Résultats des élections présidentielles

Participation : 70,49 %

Exprimés : 87,92 %

Emmanuel Macron : 64,10 %

Marine Le Pen : 35,90 %

Abstentions : 29,51%

Nuls : 2,67 %

Blancs : 9,41 %

Blancs-Nuls : 12,08%

Votants : 3 924

inscrits : 5 578

 

 

 

Le vote à Honfleur par bureau :

Grenier à sel

Bureau N° 1 : E Macron : 560 voix -  M Le Pen : 197 voix

Bureau N° 2 : E Macron : 479 voix -  M Le Pen : 178 voix

Bureau N° 3 : E Macron : 480 voix -  M Le Pen : 207 voix

École maternelle du Canteloup :

Bureau N° 4 : E Macron : 268 voix -  M Le Pen : 290 voix

Groupe Scolaire Samuel de Champlain :

Bureau N° 5 : E Macron : 429 voix -  M Le Pen : 369 voix

Total :

E Macron : 2216 voix -  M Le Pen : 1241 voix


Ablon : L’ancienne usine Nobel pourrait accueillir un vaste projet immobilier...

L'entrée de l'ancienne usine Nobel d'Ablon
L'entrée de l'ancienne usine Nobel d'Ablon

L’ouverture de l’enquête publique concernant le projet de modification du PLUi devrait permettre à la petite commune d’Ablon d’élaborer un vaste projet urbain dans l’ancien site de l’usine Nobel plus connu sous le nom de « la Dynamite ».
Située en limite Nord de la Commune d’Ablon « La Dynamite » est toujours occupée par les anciens bâtiments des usines Nobel à l’abandon depuis 1989. Cette ancienne usine couvre une emprise foncière totale de 282 726m².
Selon une étude réalisée par la CCPH : « près de trente ans après la cessation des activités industrielles, le site dépérit. L’abandon caractérise les bâtiments et les différents équipements en ruine sont devenus aujourd’hui une source de danger. La réalité urbaine du site s’impose en première perception : les constructions de toute nature, les voiries, les places, les réseaux, les ouvrages maçonnés attestent du caractère anthropisé ( ndlr : activité humaine) des lieux.
Les seuls bâtiments cumulent une superficie totale de 60 000 m² de plancher tandis que les autres édifices (bunkers, casemates, galeries, ateliers) augmentent encore les surfaces construites d’environ 40/50 000 m². Au total, 110 000 m² d’immeubles occupent le site d’Est en Ouest et du Nord au Sud soit une densité de 4000 m² de construction à l’hectare. »
Selon nos informations, les travaux du PLUi ont permis d’identifier le site comme un secteur urbain propice à une opération de renouvellement. La reconversion de la Nobel y est donc explicitement prévue aussi bien dans le rapport de présentation que dans le zonage (plan et règlement) qui classe aujourd’hui le site en zone UH et N.
Aménagement
Dans sa rédaction actuelle le PLUi, empêche la réalisation effective d’une opération de renouvellement urbain en dépit d’un zonage UH qui reconnait à la fois le caractère urbanisé de la zone et le potentiel de renouvellement urbain.
Le PLUi comporte d’une part des incertitudes juridiques liées à la superposition de terminologies divergentes, et d’autre part des contraintes techniques sans rapport avec la réalité du site.
Le zonage est par conséquent inopérant imposant la seule « réaffectation » des bâtiments industriels préexistants, inadaptés à d’autres usages dans leur état actuel.
Il s’agit, pour la CCPH et donc pour la commune d’Ablon, à travers la procédure de modification, de faire évoluer le PLUi sur le site de la Nobel afin de permettre de réinvestir ce site urbain dans le respect du projet de territoire porté par la CCPH.
La modification ne concerne aujourd’hui que la zone UH correspondant à l’emprise du cœur constructif de l’ancienne usine.
La CCPH souligne que l’opération - non définie à ce jour -, " doit s’inscrire dans le projet de territoire et doit respecter l’objectif de renouvellement urbain dans la limite des surfaces existantes pour éviter toute qualification d’extension de l’urbanisation, dans le respect de la loi littoral."
Avec la modification du PLUi, la municipalité d’Ablon pourra donc lancer son projet visant à urbaniser l’ancienne usine Nobel. Restera ensuite à connaître les résultats de l’étude d’impact concernant à la fois les problèmes d’érosion mais aussi et surtout celui de la densité du trafic routier une fois la réhabilitation terminée.

JLG                                                                                                                                     27/05/2016

Un vent de liberté pour Anaïs Vially

Souvenez-vous; le 15 décembre dernier « Honfleur-Infos » vous racontait l’histoire de cette jeune Honfleuraise souhaitant partir faire un petit tour du monde avec ses deux enfants. Ce projet est devenu réalité… Aujourd’hui 16 Février, depuis les États-Unis elle nous écrit… « Colorado. 7 heures du matin. -21 °C. Pardon, -6 °F. L’appel des grands espaces. À l’arrière de la voiture, les enfants sont happés par leur écran d’ordinateur. Moi, je suis happée par les paysages qui se succèdent dans un florilège de couleurs : prairies enneigées piquetées de buissons verts dominées au loin par de gigantesques montagnes, grès rouge flamboyant des réserves navajos, déserts ocre, badlands bleu-gris... Je sirote mon café démesuré (24 oz !!!) acheté dans une station-service ou un drive thru quelconque. Enfin, soyons honnête, cette boisson ressemble à s’y méprendre à de l’eau chaude, du jus de chaussette quoi. Qu’importe, ainsi je me fonds dans la masse et me fais passer pour l’Américaine que je ne suis pas. Cela fonctionne tant que l’on n’entend pas mon accent. À chaque arrêt, quelqu’un pour s’exclamer : « Oh, you’re from California!? » (Oh, vous venez de Californie !?). Étonnamment, lorsque notre précédente voiture, avant d’avoir un pneu crevé dans mon zèle à rebrousser chemin pour admirer (oserais-je dire ?) la sculpture exposée en plein air qu’est Cadillac Ranch, arborait fièrement sa plaque de Louisiane, personne ne s’écriait allègrement de la sorte. La Californie doit exercer une sorte d’attraction particulière chez eux également.
Seule au monde. Tel est mon sentiment sur ces routes souvent désertes qui s’étendent à l’infini. Libre et libérée de toute contrainte. Nous nous retrouvons nez à nez avec une faune à la fois familière et différente : fameux jackrabbits (lièvres imposants), cerfs mulets, coyotes, dindons sauvages… Au loin, nous distinguons parfois des pygargues à tête blanche (le symbole du pays tout de même) et toujours, ces grands corbeaux qui nous accompagnent et semblent s’amuser de nous. Ils nous observent avec malice, croassant à gorge déployée. Les mythes nord-américains font du corbeau le créateur du monde et protecteur des humains ou au contraire l’affublent du rôle de fripon. Je comprends pourquoi. Les trains passent, lentement, chargés de containers sur deux niveaux ou de charbon, si longs qu’on n’en voit la fin. Je picore au passage quelques noms de rivières, poétiques ou nostalgiques, qui racontent elles aussi un peu de l’histoire de l’Ouest : Wanderers Creek (Vagabonds), Dead Horse Creek (Cheval mort)…
Cette Amérique, terre mythique s’il en est, ne fut jamais le fruit de mes fantasmes, pourtant je dois bien l’avouer, elle m’attire et me séduit plus que je ne saurais dire. La majesté des panoramas me laisse coite, l’émotion m’étreint et des larmes ruissellent à chaque virage face à tant de beauté sauvage. Canyonlands National Park, Utah. L’érosion a sculpté des paysages époustouflants : arches, ponts, mesas, aiguilles… Ma playlist spécial Far West tourne en boucle, je pousse à fond la voix brumeuse de Marianne Faithfull, The Ballad of Lucy Jordan. Certes, le soleil ne tape pas furieusement, je ne suis pas en cavale et mes cheveux ne volent pas au vent de ma décapotable, n’empêche, je me la joue Thelma et Louise - oui, j’embrasse le cliché jusqu’au bout.
Entre chien et loup, les roches se détachent dans le ciel rougeoyant, dévoilant des formes fantomatiques. Je me remémore certains des noms donnés par les Navajos aux rocs et pics de Monument Valley : « l’ours endormi », « le grand chef indien », « les mains qui prient », « l'aigle impérial », « l'œil qui pleure », « la botte de cowboy »… Cela fait pleinement sens désormais. Nous avons avalé les kilomètres. Nous arrivons à Winslow, en Arizona. De nouveau la route 66. Le tube des Eagles me trotte dans la tête, inévitablement. Je fredonne « …Well, I’m standing at a corner in Winslow Arizona, it’s such a fine sight to see… ». Ce soir, il fait 21 °C. Pardon, 70 °F. Quel pays surprenant ! »

Anaïs                                                                                                                                   16/02/2017


Honfleur à l’affiche d’un parti politique d’extrême droite...

« Civitas » ? Ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose, mais il était à l’origine le nom d’une association catholique qui, le 23 Avril 2016, est devenue un véritable parti politique d’extrême droite luttant contre l’avortement et l’euthanasie Le 11 Mars prochain à Rungis, ce parti politique en partenariat avec «  Coalition pour la vie la famille », « Civitas » organise la 1ère fête « du Pays Réel » au cours de laquelle de nombreux intervenants prendront la parole. On imagine, bien entendu, les sujets qui y seront traités et notamment l’intervention à Bordeaux contre un centre d’hébergement pour migrants. Pour illustrer cette manifestation, les organisateurs ont choisi d’utiliser une image de Honfleur, montrant le clocher Sainte-Catherine un jour du marché bio. Une image sur laquelle ont aperçoit des personnages très reconnaissables...
A la tête de « Civitas » Alain Escala, président de ce nouveau parti politique qui s’est fait connaître en 2012 à l’occasion des manifestations contre le mariage pour tous et la Manif pour tous.
Alain Escala est tout d’abord connu pour avoir été très proche des catholiques traditionalistes de la fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, non reconnue par l’église catholique.
L’objectif de « Civitas » est de rechristianiser la France et défendre la famille.
L’affiche représentant Honfleur pour faire la promotion de cette manifestation pourrait faire réagir la municipalité d’autant que la ville de Honfleur bénéficie, depuis plusieurs années, d’un droit de protection auprès de l’INPI (Institut National de la Protection Individuelle).
Affaire à suivre... !

JLG                                                                                                                                   27/01/2017


Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville

Michel Lamarre élu président

La première réunion de la nouvelle Communauté de Communes du Pays de Honfleur-Beuzeville s’est tenue ce lundi soir 9 Janvier dans la salle Maitre Moore du Cours des Fossés à Honfleur.
A l’ordre du jour de cette première réunion de la toute nouvelle collectivité, l’installation du bureau et l’élection du président ainsi que des vice-présidents.
Deux candidats étaient en lice : Michel Lamarre, comme il l’avait annoncé, et à la surprise générale, Christophe Perreault élu de l’opposition municipale honfleurais.
Prenant la parole en premier, Christophe Perrault devait déclarer vouloir être élu afin de mener une politique d’unité territorial en mettant en place des projets communs tout en indiquant que la commune de Beuzeville avait gagner en nombre d’habitants alors que dans le même temps Honfleur voyait sa population baisser d’année en année. Puis ce fut au tour de Michel Lamarre de prendre la parole écartant d’un revers de la manche les arguments de son concurrent, soulignant que Christophe Perrault n’avait jamais pris part aux discussions pour réaliser la fusion entre les deux collectivités.


Lamarre président :
Les 51 délégués présents ont donc participé aux votes du président et des 9 vice-présidents. Sans surprise, Michel Lamarre est élu avec 42 voix alors que Christophe Perrault recueille seulement 5 voix :  3 bulletins blancs et un bulletin nul.
Puis ce fut au tour des vice-présidents.
- 1er vice-président : Allain Guesdon, ancien président de la CdC de Beuzeville :  élu avec 50 voix. Il sera en charge de la Coopération et projet de territoire.
- 2ème vice-président : Philippe Leprou (Honfleur) : élu avec 40 voix, en charge des Affaires Générales et du Personnel.
- 3ème vice-président Jean-François Bernard (Barneville-la-Bertran)  élu avec 50 voix en charge de l’Environnement et les déchets.
- 4ème vice-président : Alain Fontaine (Foulbec) élu avec 47 voix en charge de la Voirie.
- 5ème vice-président : Sylvain Naviaux (Honfleur) élu avec 45 voix en charge de l’Aménagement de l’Espace et de l’Habitat.
- 6 ème vice-président : Marie-France Charon (Beuzeville) élue avec 49 voix en charge de l’Enfance et de la Jeunesse.
- 7ème vice-président : Michel Olivier-Mathieu (La Rivière St-Sauveur) élu avec 39 voix en charge des Finances.
- 8ème vice-président : Didier Delabrière (Martainville) élu avec 43 voix en charge de la Mobilité et des Transports.
- 9ème vice-président : Michel Bailleul (Equemauville) élu avec 37 voix en charge de la Mutualisation et des Gens du Voyage.
A noter qu’à l’issue du vote, le président de cette nouvelle collectivité a souhaité que les maires des différentes communes participent aux décisions du bureau. Un vote a donc été réaliser afin d’intégrer l’ensemble des maires de la CCPH-B.
Nous reviendrons dans l’une de nos prochaines éditions sur l’installation de cette nouvelle communauté de communes avec la réaction de son premier président.

JLG                                                                                                                                      09/01/2017


Violent incendie dans le quartier historique de Honfleur

Un violent incendie s'est déclaré dans la soirée de vendredi vers 20h10 dans le quartier historique de Honfleur. Le feu a pris au niveau de la rue des Logettes, juste au-dessus du magasin "Jeff de Bruges" et s'est très vite propagé aux maisons voisines. Une soixantaine de soldats du feu venant du département du Calvados mais aussi des départements de l'Eure et de Seine -Maritime, lutte actuellement pour tenter de maîtriser l'incendie. La police est également sur place avec un effectif d'une douzaine d'hommes afin de quadriller le quartier. Les routes à proximité de la Lieutenance ont été coupées à la circulation.... A l'heure où nous publions cet article, le feu est très difficilement maîtrisable compte tenu de la configuration des lieux. En effet, les maisons de la rue des Logettes et du Quai Sainte-Catherine sont des maisons à pans de bois imbriquées les unes dans les autres facilitant la propagation des flammes et rendant difficile le travail des soldats du feu.

Vers 21h15, le Directeur Départemental des Services de Secours et d'Incendie du Calvados, le Colonel Eric Massol, s'est rendu sur place. Après avoir pris connaissance de la situation, il devait nous déclarer : « Il s'agit d'un feu d'une rare violence qui a pris au numéro 19 et qui s'est propagé très rapidement dans les combles de la rue des Logettes. A notre arrivée, le feu s'était déjà propagé aux maisons voisines c'est à dire au 21 et 17. Compte-tenu de la situation nous avons aussitôt demandé des renforts. Grâce à l'intervention rapide des pompiers nous avons sans doute évité un feu de quartier car il s'agit d'un secteur à risque avec des combles qui sont reliés entre-eux, ce qui a permis la propagation rapide de l'incendie. Nous avons également sécurisé l'église Sainte-Catherine qui elle aussi est en bois et se situe juste en face. Il a donc fallu arroser l'édifice afin d'éviter que des flammèches puissent incendier le toit de l'église. Les dégâts sont très importants, mais nous ne connaissons pas encore les causes de ce sinistre. C'est l'enquête qui devra déterminer les causes de cet incendie. »

Une enquête qui a aussitôt été ouverte par les policiers de la police judiciaire.

Le Maire de Honfleur, Michel Lamarre, s'est quant à lui dit très choqué par cet incendie et il devrait d'ailleurs faire une déclaration officielle dans les prochaines heures. Cet incendie, d'une rare violence n'a heureusement fait aucune victime, mais chacun s'accordait à dire, qu'il n'aurait pas fallu que ce feu se déclare en pleine saison car avec le nombre de terrasses qui envahissent le quai Sainte-Catherine on aurait vécu là une véritable catastrophe. On a sans doute, aujourd’hui, évité le pire.... A noter que de nombreux élus étaient présents sur place...

Le film de la soirée dans la rubrique " Focus "
JLG                                                                                                                              05/02/2016


Honfleur: une ville aux 1000 pavés, bien différents ...

Tout le monde s’accorde à dire que la ville de Honfleur a un certain charme. Tout le monde, ou presque... !  Car il est vrai que, pour peu qu’on baisse un peu la tête on observe alors des choses qui ne vous sautent pas forcément aux yeux, sauf si vous êtes un bon observateur comme ce lecteur qui nous informe, à juste titre, qu’il y a dans cette ville un véritable kaléidoscope de pavés de rue....Honfleur aurait, selon notre lecteur, plus de 1 000 pavés différents... ! Un record pour une ville au riche patrimoine...
Que ce soit dans la rue de la ville, place Sainte-Catherine, dans la rue Brûlée et puis maintenant rue Cachin, vous ne trouverez pas deux pavés de rue pareils.... Un peu partout en ville il y a, à chaque coin de rue, des pavés différents et pas seulement en changeant de rue, mais dans la rue elle-même... Nous sommes donc allés voir sur place pour constater et, effectivement, nous avons pu remarquer que la ville de Honfleur possède des pavés aux formats différents : carrés, rectangulaires, arrondis, gris, noirs, marron, gros, grands, petits, en silex..... Certes, ce n’est pas le scoop de l’année, mais en y regardant d’un peu plus près, on remarque quand même une certaine incohérence entre les différents chantiers qui ont sévi ces derniers temps dans notre bonne vieille ville de Honfleur..... La réponse à ce manque d’harmonie constatée, il faut sans doute aller la chercher dans les différents appels d’offres où là encore c’est loi du marché qui domine. La main d’œuvre, les coûts et tout le reste..... Il n’empêche qu’une bonne harmonisation pourrait donner un caché bien différent à la ville… Mais bon c'est sans doute aussi ça le charme de Honfleur !
L’autre constatation relevée par notre lecteur, décidément très observateur, concerne cette fois les peintures des candélabres.... Mais cette fois nous vous laissons chercher car après on va encore nous taxer d’empêcheurs de tourner en rond... Sous les pavés, la plage !
                                                                                                                                            15/03/2016


Honfleur : Réforme territoriale : le maire de St-Gatien des bois lance un appel au préfet..

Dans un communiqué adressé ce Mercredi 16 Mars à notre rédaction, le maire de Saint-Gatien des Bois, Philippe Langlois, lance un appel au préfet afin d'autoriser sa commune à quitter la Communauté de Communes du Pays de Honfleur pour rejoindre celle de Deauville. Un communiqué que nous avons décidé de publier dans son intégralité.


Saint-Gatien des Bois ne quittera pas  le Pays de Honfleur...

La décision est tombée aujourd'hui lors d'une réunion à la préfecture du Calvados. Avec seulement 17 voix pour et 17 voix contre, la commune de Saint-Gatien des Bois restera rattachée à la communauté de Communes du Pays de Honfleur alors qu'elle souhaitait rejoindre Deauville.

Réunis ce vendredi 11 Mars à la préfecture du Calvados sous la présidence du préfet de région, Laurent Fiscus, les élus avaient à se prononcer sur la sortie de la Commune de Saint-Gatien des bois vers la communauté de communes Cœur Côte Fleurie.
C’est Audrey Gadenne, Conseillère Départementale qui a porté cet amendement devant les élus soulignant la volonté des élus municipaux de Saint-Gatien des Bois à vouloir quitter Honfleur pour rejoindre Deauville. De son côté le maire de Honfleur et président de la Communauté de Communes du Pays de Honfleur, Michel Lamarre, a souhaité ne pas participer au vote, expliquant qu’il ne pourrait être objectif regrettant la décision du maire de Saint-Gatien des Bois de vouloir quitter Honfleur. Exceptionnellement, le préfet a donc demandé aux élus s’ils étaient d’accord pour effectuer ce vote à bulletin secret. A la majorité, le vote a donc eu lieu  à bulletin secret.
Résultats
Le dépouillement fait état de 17 voix pour la sortie de la commune, 17 voix contre cette sortie, 6 absentions, 5 bulletins blancs et une personne ne prenant pas part au vote. Pour que la commune de Saint-Gatien des bois puisse rejoindre la communauté de communes de Cœur Côte Fleurie il aurait fallut 34 voix, ce qui n’est pas le cas. Saint-Gatien des Bois restera donc dans la communauté de communes du Pays de Honfleur. La mise en œuvre du nouveau schéma départemental de la coopération intercommunale (SDCI), prévu pour 2017, peut donc se poursuivre.
                                                                                                                                             11/03/2016