L'académie des artistes expose à Honfleur...

Depuis le 22 Juin et jusqu'au 27 Juin, l'académie des artistes honfleurais expose les œuvres de ses membres sur le thème " Entre Ciel et Mer" dans la salle d'exposition de la paroisse Saint-Léonard. Une exposition ouverte à tous qui permet de voir le travail réalisé par ces artistes professionnels pour certains et amateurs pour d'autres. renseignements au 06 84 36 71 32.


Spectacle de fin d’année de la Compagnie du "Souffle 14"

Les apprentis comédiens de la Compagnie du Souffle 14 vont réaliser le rêve de beaucoup: devenir quelqu’un d’autre! Cela se produira le temps d’une scène  au cours de leur spectacle ponctuant le travail de l’année. Il est intitulé: “J’ai toujours rêvé d’être…
A la rentrée, les élèves ont émis le souhait de faire plus d’exercices, de passer du temps à la construction d’un personnage”, explique la metteuse en scène et fondatrice de la Cie Lorena Felei. “Nous avons donc travaillé tout le premier trimestre, puis chacun a eu le choix des personnages et des auteurs qui lui plaisaient. J’ai donné quelques idées mais ils ont aussi amené eux-même beaucoup de choses, avec des idées précises  sur le personnage qu’ils souhaitaient incarner.
Aucun fil conducteur donc pour un spectacle qui ne risque pas d’ennuyer puisque composé de saynètes de tous styles. Les spectateurs feront allègrement le grand écart entre Victor Hugo et Florence Foresti, Samuel Beckett et Jean-Pierre Bacri ou encore Edmond Rostand et Pierre Desproges! Ils apprécieront également la touche de fantaisie souhaitée par la metteuse en scène et les comédiens. C’est en effet le public qui tirera au sort l’ordre de passage! Au trac indissociable de la montée sur les planches s’ajoutera sans doute une légère pression, peut-être encore plus marquée chez les six nouveaux élèves ayant rejoint cette année le Souffle 14. Mais pour les dix-neuf comédiens, le plaisir l’emportera indéniablement.

Des places sont encore disponibles pour les deux soirées: vendredi 23 et samedi 25 à 20h30 au Batolune 18 rues des Corsaires à Honfleur
Réservations obligatoires:  souffle14@orange.fr
et pour tous renseignements sur les cours dispensés dans l’année: www.souffle14.fr

P.B.                                                                                                                                     20/06/2017


Guillaume Delange au Salon du livre de Honfleur

Pour la troisième année consécutive, Guillaume Delange va participer au salon du livre de Honfleur... 
« En 2015, je présentais la version papier de mon premier roman intitulé : Un livre Sans Histoire. Roman qui était sorti en version numérique en 2014 aux éditions « Nouvelles Plumes ». Cette version numérique est encore téléchargeable actuellement sur Amazon, la Fnac, France-Loisirs... » Explique l’auteur avant de poursuivre : «  Ce premier roman relate les aventures d'un petit livre qui part à la quête de son histoire, aidé par un petit fils et son grand père. 
En 2016, encore lors du salon du livre, j'ai lancé la version papier du roman « Des Rêves Sans Histoire », qui est la suite du premier volume. Dans ce roman, on découvre Célestin, un jeune garnement qui trouve ses parents trop ennuyeux, c'est pourquoi, il décide de sortir ses parents de leur routine en mettant en place des stratagèmes déjantés histoire de faire à nouveau rêver ses chers parents... »

Guillaume Delange est allé encore plus loin puisqu’il fini l’écriture d’un troisième roman.
 « Pour cette troisième participation pas de sortie de roman, l'idée est faire connaitre mes deux premiers romans et préparer au mieux la sortie du troisième volet prévu fin 2017, début 2018 ! 
Dans ce troisième roman, on rencontre Césaire, petit garçon qui vit seul avec ses parents. Le marmot tourne en rond dans son quotidien sans saveur... Jusqu’au jour où il trouve un petit carnet jaune qui va complètement chambouler sa vie. Un carnet truffé d'histoires qui va le faire voyager et lui donner envie à son tour de faire voyager les gens vers des pays inconnus. C'est dans cette optique que Césaire se retrouve à imaginer des livres à géométrie variable des livres qui mènent vers des ailleurs meilleurs. »



Si vous souhaitez connaître Guillaume Delange, il sera au salon du livre de Honfleur le dimanche 2 Juillet où acheter l’un de ses romans qui sont en vente à la librairie « A plus d'un titre » de Honfleur ou les commander sur le site dédié aux romans de Guillaume.  
http://unlivresanshistoire.jimdo.com/.

19/06/2017


Intronisation d’Éric Bouvron: “un citoyen de la planète” à Honfleur

Si l’on s’aventurait à définir Éric Bouvron, l’un des premiers adjectifs serait probablement “atypique”. Il faudrait cependant prendre garde à ne pas gratifier d’un titre, apposer une étiquette ou labelliser cet artiste aux multiples facettes et talents. En effet, il tient à sa liberté, celle de “faire les choses parce que je les sens, parce qu’elles donnent un sens à ma vie et que je trouve la dedans ma dignité. Je n’appartiens qu’à mes actions.  Et j’appartiens à la planète, tout le reste est limitant.
Cette ouverture d’esprit s’est davantage développée au cours de ses nombreux voyages sur tous les continents après qu’elle ait creusé son lit dès sa naissance en Égypte, d’un père français et d’une mère grecque, croissant encore durant enfance et adolescence passées en Afrique du Sud. Éric Bouvron a eu la chance de recevoir une formation artistique éclectique. Son désir d’exercer un métier artistique s’est révélé à l’âge de six ans, après un travail de récitation demandé par un instituteur: son poème déclamé, Éric n’a  plus eu envie de quitter la scène! Sport, danse, théâtre à l’université, formation anglo-saxone au Théâtre National d’Afrique du Sud, l’artiste en devenir a suivi sa passion, encouragé notamment par ses professeurs.
L’artiste se dit fasciné par la création et ne se sent pas plus comédien, que metteur en scène, auteur ou humoriste. “J’ai besoin de tout faire, de naviguer entre différents domaines” explique-t-il avec un doux accent anglais. “Quand je joue je suis concentré en tant que comédien. Quand je mets en scène, cela me passionne car je peux mettre les autres en valeur. L’important est de faire du mieux possible. On possède certains acquis et on apprends des choses nouvelles, on travaille et donc on s’améliore.” Aussi simple que cela!

Humour, langage universel

Éric Bouvron a donc commencé tôt - dès l’université - à faire de sa passion un métier. Venu du théâtre et de la danse, le comédien a découvert en l’écriture une autre forme d’expression, lui qui a tant de choses à raconter. Il a ainsi mis en spectacle son expérience de vie, les us et coutumes de ce pays qui l’a vu grandir. “Le chant d’Afrique”, “L’homme de couleur”, “Le danseur viril” ou encore “Tarzan des temps modernes”, tous ces sketchs, très visuels, sont teintés de poésie, de drôlerie, de finesse et d’humour, langage universel qui fait tomber les barrières et permet de s’adapter partout. C’est par ce biais que l’artiste a débuté en France seul en scène, préférant regarder le monde avec des yeux de clowns pointant nos failles, nos faiblesses, nos incompétences. “Nous allons tous mourir et il faut savoir rire de cela sinon c’est trop douloureux” affirme-t-il. “L’humour permet de regarder le monde avec légèreté mais aussi avec sériosité. L’humour rend la vie belle. Je n’ai pas envie d’être sérieux avec la vie et ça” ajoute-t-il en souriant, “c’est très sérieux!”
Cet humour et ces talents n’ont pas échappés au président de l’Association des Amis d’Alphonse Allais qui a proposé l’intronisation d’Éric Bouvron. “J’ai pensé que je n’étais pas méritant” avoue-t-il avec modestie. “Alphonse Allais maniait parfaitement la langue française qui est exigeante et difficile pour moi car ce n’est pas ma première langue, c’est l’anglais. Et je travaille plus dans le visuel que l’écriture. Mais être intronisé récompense mon ouverture d’esprit et j’accepte d’être accueilli dans cette académie.”

Générosité et altérité

Toutes les créations d’Éric Bouvron ont pour essence les diverses cultures, les peuples, les voyages, la rencontre, l’être humain. D’ailleurs sa devise le prouve: “le vrai trésor c’est l’autre”.
La création d’une structure artistique avec sa compagne Elisabeth Brownhill témoigne encore de son altérité. “Barefoot-productions” développe des projets de spectacles, produit des oeuvres internationales originales.  “Thé sur la banquise”, “Ngubi”, “Marco Polo et les hirondelles du Khan” ou encore “Les cavaliers” adapté par Éric Bouvron qui a reçu le Molière du Théâtre Privé en 2016.
Barefoot réalise également des échanges artistiques avec des communautés d’Afrique pour unir les cultures et les peuples; enfin des actions culturelles sont menées dans des hôpitaux, des écoles, des entreprises. Le but est d’atteindre les personnes qui n’ont pas toujours accès aux activités culturelles. “Cela donne un vrai sens à la vie, un échange qui enrichit et fait grandir.
Culture, partage, humanité, tel est le joli cocktail servi par Éric Bouvron artiste généreux.

Intronisation aux Greniers à Sel
Samedi 10 juin à 11h
Entrée libre


Pauline Bréhat                                                                                                                   09/06/2017


Fabien Lecoeuvre: “ le rire est la chose la plus importante de l’existence”

Prononcée par Fabien Lecoeuvre,  cette petite phrase correspond parfaitement à l’esprit allaisien! Il ne s’agit donc pas d’un hasard si le président de l’Association des Amis d’Alphonse Allais, Philippe Davis,  avec les académiciens, ont choisi d’introniser cet attaché de presse, biographe qui définit l’écrivain-humoriste honfleurais comme “notre maître à tous”.
Tout amuse Fabien Lecoeuvre qui sait également manier la dérision. “Il est important de savoir rire de soi-même et je ne me gêne pas!” assure-t-il avec jovialité. “Il faut pouvoir rire de tout, c’est ce qui nous maintient en vie. Le rire est un moteur. C’est pourquoi je suis touché par cette distinction. Je me reconnais dans le décalage offert par A.Allais. J’apprécie son élégance, sa plume, son humour. C’est vraiment un privilège pour moi qui suis auteur. Sa vie me fascine laquelle aura été un gag jusqu’au bout puisque, pendant la guerre, un obus est tombé sur le cimetière de St-Ouen détruisant sa sépulture!
C’est en voisin que ce normand, originaire de Vernon et propriétaire depuis 21 ans d’une maison dans la proche campagne, sera présent à Honfleur qu’il affectionne. Un point commun avec A.Allais!

Défenseur de la chanson populaire
Des anecdotes, Fabien Lecoeuvre aime en raconter; c’est une passion dont il a fait un ou plutôt deux métiers: auteur-biographe et chroniqueur télé. Le grand public regardant l’émission de Patrick Sébastien “Les Années Bonheur” attend avec intérêt les petites histoires liées aux vedettes ou à leurs chansons. Fabien Lecoeuvre y collabore depuis onze ans ainsi qu’à de nombreuses autres émissions. Sa connaissance de la chanson française le rend précieux, il en connaît tous les secrets qu’il livre dans son ouvrage de référence “Le petit Lecoeuvre illustré, dictionnaire, histoire des chansons de A à Z”. Enrichi chaque année, ce dictionnaire unique a nécessité plus de douze ans de recherches, d’interviews, de rencontres. Cette mise en valeur du patrimoine musical français a valu à Fabien Lecoeuvre de recevoir le Prix Jean Nohain récompensant la meilleure biographie de l’année. Il s’agit de son second prix littéraire après le Prix Edgar Faure 2010 pour l’ouvrage consacré à François Mitterrand. “Ce n’est pas un livre politique” précise l’auteur. “J’ai souhaité accentuer sur l’homme de lettres. Nous avions une passion commune pour Victor Hugo qui avait une analyse si juste de la vie.
Les prix ne sont cependant pas la priorité de Fabien Lecoeuvre qui leur préfère “la reconnaissance populaire. Cela signifie que l’on compte dans le paysage littéraire et que l’on fait plaisir aux gens. Je me dis que je ne suis pas là pour rien.  J’espère prolonger le rêve, l’émerveillement, la passion. Je fais de nombreux salons du livre et c’est une vraie satisfaction de rencontrer les lecteurs” s’enthousiasme-t-il.

Une production littéraire considérable
L’écriture tient une place primordiale dans la vie de Fabien Lecoeuvre. Il a consacré plus de 55 ouvrages aux artistes musicaux français, avec parfois plusieurs livres pour un même artiste comme Johnny Halliday ou Daniel Balavoine. Grâce à une grande  tante qui l’emmenait, petit, assister à tous les spectacles parisiens (Luis Mariano, Joséphin Baker, Annie Cordy, Claude François), la passion s’est faite jour très tôt pour les coulisses et le monde du spectacle. C’est ainsi que Fabien Lecoeuvre est devenu, avant l’écriture,  ce que l’on appelait alors un impresario. Il est toujours chargé de la communication de Michel Polnareff et gère la carrière de posthume de Claude François.
Sa passion quelque peu chronophage, Fabien Lecoeuvre l’a mise au service de la rédaction de biographies. Outre l’écoute et la prise de notes, l’auteur réalise un véritable travail d’historien mais aussi de correcteur.
Il a toujours une actualité débordante: la nouvelle édition de son dictionnaire des chansons sortira en octobre en attendant mars 2018 où, à l’occasion du 40ème anniversaire de la disparition de Claude François, sortira l’ouvrage intitulé “14 284 jours”, représentant le nombre de jours qu’a vécu l’artiste . Quatre années durant, il s’est lancé avec ardeur dans un exercice colossal afin de restituer, au jour le jour, la vie du chanteur, se basant sur ses agendas, les témoignages et journaux de bord des fans.
Nul doute que Fabien Lecoeuvre a déjà collecté et découvrira encore des anecdotes savoureuses, drôles ou émouvantes. Peut-être même qu’il en livrera quelques inédites sur la scène des Greniers à Sel, avec la fougue, la loquacité et l’humour qui  le caractérisent...

Samedi 10 Juin à 11h
Intronisation aux Greniers à Sel
17h dédicace de Fabien Lecoeuvre à la Galerie 13, Rue Cachin


Pauline Bréhat                                                                                                                 08/07/2017


Anne Richard, “passeuse d’émotions”

Si la comédienne Anne Richard est particulièrement connue du public pour son rôle de juge dans la série télévisée “Boulevard du Palais”, c’est dans un autre registre que ce dernier pourra la découvrir samedi 10 juin aux Greniers à Sel à Honfleur. En effet, elle fait partie des trois personnalités intronisées cette année à l’Académie Alphonse Allais. “J’ai été à la fois étonnée et honorée que l’on me propose de recevoir ce titre” avoue la comédienne avec un large sourire. “Je suis vraiment très touchée d’abord parce que j’ai un lien affectif fort avec Honfleur où je viens me ressourcer le plus souvent possible.” Elle connaît la Normandie depuis son adolescence et y partage la maison de campagne de son compagnon depuis onze ans. “Je suis attachée à cette ville où j’ai quelques habitudes. J’ai déjà visité le petit musée consacré à Alphonse Allais. C’est plus qu’un univers, c’est un état d’esprit. Ce domaine de l’absurde fait du bien à une cartésienne comme moi; cela apporte un décalage intéressant dans mon propre décalage.
Recevoir la fameuse “comète de Allais” équivaut assurément à un signe de bon augure pour Anne Richard dont l’envie de poursuivre son expérience théâtrale se fait toujours plus vive. Elle a joué dans quelques pièces telles que “On achève bien les chevaux” ou encore “Agatha” de Marguerite Duras en 2004, et la tournée de “Coiffure et confidences” vient de s’achever. Si un joli panel de propositions de tous styles s’offre à elle, la comédienne se verrait bien dans des comédies à l’anglaise. Elle a débuté sa carrière de comédienne au cinéma avec un petit rôle dans l’un des premiers films traitant du sida, “Encore” de Paul Vecchiali en 1988. Elle a reçu le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Florence en 1994 pour son rôle marquant d’athlète dans “Dernier stade” de Christian Zerbib. Quant à la télévision, elle lui a offert plus de 120 films et épisodes de séries.

L’écriture, une autre passion
Une nouvelle activité s’est ajoutée à la palette artistique d’Anne Richard. Elle a écrit et co-écrit des scénarios, ainsi  que quelques livres comme “Mon herbier savoureux”, “La cuisine des plantes sauvages” ou encore des histoires pour adolescents. Dorénavant, l’écriture pour enfants a pris le pas sur les autres formes de rédaction. Un travail de réécriture du conte “Pierre et le loup”, sur une idée du chef d’orchestre Blaise Héritier, dirigeant entre autres l’ensemble vocal Evoca, a déclenché l’idée de poursuivre dans cette voie. L’artiste vient de publier un septième et huitième livre CD “Martin et les larmes de sirène” et “Petit prince des rues”.  Qu’il s’agisse de spectacles, festivals, salons du livre ou écriture, Anne Richard aspire à transmettre des messages, des émotions. “Mon signe de la balance me définit bien” confie-t-elle avec douceur. “Je suis à la recherche de l’équilibre. Mon hyper-sensibilité  me permet de plonger dans l’âme de quelqu’un, de lui donner une écoute, de le comprendre pour mieux l’interpréter. Je suis une passeuse d’émotions, j’espère aussi dans l’écriture.” Samedi sur la scène des Greniers à Sel, nul doute que la comédienne sera à son tour vivement émue...

Samedi 10 juin Greniers à Sel
11h Intronisation de l’Académie A.Allais
17h Dédicaces d’Anne Richard à la Galerie 13 Rue Cachin

Pauline Bréhat                                                                                                                    06/06/2017


La photographe : Catherine Bourgeois expose à Equemauville

Bien connue dans la région, Catherine Bourgeois, photographe amateur confirmée, propose une exposition de photos sur l'Inde et les différentes régions himalayennes de l'Inde et du Népal ou elle est allée plusieurs fois, faire du trekking. Cette exposition retraçant ses voyages aura lieu à l'espace Françoise Sagan, nouveau Centre Culturel d'Equemauville, (200 avenue Le Jumel) du 27 mai au 6 juillet 2017...
L'association " Terre d'Equemauville " exposera par la même occasion les œuvres sculptées de ses membres.
A noter que Catherine Bourgeois sera présente pour une rencontre avec le public le 27 mai à 16h afin de partager ses expériences dans ces régions parfois très reculées.

Pratique :
Heures d'ouverture:
Lundi 14h - 15h30 - Mardi 10h30 - 11h30  et 15h - 18h - Mercredi 14h30 - 18h - Jeudi 15h - 19h - Vendredi 15h - 17h - Samedi 15h - 17h30


Honfleur : Beau succès pour la Nuit Européenne des Musées...

Plus d’un demi-millier de personnes ont profité de la Nuit Européenne des Musées pour visiter les musées de Honfleur. Du musée Ethnographique quai Saint-Étienne en passant par le musée E. Boudin, ou encore les Maisons Satie,  il y en avait pour tous les goûts. Même l’association des Vieux Gréements a participé à la fête en faisant déployer les grandes voiles des bateaux devant la Lieutenance. Un spectacle fabuleux qui a ravi le public. On en redemande...!

21/05/2017


Disparition d'Alain Casabona...

Disparition d'Alain Casabona, écrivain, Délégué Général du CNEA, Grand Chancelier de l'Académie Alphonse Allais
Le CNEA (Comité National pour l’Éducation Artistique), son président Jean-Pierre Wallez, son président d'honneur Didier Lockwood, son ambassadrice Charlotte Rampling, et toute son équipe ont le chagrin d'annoncer la disparition de son délégué général Alain Casabona, en son domicile le 16 mai 2017.
Pianiste précoce et écrivain, il voua sa vie entière au combat pour promouvoir l'éducation artistique à l'école, il fut notamment à l'origine
de la loi 1988 relative aux enseignements artistiques. Il s’est aussi battu pour défendre le
patrimoine : national, il fut l’initiateur et l’artisan du classement de l'Atelier Picasso au Grenier des Grands-Augustins, où fut peint Guernica ;
de la planète, en l'an 2000 il a œuvré pour inciter le président Jacques Chirac, qu'il conseillait, à soutenir l'action du Cacique Raoni dans son combat pour protéger la nature amazonienne.
Son humour était unanimement reconnu par ses proches et ses nombreux lecteurs, ce qui lui valut d'être nommé Grand Chancelier de l'Académie Alphonse Allais.
Sa formidable envie de vivre, d’être avec ses amis, d’imaginer l’avenir nous manquent déjà. Il nous a offert sa force, son dynamisme, sa ténacité, son audace, autant de qualités que nous ferons nôtre pour poursuivre son œuvre.
Alain, nous continuerons à t’aimer !
Les obsèques auront lieu le mardi 23 mai 2017 à 10h30 à l'église Notre Dame du Travail au 59 Rue Vercingétorix, 75014 Paris.


Les artistes honfleurais exposent au grenier à sel...

Du 18 au 24 Mai, les membres de l'académie des artistes de Honfleur exposent leurs œuvres dans le grand grenier à sel. Une trentaine d'artistes, débutants ou confirmés, présente le fruit de leur travail.

Pratique : ouvert de 10h00 à 19h00, nocturne le 20 mai jusqu'à 1h00, renseignements au 06 84 36 71 32.

D'autres photos sur la page facebook du journal...


"L'Acantah" ouvre la voie de la fraternité au Batolune...

« Sto Ko Wé » est le titre du spectacle singulier auquel Benoît Nicolle, programmateur du Batolune, convie samedi 13 mai 17.
Il s'agit d'un concert en « pas d'langue » ; une œuvre unique, particulière, inclassable dans laquelle L'Acantah – nom d'artiste de Natacha Jouët – s'investit totalement. Sur scène comme dans la vie, cette dernière est profondément généreuse. Une générosité et une sensibilité presque palpables dès que les notes initiales s'égrènent. Et, dès que les premiers mots résonnent, le spectateur se trouve happé, hypnotisé par la voix envoûtante de la chanteuse.
Cette voix magnifique est un canal par lequel passe les émotions, celles de L'Acantah, qui font surgir celles du public. Les mots inventés par l'auteur, comédien et metteur en scène Nicolas Ragu, portent les intentions, et, associés à la voix, déplacent les charges émotionnelles. C'est la raison pour laquelle les artistes n'ont pas de volonté de traduction ; chaque chanson porte une ou des émotions mais n'est pas explicite. Le spectateur reçoit cette langue imaginaire et s'aperçoit alors que l'on touche à l'universalité.
« Sto Ko Wé » (« appel à laver les prières dans la mer ») est un appel à la fraternité. Pour ne pas oublier que l'on a besoin des autres, si on l'oublie on est fichu » assure Natacha. « Nous ne devons pas oublier qui on a en face de nous ; nous sommes tous les mêmes et nous devons être responsables. Les chansons parlent de liberté, de nature, de partage, de ce qui est essentiel. Avec Nicolas nous avons cherché à transmettre des émotions, à exprimer des intentions sans les mots que nous comprenons, de là est né le « Pas d'langue », un langage universel » explique l'artiste.
On ne peut raconter Sto Ko Wé, il faut le vivre, le ressentir, accepter d'être étonné et de se laisser emporter par l'univers musical éclectique. Celui-ci s'inspire du rock, du jazz, de sonorités tribales, latines, électriques. La batterie et les percussions de Cédric Vincent, les guitares de Clément Bernard laissent parfois la voix de L'Acantah s'exprimer également a capella.

Libérer sa voix
Après un long travail de recherche, de mise en musique, deux ans de résidence au Batolune et au Trianon Transatlantique de Sotteville-Lès-Rouen, le spectacle poursuit sa route, avec d'autres dates et un album prévu pour la fin d'année.
L'Acantah, créatrice libre, ne manque pas de projets, c'est ce qui l'anime ; « j'ai toujours été perdue ailleurs que dans la créativité » confie-t-elle. Elle a toujours chanté mais n'a véritablement débuté professionnellement qu'à 18 ans. L'artiste s'intéresse à tous les univers musicaux particulièrement le jazz, la salsa, les musiques du monde, la musique progressive ; elle a fait des stages, chanté dans des orchestres et travaillé la technique vocale pendant 6 ans avec Schuyler Hamilton, professeur renommé.
En 2007, sa rencontre avec Nicolas Ragu et sa compagnie Le Chariot fait voyager Natacha Jouët de Paris à Rouen, puis à Blangy-le-Château près de Lisieux. Ils y créent ensemble ou séparément et organisent le Festival du Solo tous les étés dans les jardins du Moulin de Blangy (7ème édition les 18, 19 et 20 août 2017).
La jeune femme poursuit son travail d'exploration par le biais de sa compagnie Accords de Voix à travers laquelle elle anime des stage autour de la voix. Libérer sa voix, crier, apprendre à dire « non », déverrouiller les blocages émotionnels, pratiquer introspection et relaxation, ces exercices font partie du programme des stages que l'artiste souhaite développer davantage.
Samedi, c'est la voix de L'Acantah qui résonnera au Batolune. Son chant d'intention transmettra la fraternité, la solidarité, l'altérité, l'amour dont nous avons intrinsèquement besoin. Une rencontre surprenante et un message universel qui ne manqueront pas de toucher le public.

www.stokowe.com

Samedi 13 mai 17 à 20h30
Le duo Plume en 1ère partie
Tarif 8€
Réservations :
Le Batolune
18 Rue des Corsaires à Honfleur
02 31 81 42 21
contact@lebatolune.fr


Pauline Bréhat


Honfleur : Théâtre aux Greniers à Sel : Rire en famille avec Molière...

Selon le souhait de la municipalité et du service culturel d'offrir au moins une pièce de théâtre dans l'année aux honfleurais, l'adjointe à la culture, Nathalie Oléon-Papin, s'est montrée ravie d'annoncer la représentation de « L'étourdi » de Molière.
« Dans le climat actuel particulièrement lourd, nous avons cherché à proposer quelque chose de joyeux amenant un peu de légèreté. Cette pièce gaie et enlevée est destinée à un public familial, jeunes (à partir de 10 ans) et moins jeunes, et bien sûr adaptée aux scolaires qui étudient Molière » a précisé l'adjointe.
Les tarifs attractifs demeurent dans la ligne de la politique de la ville qui entend rendre accessible la culture à tous.
« L'étourdi » est une comédie en 5 actes écrite en 1655, mettant au centre de sa dramaturgie un personnage maladroit et amoureux. " Lélie " essaie d'arracher aux mains de son protecteur la belle esclave " Célie ". Mais ses bévues contraignent " Mascarille " son valet à trouver toujours plus de stratagèmes pour le sortir de ses mauvaises postures. Cet inconscient, qui ne voit rien de ce que le public sait, ne fera que détruire l'ouvrage du serviteur jusqu'à un dénouement heureux.
Cette pièce dynamique, à la mise en scène moderne et vivante, est présentée par la compagnie Catherine Delattres venue de Rouen. Six comédiens entraînés aux techniques du masque de commedia dell'arte chère à Molière, joueront les 11 personnages de la pièce. Le valet fourbissime, le fils de famille incontrôlable, l'esclave désirable, l'amoureuse délaissée, le vieillard sermonneur ou encore le mort ressuscité seront interprétés par : Laurent Cherboeuf, Nicolas Dégremont, Florent Houdu, Angelo Jossec, Lisa Peyron, Lauren Toulin dans une mise en scène de Catherine Delattres.


Samedi 13 Mai à 20h30
Greniers à Sel de Honfleur

Tarif plein : 10€
Tarifs réduits : 2€ jusqu'à 12ans ; 3€ pour les 13/18ans ; 5€ demandeurs d'emploi, associations

Réservations :
-billetterie service culturel en mairie 02 31 81 88 00
-Office de Tourisme 02 31 89 23 30
-Sur place samedi 13 dès 20h

Cie Catherine Delattres : www.compagnie-catherine-delattres.com


Pauline Bréhat


Équemauville : 3 jours pour fêter la Nature et le Printemps...

C'est en compagnie des conseillères municipales et organisatrices Catherine Bourgeois et Nicole Blanchetière, que Michel Bailleul, maire d'Équemauville, a ouvert la 7ème édition de la Fête de la Nature et du Printemps vendredi en fin de journée.
Le thème de l'enfance a été retenu cette année. Plus de vingt exposants de la région offrent de multiples variations sur le sujet à travers la peinture (Y.Riguidel, J-C.Lechevalier...), la sculpture (Joséphine Beaume, Mauricette Canu, l'association Terre d'Equemauville...), la photographie (Iqbal Malhotra, Catherine Bourgeois, Jacques Marmion...). Du nourrisson à l'adolescence, en passant par les objets de l'enfance, la maternité et la paternité, le public découvre une exposition variée et de qualité.
Un constat établi par Michel Bailleul qui a relevé « le talent et l'ingéniosité de certaines œuvres (-sculptures avec des objets de récupération de Bernard Martin) ». « Avec les moments violents que nous vivons, cela fait du bien de rêver à un monde meilleur. Je vous invite à explorer l'imaginaire de ces artistes ainsi qu'à découvrir les autres surprises du week-end ».
En se rendant à l'exposition salle Chocolat, le public peut également admirer les dessins, en rapport avec la nature, des enfants de la maternelle les Rainettes, soutenus par la directrice et adjointe Véronique Coutelle.

Le programme du week-end Place de l'Amitié:

-Samedi 6 de 15h à 18h : découverte du métier de vigneron

-Dimanche 7mai à 15h : rendez-vous avec un apiculteur

-Lundi 8 mai à 10h et à 15h : atelier orchidées

-Bourse aux graines et aux plantes

-Exposition d'art Salle Chocolat durant les 3 jours : 10h-12h30 et 15h-18-30


P.B.


Chant lyrique pour les "Amis de l'Église St-Léonard"...

C'est à une belle soirée musicale que le public a été convié, samedi soir, par l'association « Les Amis de l'Église ST-Léonard », présidée par Dominique Poupel. Ce dernier a présenté le premier des concerts de l'été, visant à récolter de l'argent (en libre participation) pour la préservation et restauration du monument classé.
Audrey Hiébel, chanteuse lyrique et professeure de chant à l'école de musique Erik Satie de Honfleur, à celle de St-Romain-de-Colbosc (76) et au conservatoire du Havre), a ainsi inauguré, avec ces élèves, ce rendez-vous désormais annuel.
L'artiste a tout d'abord remercié l'association de lui permettre de chanter dans cette église à la si belle acoustique. « Nous aimons chanter et nous sommes très contentes de partager cela avec vous », a-t-elle affirmé. « Vous entendrez des élèves de voix et de personnalités différentes. Elles sont âgées de 9 à 78 ans et partagent la même passion pour le chant et la musique qui effacent les différences, nous rassemblent, nous unissent. On dit que la musique adoucit les mœurs, j'espère que ce soir elle jouera ce rôle. »
Les 11 chanteuses ont été accompagnées par l'organiste des églises de honfleur et membre de l'association, Catherine Gouillard. Cette dernière a d'ailleurs débuté le concert en interprétant à l'orgue un morceau de Gabriel Pierné suivi d'une composition d'Eugène Gigout.
Audrey Hiébel a ensuite présenté les œuvres interprétées par ses élèves: Haendel, Schubert, Puccini, Gounod, Paisiello, Rossini, Fauré, Saint-Saens.
Le public, venu en nombre, s'est montré ravi d'avoir la possibilité d'écouter des chants lyriques classiques, discipline peu fréquemment proposée. L'adjointe à la culture Nathalie Oléon-Papin présente dans l'assemblée, a félicité l'ensemble des chanteuses et leur professeure à l'issue du concert.
L'auditoire qui suit le travail d'Audrey Hiébel a pu s'apercevoir de la progression et de l'assurance gagnée par les élèves qui ont produit des œuvres souvent difficiles. Il a été notamment charmé par la voix pure et fraîche de la benjamine Diane. Si elle ne prend des cours que depuis cette année, chacun a pu remarquer son aisance et son fort potentiel.
 Avec une amie du conservatoire du Havre, Sarah Therin, Audrey Hiébel a proposé un magnifique duo extrait de « Samson et Dalila ». Pour le plaisir de tous, elle a conclu en solo avec un extrait de « Roméo et Juliette », brillamment interprété.
A noter que les élèves et l'ensemble vocal Vox Note de l'école de musique Erik Satie dirigé par Audrey Hiébel donneront une audition le samedi 20 juin à 20h30 à la Chapelle de l'Hôpital.


Pauline Bréhat                                                                                                                   01/05/2017


Vernissage de l’exposition «  Contre Courant »

Il y avait beaucoup de monde samedi soir dans les greniers à sel de Honfleur pour assister au vernissage de l’exposition « Contre Courant » organisée par un collectif d’artistes locaux.
C’est la 1ere adjointe en charge de la culture, Nathalie Oléon-Papin, qui a présidé la cérémonie en déclarant : «  Vous êtes plus nombreux que l’an dernier cela prouve que l’art est le meilleur acteur de découverte et surtout un vecteur de rapprochement entre les peuples dans ce monde si perturbé. » Avant de poursuivre : « C’est la 7ème édition pour cette exposition «  Contre-Courant » et la municipalité de Honfleur est très heureuse d’accueillir cette nouvelle exposition et de mettre à disposition ces fameux Greniers à sel ainsi que le personnel de la ville.  La culture est un vecteur de paix et de bien-être.... Nous sommes très heureux d’accueillir cette année des artistes belges venant de Namur.... »
De son côté, la présidente du collectif d’artistes, Anne de Meyer, salua la volonté de la ville de Honfleur de vouloir aider les artistes locaux à présenter leurs œuvres avec la mise à disposition des Greniers à sel et salua également les artistes belges du collectif « Arts Emulsions »...


Pratique
Exposition : « Contre Courant Honfleur » : du 13 au 20 Avril 2017 : ouvert tous les jours de 10h à 19h dans les greniers à sel, entrée gratuite...

 


Florence Ruff ou le partage d'une passion...

C'est une jeune femme souriante et enthousiaste qui nous accueille, en toute simplicité, dans sa maison faisant office d'atelier.
Florence Ruff est sculpteur, la terre sa passion et la transmission sa voie.
Avec la complicité d'une amie et « l'envie de faire quelque chose », elle a découvert cette activité artistique assez tardivement, à l'âge de 25 ans. Comme les deux autres enfants de la famille, Florence reçut une éducation musicale (violon, flûte, batterie) dont le côté académique avait fini par l'ennuyer. Le travail de la terre lui est apparu comme une révélation; ce qui n'était qu'un loisir l'a véritablement happée et son talent caché s'est fait jour, devenant vital.
En Seine-Maritime d'où elle est originaire, Florence Ruff a commencé à organiser de petits événements comme des portes-ouvertes, des cours d'initiation aux enfants le mercredi ainsi qu'aux élèves des écoles.
Une période un peu plus compliquée la contraint à faire une pause dans son activité jusqu'à ce coup de cœur pour une boutique, lors d'une promenade à Honfleur. Le destin bienveillant lui permet alors, en 2011, de s'y installer et d'ouvrir une jolie galerie-atelier au cœur du quartier historique. Elle expose et y donne des cours ; or cette activité, certes enrichissante mais qui se répartit entre commerce et cours, ne lui laisse cependant pas assez de temps pour ses propres créations. Très motivée, elle décide alors de travailler chez elle et d'y accueillir ses élèves.

Le vibrement de la création
Complètement autodidacte, Florence Ruff a su laisser émerger ce don artistique qui sommeillait. Plus que le ressenti du toucher, plus que la matière elle-même, la création apparaît comme sa plus grande satisfaction : « Ce sont les différentes étapes de la création qui me font vibrer depuis la conception, en passant par le lissage, puis la finition. Avant le résultat définitif, on est confronté à l'épreuve du four et au risque de casse ; une déception qu'il faut apprendre à gérer. » explique l'artiste.  Forte de l'expérience acquise, elle sait dorénavant libérer sa création et travailler d'une nouvelle manière « au début, j'étais très respectueuse du modèle et ne m'en éloignais pas » confie-t-elle. « Aujourd'hui, j'accepte que la terre décide, que la création soit orientée par un mouvement non prévu ou un déplacement hasardeux de la matière. Si le modelage prend une direction différente, je l'exploite. Je me permets de m'échapper en création libre à partir d'une première qui peut alors lancer, par exemple, une série sur une même thématique. J'aime cette forme de liberté. »
Sincère et authentique sont les adjectifs qui correspondent à la personnalité et au travail de Florence Ruff. « C'est le naturel de la matière terre qui me touche, l'absence de superficialité.  J'utilise plus particulièrement la terre chamottée, une argile brute qui conserve cet effet naturel que j'apprécie. Mes créations sont alors plus brutes, carrées, tranchées, plus modernes me semble-t-il. »

L'impérieuse envie de partager
L'objectif de la création étant aussi de partager et montrer son travail, rien ne motive plus Florence Ruff que d'exposer. Bien que Honfleur se targue d'être la « cité des artistes », il faut reconnaître que les lieux d'expositions accessibles manquent cruellement aux artistes locaux. Florence a pu cependant participer au décor de la manifestation « Les honfleurais peignent leur ville » aux Greniers à Sel, à la 2ème Nuit des Artistes en août dernier avec un atelier découverte et a agrémenté de ses œuvres le bar à vin de la Rue Cachin chez D.D. durant deux mois.
L'artiste a également eu la fierté d'être sollicitée par l'association « Esthétique et Cancer » qui, en novembre 2016, a organisé le premier salon « Parcours 5 sens » aux salons Hoche à Paris. Trois sculptures lui ont été commandée. Elles ont été remises à des personnalités en récompense de leurs engagements à soutenir les malades atteints de cancers et les aider à continuer à apprécier l'esthétique dans l'épreuve de la maladie. Florence a pu y proposer un atelier modelage qui l'a enthousiasmée. En effet, l'art en tant que bienfait pour se construire ou se reconstruire est une orientation vers laquelle la jeune femme ambitionne de se tourner.

Le bonheur de transmettre
Florence Ruff s'est découvert une véritable passion pour la formation. Elle donne des cours particuliers chez elle, à domicile ou dans les écoles dans le cadre des activités périscolaires, dans des maisons de retraite ou auprès d'adolescents. Elle souhaite se diriger vers l'art-thérapie et peut-être ouvrir la sculpture à des personnes handicapées.
« L'ouverture à l'art m'a beaucoup apporté personnellement » témoigne l'artiste. « Je  ressens de plus en plus fortement le besoin de transmettre ma passion. Le but est d'amener les personnes à s'ouvrir, à casser des blocages, à s'autoriser à créer, à faire sortir ce qui est trop souvent caché. Le modelage, la sculpture permettent une libération, une extériorisation concrète de ce qui se passe intérieurement. On y trouve réconfort, apaisement».
Le modelage ou la sculpture (avec des outils) permettent des échanges riches et conviviaux. « C'est vraiment une activité artistique intergénérationnelle et accessible à tous » affirme Florence Ruff.
C'est dans ce but qu'elle organise deux fois par mois des soirées « Terre et vin ». Entre 8 et 10 personnes, qui se connaissent ou non, partagent un moment autour d'un bon vin et bénéficient des conseils de l'artiste. Chacun met alors de côté sa possible timidité ou appréhension, prend confiance, oublie le regard de l'autre, laisse parler son imagination et repart, toujours satisfait, avec sa création.

Renseignements  concernant les cours, les stages et les soirées:
06 13 90 16 05
http://www.matieredart.fr/
contact@matieredart.fr

Pauline Bréhat                                                                                                                    27/02/2017


Ingwill Sjokvist expose à l'espace Françoise Sagan d'Equemauville...

Envie d'écrire et de s'inspirer de l'une des œuvres pour écrire librement un texte, une poésie, une phrase, des mots, voilà le projet que propose, l'artiste peintre, Ingwill Sjokvist ...

Depuis le 15 février dernier et jusqu'au 6 avril prochain, Ingwill Sjokvist expose ses œuvres à Equemauville dans l'espace Françoise Sagan. En collaboration avec les élèves du primaire de la commune, elle propose aux élèves d'interpréter son travail. Les mots et la vision qui en est fait est traduit dans un film dans lequel la parole complète parfaitement l’œuvre de l'artiste. Une exposition a voir et un film diffuser sur place à écouter sans modération... Espace Françoise Sagan à Equemauville ouvert Lundi de 14h à 15h 30. Mardi de 10h à 11h 30 et de 15h à 18h Mercredi de 14h 30 à 18h Jeudi de 15h à 19h Vendredi de 15h à 17h Samedi de 15h à 17h 30

Chantal Bouraly expose chez Karhine Optik

The Liliput's Space of Art accueille une nouvelle exposition jusqu'au 2 avril. L'opticienne Karhine Muratelle a choisi de présenter les toiles de Chantal Bouraly, une série sur le carnaval de Venise. On ne peut mieux coller à l'actualité puisque ce dernier débutera le 18 février prochain. L'artiste peintre deauvillaise avait déjà peint sur ce thème mais a ajouté quelques toiles pour l'occasion. Ce n'est pas la fête à proprement parler qu'elle a voulu représenter mais plutôt le mystère qui entoure les visages portant de si magnifiques masques et costumes.
Chantal Bouraly est autodidacte et exerce la peinture depuis une quarantaine d'années. La fibre artistique lui a été transmise par son père peintre en lettres à Paris, réalisant la peinture d'enseignes ; une profession importante de la fin du XIXème à la fin du XXème siècle.
Peintre impressionniste, Chantal Bouraly peint des scènes de vie, des natures mortes et affectionne les portraits. Elle utilise la peinture à l'huile dont elle aime l'aspect soyeux plus travaillé.
Après des expositions à Séville, Montpellier, Paris (au Palais de Justice) où elle a remporté deux concours -meilleur portrait et meilleure technique- , l'Hôtel Normandy à Deauville, elle propose ses toiles pour la première fois à Honfleur.
Également peintre sur bois et artiste du collage, Chantal Bouraly a pour projet de reproduire ses propres collages (souvent des silhouette découpées) et d'imaginer des histoires sur toiles.

 

Pauline Bréhat

L'exposition est visible jusqu'au 2 avril
chez Karhine Optik
24 Place Hamelin à Honfleur


Equemauville : Ingwill Sjokvist expose à l’espace Sagan…

A partir du 15 Février et jusqu’au 6 Avril prochain, l’artiste peintre  Ingwill Sjokvist expose ses œuvres dans l’espace Françoise Sagan dans le cadre d’un projet en partenariat avec la commune. Cette exposition baptisée «  Rêve de Mouvement »  permettra aux enfants mais aussi aux adultes de participer activement à ce projet qui vise à échanger sur ce qu’inspire les œuvres de l’artiste mélangeant à la fois art pictural, écriture, poème, conte et histoire.
Une exposition à voir sans modération pendant plus de 6 semaines avec en point d’orgue une rencontre avec l’artiste le 25 Mars de 16h à 18h pour un échange avec le public...

                                                                                                                                             14/02/2017


« Paroles Paroles » se prépare

Si la préparation d'un festival s'effectue quasiment toute l'année, il est des périodes plus intenses que d'autres !
La commission « communication » du festival « Paroles Parole » vient d'entrer dans cette phase et travaille d'arrache-pied pour peaufiner les détails du site web, de la newsletter, de la page facebook, des flyers, des programmes, des affiches. Une démarche obligatoire pour l'équipe réunie autour de Vanessa Simon-Catelin, directrice du festival, afin d'informer les habitués et attirer de nouveaux spectateurs.
Une fois encore, l'édition 2017 promet d'être riche en qualité et en nombre de spectacles et d'animations proposés. On peut d'ores et déjà découvrir le programme sur le site http://www.paroles-paroles.fr/ 
Pour continuer à proposer un festival de qualité, éclectique, facilitant l'accès à la culture par tous et pour tous, l'équipe a plus que jamais besoin de sponsors ou mécènes. Commerçant, artisan ou particulier, vous pouvez les soutenir et bénéficier d' intéressantes contreparties telles que pass pour accès libre à tous les spectacles, encart publicitaire...
Pour plus de renseignements, il suffit d'envoyer un mail ou téléphoner  aux Z'Ateliers de la Tête de Bois (association loi 1901):
tetedebois@ymail.com  ou 06 71 57 92 14

Vous retrouverez infos et reportages sur la page spéciale de votre journal pendant toute la durée festival qui aura lieu du 10 au 26 mars 2017.


Pauline Bréhat


Le fils de Françoise Sagan se confie sur Honfleur Infos.

A l'occasion de son passage à l'espace Françoise Sagan ouvert depuis peu sur la commune d'Equemauville, son fils, Denis Westhoff, a bien voulu répondre à nos questions. De son enfance à Honfleur en passant par le souvenir qu'il garde au fond de lui-même d'une mère écrivain, Denis Westhoff se confie....

H-I : Denis Westhoff, un père mannequin, une mère écrivain et vous photographe… Au fait, vous êtes toujours photographe ? "
« Non, j'ai arrêté pour me consacrer uniquement à mon activité d'ayant droit littéraire de ma mère. Je pensais disposer d'assez de temps pour la photo d'un côté et pour le juridique et l'administratif de l'association de l'autre, et je m'aperçois que la gestion de l'association Françoise Sagan, les prix littéraires, les projets d'édition en cours à titre personnel je n'ai plus de temps à consacrer à la photographie… »

H-I : Vous avez une préférence sur les œuvres littéraires ou théâtrales de votre mère ?
« Oui… Les Bleus à l’Âme et Un Peu de Soleil dans l'Eau Froide et une  nouvelle : Avec Mes Meilleurs Souvenirs… Au théâtre : Le Cheval Évanoui… »

H-I : Avez-vous un souvenir de votre mère qui vous revient en tête ?
« Sa gentillesse, sa disponibilité… Le temps qu'elle avait pour les  autres… Sa générosité et son élégance, physique et morale… »

H-I : Qu'est-ce que vous  adoriez dans cette région de Honfleur, vous qui habitez  désormais  en Touraine ?
« Tout ce qu'on aime quand on est né dans cette région et qu'on y a passé du temps enfant...C'est à dire que l'on y a construit sa mémoire, ses sensations, des moments comme ça dans la campagne, dans l'herbe… Comme  elle dit, elle m'a donné envie d'aimer l'odeur de la mer, de l’herbe, le goût de la terre, cette odeur de la pluie dans la campagne… »

H-I : Dix ans après sa disparition que vous reste-t-il d'elle au fond de vous ?
« Beaucoup de choses de maman, ce qu'elle m'a légué en dehors de son œuvre et de ses livres… Beaucoup de force, de confiance et une certaine sagesse… Et surtout aussi une part d'élégance, une forme de générosité qui m'ont permis jusqu'à présent d'avancer… »

H-I : Indépendance, liberté, cela résume  parfaitement bien votre mère ?
« Oui… »

H-I : Votre mère était-elle pour vous plus écrivain que maman ?
« C’était la maman surtout, l'écrivain je ne l'ai pas connu. Je l'ai connue comme figure, pas intimement, j'avais une mère avec moi… Oui, avec moi j'avais une maman… »

H-I : Dans la cour à l'école, tout le monde savait qui vous étiez ?
« Non… Maman l'a caché, parce que, à l'époque, elle ne voulait pas  que je  sois à la « Une » des journaux, elle ne voulait pas  que l'on parle de moi à la radio, elle ne voulait pas que je  sois une bête curieuse… Et c'était relativement facile, puisque je porte le nom de mon père Westhoff et pas Sagan… Personne ne le savait, à part le directeur de l'école et mon professeur… »

H-I : Et à Honfleur, vous  avez dû croiser des gens célèbres… Votre parrain étant Jacques Chazot, qui sont ceux qui vous ont le plus impressionné ?
« Y a vraiment de tout… Des gens tellement variés qui sont venus ici… Tenez : Yves Saint Laurent, Catherine Deneuve, François Truffaut, Barbara qui venait très souvent… Mary Bell, Yves Montand… Et celui qui a fait beaucoup parlé de lui : Christophe Rocancourt… Il est venu ici une fois, tout à la fin...Il y avait tout le temps des gens qui venaient, qui repartaient… C'était toujours très gai, un mélange… »

H-I :Vous allez écrire une suite à votre dernier livre ?
« Oui… J'y pense, sur l'après, l'après… Ce sera plus personnel, moins relatif à elle, plus axé sur toutes les  questions que j'ai du affronter… Questions d'édition, de relations avec les gens, de prix littéraires… Tout cela m'a appris et apporté cette expérience… »

Interview et photo : Serge Guichon                                                                                    28/10/2016


Vous qui rêvez de monter sur les planches... C'est possible  !

En effet, les Z'Ateliers de la Tête de Bois recrutent des comédiens amateurs en vue de présenter une pièce lors de l'ouverture du festival Paroles Paroles 2017.
Intitulée « L'exaspération du Prince »,  celle-ci a été écrite par le honfleurais Léon Louis Véga.
Il s'agit d'une courte pièce satirique et politique en un acte avec un chœur vivant (des comédiens) et un chœur électronique (des images) : lors d'une conférence de presse, le Prince qui vient d'hériter du royaume, fait semblant de répondre aux questions politiques et économiques, tout en exposant sa philosophie.
Deux metteurs en scène coopéreront avec l'auteur-réalisateur : Lorena Felei de la Compagnie du Souffle 14 et Bernard Vercier de la compagnie havraise Accord Tacite.
Pour mener à bien ce projet, les adultes amateurs de théâtre, débutants ou confirmés, sont les bienvenus. Une première réunion a déjà eu lieu afin de présenter le projet mais il n'est pas trop tard pour s'inscrire puisqu'il reste encore des places.
Tout engagement impose d'être présent lors des 5 week-ends de travail proposés de 10h à 18h le samedi et 10h17h le dimanche à la salle Chocolat d'Equemauville:
-26 et 27 novembre
-26 & 27 novembre
-14 & 15 janvier
-28 & 29 janvier
-4 & 5 mars
-11 & 12 mars
-Lundi 20 mars, le soir : répétition générale au Grenier à Sel
-La représentation : mardi 21 mars en ouverture du festival Paroles Paroles à Honfleur

Tarif forfaitaire : 50€ (incluant un pass festival » Paroles paroles » 15 au 26 mars)

Il est encore temps de s'inscrire :
-tetedebois@ymail.com / 06 71 57 92 14

-Souffle 14 : 02 31 88 71 21/ souffle14@orange.fr

P.B.


L’arrière-arrière-petite-fille d’Eugène Boudin peint Honfleur...

Marie-Sophie Le Miel..
Marie-Sophie Le Miel..

Quel heureux hasard que de rencontrer, au détour d’une promenade, une artiste peintre au nom peu évocateur mais aux origines bigrement connues à Honfleur. A l’occasion de la fête de la Crevette cette artiste a posé son chevalet quai de la Planchette afin d’immortaliser sur sa toile une vue de Honfleur. Cette artiste, n’est autre que Marie-Sophie Le Miel peintre amateur et amoureuse de Honfleur, ça c’est pour la carte de visite. Mais en creusant un peu plus on découvre en réalité que Marie-Sophie Le Miel n’est autre que l’arrière-arrière-petite-fille du peintre honfleurais, Eugène Boudin le maître de l’impressionnisme. « Je ne sais pas si j’ai hérité de mon arrière-arrière-grand-père ce penchant pour la peinture, mais je dois avouer que j’aime beaucoup peindre. » souligne l’artiste avant de poursuivre : «  Ça fait partie de mes hobbies, mais je ne suis pas peintre professionnel, je suis hôtesse de l’air. Comme vous le voyez, ça n’a absolument rien à voir avec mon arrière-arrière-grand-père. » Pas simple de vivre avec le nom d’Eugène Boudin aussi, Marie-Sophie Le Miel avoue qu’elle le vit très bien puisqu’elle a su rester discrète jusqu’à aujourd’hui. Retirée sur les hauteurs de Honfleur, Marie-Sophie Le Miel vient régulièrement à Honfleur, pour y poser son chevalet et croquer quelques paysages.... 

JL Garros                                                                                                                            11/10/2016


Appel à comédiens amateurs aux Z'ateliers de la Tête de Bois

Pour le festival « Paroles Paroles » qui aura lieu fin mars, les Z 'ateliers de la Tête de Bois proposent une création théâtrale en collaboration avec les compagnies Souffle (Honfleur) 14 et Accord Tacite (Le Havre).
La pièce choisie, intitulée « L'Exaspération du Prince », a été écrite par le honfleurais Léon Louis Véga. Il s'agit d'une pièce en un acte avec choeur vivant et choeur électronique.

Le propos : Un prince vient d'hériter de notre royaume et donne une conférence de presse. Il fait semblant de répondre aux questions de politique et d'économie du chœur composé de cameramen et de journalistes, tout en exposant sa philosophie. Face aux demandes des personnes face à lui, il fait d'autres propositions. Le chœur électronique est fait d'écrans .et d'images qui les barbouillent, des images de l'actualité du jour, de l'année ou d'avant, des images du public et des acteurs sur scène ou ailleurs.
C'est une pièce actuelle, politique, critique avec un langage contemporain accessible.
Lorena Felei (Cie Souffle 14) et Bernard Vercier (Accord Tacite) mettront conjointement en scène ; l'auteur Léon Louis Véga se chargera du dispositif scénique.

Pour mener à bien ce projet, les compagnies souhaitent réunir un ensemble d'acteurs amateurs pour constituer le choeur de journalistes et cameramen. Il s'agit d'un vrai travail choral qui se construira au fur et à mesure des répétitions avec les acteurs présents. Ceci se déroulera sous forme de stage durant 5 week-ends de travail : 26/27 novembre ; 14/15 janvier ; 28/29 janvier ; 4/5 mars ; 11/12 mars plus 20/21 mars pour la répétition générale et la représentation.
Le tarif forfaitaire pour participer est de 50€ (incluant un pass festival).
Tout adulte (à partir de 18ans), de niveau débutant ou confirmé,  peut s'inscrire en tant qu'acteur pour faire partie du choeur de journalistes composé de 10 à 20 personnes.

Une réunion d'information se tiendra à l’École Municipale de Musique Erik Satie à Honfleur mardi 27 septembre à 19h
Le lieu et les horaires de répétitions seront précisés au cours de la réunion.

Renseignements et inscriptions :
-directement auprès des metteurs en scène
-tetedebois@ymail.com ou 06 71 57 92 14


P.B.


Le clip du Honfleurais: Stéphane Demares ...


L’association le « Vieux Honfleur » édite un ouvrage sur le patrimoine de la ville.

La société normande d’Ethnographie et d’Art populaire «  le Vieux Honfleur » vient de publier un ouvrage consacré au patrimoine urbain honfleurais.
Dans cet ouvrage illustré, les auteurs ont voulu à la fois montrer et expliquer par des documents et des photographies de différentes époques, comment s’est élaboré l’ensemble urbain correspondant à la ville ancienne.
« Nous avons travaillé sur cet ouvrage pendant 2 ans » explique Pascal Lelièvre, historien et membre de l’association du Vieux Honfleur, avant de poursuivre : « La dernière publication remonte au début du 20ème siècle à l’époque de Léon Leclerc qui était secrétaire et c’est Charles Bréard qui en était l’auteur. »
L’ouvrage  qui se veut être une étude du patrimoine honfleurais, explique comment s’est constitué le patrimoine urbain de la ville avec ses caractéristiques comme le souligne encore Pascal Lelièvre :  « Notre but est de faire connaître l’histoire du patrimoine honfleurais en relation avec les collections du Vieux Honfleur qui sont exposées dans les musées d’Histoire Maritime et Ethnographie d’art populaire. Dans ce livre nous remontons pour l’essentiel à la fin du moyen âge et on va jusqu’à l’histoire immédiate. »


Offre de lancement :

Un livre que vous pouvez déjà découvrir au siège de l’association, 10 rue de la Prison, avec, excusez du peu, une offre de lancement à 13,50 € au lieu de 15€, et ce, jusqu’à la fin janvier 2016, pour tout nouveau membre, sinon il faudra attendre courant Janvier pour le trouver soit, à l’office de tourisme de Honfleur ou bien dans les musées de la ville ou encore, attendre début Février pour l’acheter dans toutes les librairies de la ville et plus.
Pour plus de renseignements, connectez-vous sur le site internet de l’association du Vieux Honfleur : http://www.le-vieux-honfleur.fr

« Honfleur histoire et patrimoine » aux éditions des Falaises.

                                                                                                                                        28/12/2015


Rencontre avec l'écrivain honfleurais Frédéric Leterreux

Passionné d'écriture depuis toujours, le journaliste honfleurais, Frédéric Leterreux vient de publier un nouvel ouvrage co-écrit avec son ami, Frédéric Veille.

A l'occasion du salon du livre de Honfleur, nous avons pu rencontrer l'auteur.


Guillaume Delange signe son premier roman pour enfants

Un jeune Ablonnais, Guillaume Delange, passionné de littérature de jeunesse depuis longue date, signe son premier livre " un livre sans histoire"…