Au badminton, à 90 ans, Daniel Gallois fait l’admiration de tous.

1982
@Honfleurinfos : Le coup gagnant pour Daniel Gallois

L’âge n’a, semble-t-il, aucune emprise sur Daniel Gallois. Passionné de sport, il est, à 90 ans, le doyen du club de badminton de Honfleur. Chaque semaine, il se rend à la salle des sports du Plateau pour pratiquer, aux côtés du président Jean-Jacques Moreau et des adhérents, son exercice hebdomadaire préféré, le badminton, avec le secret espoir de déclencher le « coup magique » pour battre son adversaire…

 

@Honfleurinfos : Les adhérents ont fêté l’anniversaire de Daniel, comme il se doit…

 

L’association « Sport pour tous » de badminton  créée il y a 33 ans et présidée par Jean-Jacques Moreau, a honoré le 22 mars dernier, Daniel Gallois (à l’occasion de son anniversaire), au titre de Président d’honneur.
Adhérent depuis 1991 et surtout joueur d’exception, puisqu’à 90 ans, Daniel, s’entraine tous les mercredis soir et se tient toujours disponible pour conseiller les nouveaux arrivants.
Au dire de ses partenaires ; «  Il a toujours le geste vif pour gagner le point au filet et aussi le bon mot pour « taquiner »  l’adversaire ».
Certes, «Papy », comme le surnomment gentiment les adhérents, n’a pas ses jambes de 20 ans, mais, casquette vissée sur la tête, (pour ne pas être ébloui par la lumière) a encore l’œil vif, et est toujours prêt à dégainer la raquette. « Je compense par l’anticipation acquise avec l’expérience et j’ai encore quelques coups magiques ». Une motivation exceptionnelle ; A 83 ans, il participait au tournoi de Honfleur, et l’an passé, il aidait à l’organisation, avec sa raquette dans le sac pour éventuellement palier un forfait. D’une mémoire incroyable, il fait l’admiration des plus jeunes, à qui, il aime bien rappeler les défaites qu’il leur infligeait, alors « qu’il n’était âgé que de 80 ans ». Deux prothèses de genou plus tard et quelques douleurs, il continue de se faire plaisir avec les, Pierre, Michel, Charlotte, Nathalie, Françoise…. dans des matches où la victoire a encore son importance, mais toujours dans la bonne humeur.
Pour fêter ses 90 ans, il s‘en va passer une nuit étoilée au Pic du midi de Bigorre, dans les Pyrénées. Il n’a toujours pas voulu dévoiler la recette de sa potion magique.

Article précédentL’activité reprend à l’école de voile du CNH
Article suivantLa mobilisation se poursuit contre le projet de construction de la rue aux Chats