« Le Suspendu de Conakry » de Jean-Christophe Rufin

568

Que fait cet improbable consul d’origine roumaine mais nationalisé français, avec son accent qui roule les « r »comme s’ils dévalaient les pentes des Carpates, buveur de Tokay et amateur d’opéra, qui, à l’occasion, joue les gymnopédies de Erik Satie sur son vieux piano ( qui le suit dans ses déménagements) ; oui, que fait-il cet Aurel Timescu, à la sensibilité au bord des yeux ; que fait-il donc, avec sa dégaine décalée et ses lunettes de montagnard, à l’ambassade de France en Guinée ? Sans doute, Jean-Christophe Rufin a rencontré ce type de personnage au cours de sa carrière diplomatique… Sans aucun doute…

Aurel Timescu a été mis au placard, ce sont des choses qui arrivent aussi dans les ambassades… De toute façon, cet ancien pianiste de bastringue, n’a jamais rêvé d’être consul. Lui, il se passionne pour les enquêtes policières et justement en voici une qui s’offre à lui sur un plateau : le meurtre de Jacques Mayères, un retraité qui vit sur son bateau au mouillage depuis plusieurs mois dans le port de Conackry. Pourquoi a-t-on retrouvé son cadavre pendu en haut du mât de son voilier?

Ce meurtre serait resté impuni si Aurel Timescu ne s’en était pas mêlé, s’il n’avait pas rêvé (ou bien est-ce de l’intuition ?) la vérité.

Une belle aventure pour Aurel Timescu, avant de retourner se morfondre dans son placard de Conakry.

Jean –Christophe Rufin nous décrit dans ce roman un anti-héros sympathique et désuet qui nous fait découvrir les dessous de la vie « à l’internationale ». C’est bien écrit, agréable à lire. On a envie de retrouver Aurel Timescu dans d’autres aventures. Vivement qu’il quitte son placard de Conakry pour un autre dans un autre coin du monde.

Le Suspendu de Conakry- Jean Christophe Rufin- Flammarion

Article précédentRéunion du conseil communautaire : L’office de tourisme présente une activité à la hausse…
Article suivantLe comité de jumelage honfleurais aux commémorations Russe