projets concernant l’ex-Basse-Normandie....
Six personnes sont concernées par ce projet de délocalisation et à terme, après avoir fermé l’agence Seine Normandie de Honfleur, le bâtiment, qui abritait en son temps une ancienne école primaire, devrait être mis en vente courant 2018.
Rappelons que L’Agence de l’eau Seine-Normandie est placée sous la tutelle de deux ministères : le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et celui de l’Économie, des Finances et de l'Industrie.
Il faudra donc plusieurs semaines, voire peut-être plusieurs mois, pour que ce projet de délocalisation soit entériné par l’administration et à terme pouvoir procéder à la vente du bâtiment  également occupé par la Mission Locale de la Baie de Seine qui devra trouver un autre point de chute...
Toujours est-il que la vente de ce bâtiment, inscrit dans la mémoire collective des honfleurais, devrait attirer bon nombre de promoteurs compte tenue de son emplacement assez exceptionnel en centre ville avec en prime des parkings privatifs.
Affaire à suivre.
JL Garros                                                                                                                            21/09/2016


Benjamin Findinier nouveau directeur des musées de Honfleur...

Après le départ en retraite de la conservatrice des musées de Honfleur, Anne-Marie Bergeret, la municipalité s’est mise en quête de trouver son remplaçant. Après avoir auditionné plusieurs candidats, la municipalité a retenu la candidature de Benjamin Findinier. Il y a quelques semaines il a pris son poste et sa fonction de directeur des musées de Honfleur.

3 Questions à : Benjamin Findinier.

H-I : Pouvez vous présenter ?

Benjamin Findinier : « J’arrive tout droit de Figeac, dans le Lot où je dirigeais les musées de la ville dont le musée Champollion-Les écritures du monde.  Je suis un homme passionné par ce que je fais dans le domaine de l’art et c’est ce qui a décidé mon choix de carrière. J’ai fait mes études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Lille. Outre le fait d’avoir travaillé en musée, j’ai aussi fait des fouilles archéologiques et j’ai travaillé en médiathèque avant de m’orienter définitivement vers les musées. 

H-I : Quelles sont vos premières impressions en arrivant ici à Honfleur ?

B-F: « Mes impressions sont tout à fait positives, vous l’imaginez bien. En plus je connais bien cette ville de Honfleur étant moi-même originaire du Nord de la France. L’accueil est très sympathique et les projets sont enthousiasmants. »

H-I : Vous prenez vos fonctions au moment de l’exposition Normandie Impressionniste, ça aide quelque part ?

B-F : « C’est un événement très important qui fait rayonner la Normandie en France mais également à l’international. La qualité des œuvres et du propos fait également briller le musée Eugène Boudin. Donc prendre ses fonctions dans ces conditions cela facilite les choses et ce, même si l’enjeu est très important. »

JL Garros                                                                                                                            19/08/2016


Pennedepie : Le cimetière placé sous vidéo protection...

De nombreuses caméras installées dans le cimetière
De nombreuses caméras installées dans le cimetière

Michèle Levillain, la mairesse de Pennedepie, en a assez... ! Assez de voir le cimetière de sa commune régulièrement dégradé ou pillé. Face à cette situation, elle a proposé à son conseil de faire installer un système de vidéo-protection pour identifier les auteurs de ces faits afin de protéger le cimetière et l'église. « C’est la chose la pire qui soit que d’aller voler dans les cimetières et en particulier sur les tombes des enfants. Cela me choque énormément...! C’est un non-respect pour les défunts mais aussi pour les familles qui viennent se recueillir. » souligne Michèle Levillain.
Pour mettre le cimetière sous vidéo-protection il a fallu que le conseil monte tout un dossier en préfecture afin d’obtenir les autorisations nécessaires nous explique encore Michèle Levillain : « Il y a un dossier à présenter en préfecture qui par la suite valide ou pas la demande. Notre dossier est passé comme une lettre à la poste. Notre responsabilité est engagée car il y a une réglementation, comme le droit à l’image ou le visionnage des images vidéo que seuls les gendarmes peuvent exploiter. Mais le cimetière de la commune est désormais sous surveillance. » Et la mairesse d’indiquer : « Pour prévenir le public, nous avons fait installer le décret préfectoral à l’entrée du cimetière et nous avons également mis des affiches indiquant que le cimetière était sous vidéo protection. De cette façon, tout le monde est prévenu...»
Des caméras qui filment en permanence, de jour comme de nuit et qui surveillent également l’église récemment ouverte grâce à l’aide et au soutien de quelques bénévoles.
Une initiative intelligente que de nombreuses communes du canton pourraient appliquer.

                                                                                                                                             19/07/2016


Desserte Supplémentaire du Pôle de Santé de Cricqueboeuf...

Bonne nouvelle pour les usagers du réseau Bus Verts. Du 11 juillet au 31 août 2016 et du lundi au samedi, les Bus Verts du Calvados renforcent la desserte du Pôle de Santé de Cricqueboeuf.  Ainsi, 2 départs de Honfleur et 3 départs de Deauville permettent de s’y rendre facilement. Le coût est de 2.50 € au départ de Honfleur et 1.90 € au départ de Deauville.

Vous trouverez ci-dessous les horaires des dessertes supplémentaires assurées par la ligne 20. Le détail des horaires est disponible sur le site des Bus Verts du Calvados, ou auprès du centre d’appels Infoligne en composant le 0970830014.


Une importante compagnie laitière devrait s’installer à Honfleur...

Photo d'archives G.P.M.R
Photo d'archives G.P.M.R

Outre « Concerto SAS » société spécialisée dans le développement immobilier industriel pour le stockage de la logistique et la distribution en Europe qui devrait s’installer au pied du pont de Normandie et devrait à terme créer 350 emplois, on apprend aujourd’hui qu’une enquête publique va être ouverte du Lundi 4 Juillet au Mardi 2 Août. Cette enquête publique permettra à la société « Savencia », anciennement « Compagnie Laitière Européenne » de construire, sur le terrain du futur Parc Logistique, un bâtiment industriel de 39 644 m2 à usage d’entreposage sous température dirigée.
Ce bâtiment de stockage et d’entreposage devrait accueillir des marchandises alimentaires fraîches mais pourra également servir à entreposer différents emballages courants comme les cartons, palettes, caisses plastiques...


Savencia ?
« Savencia Fromage & Dairy », anciennement Bongrain SA, est un groupe agro-alimentaire français qui a réussi à prendre le contrôle de l’Union Laitière de Normandie, puis différentes coopératives laitières, pour devenir aujourd’hui l’un des plus importants groupes agro-alimentaires de l’hexagone. Ce groupe, 1er producteur mondial de spécialités fromagères, possède donc plusieurs filiales et il est présent dans 120 pays.
Leader mondial des spécialités fromagères et des pâtes molles à marques, « Savencia » est le 2e groupe fromager français derrière « Lactalis » et 5e groupe mondial.
Ce groupe familial indépendant est toujours détenu par la famille Bongrain, via le Groupe « Savencia Saveurs & Spécialités » holding de sociétés parmi lesquelles figurent aussi « Bordeau Chesnel » ou encore « De Neuville ».
En 2015, son chiffre d’affaire était de 4,4 milliards d’euros pour un résultat net de 57 millions d’euros. L’effectif de « Savencia » en 2015 était de 18 911 personnes.


Projet honfleurais
Contacté par le journal «  Honfleur-infos », le service communication de la holding n’a pas souhaité se prononcer sur l’arrivée de « Savencia » à Honfleur. Toutefois, notre interlocuteur nous a quand même expliqué que cette enquête publique avait pour but de réaliser une étude de faisabilité mais aussi de connaître l’impact d’un tel bâtiment industriel sur l’environnement.
Pas très prolixe, notre interlocuteur n’en dira pas plus. ! Toujours est-il que si «  Savencia » devait s’installer au pied du pont de Normandie, cela créerait une véritable dynamique pour l’économie locale avec à la clé, selon nos informations, la création de 70 emplois.

Jean louis Garros                                                                                                               18/06/2016