Pourquoi une urne de perles au Musée Eugène-Boudin ?

1433
@Honfleurinfos : David présente l'urne de perles au public.

Que restera-t-il de l’exposition « Esclavage : Mémoires Normandes » une fois le rideau  baissé ? C’est la question que se pose David Gadanho, responsable de la régie des œuvres et du service publics des musées de la ville de Honfleur. En accord avec son directeur, Benjamin Findinier, David Gadanho souhaite laisser une trace de cette exposition en proposant au public de déposer une perle dans une urne, symbolisant « une pacotille d’échange » : un troc contre une vie, pour en faire un geste mémoriel…

Au prix d’une pacotille, une perle, une vie : un geste mémoriel
Aux 17e et 18e siècles, des millions de captifs africains, aussi bien des enfants que des femmes et des hommes, quittèrent leur terre de naissance afin de rejoindre sur les îles lointaines des Caraïbes et du continent américain des plantations de café, de sucre, d’indigo et de coton.Sur les rives africaines, ils étaient vendus ou échangés par les Européens contre des produits manufacturés qualifiés alors de « pacotille ».
Aujourd’hui, le mot « pacotille » sert à désigner un objet de peu de valeur marchande, alors qu’au 18e siècle, pour le prix élevé de la pacotille, des êtres humains subirent un déracinement, une déshumanisation et une exploitation comme force de travail.
Alors que Honfleur, cité pittoresque, est intimement liée à Eugène Boudin (1824-1898), le maître des ciels, et aux débuts de l’impressionnisme prônant une liberté nouvelle dans la peinture, il importe aujourd’hui de créer une action collective et pédagogique qui sache rappeler ce que fut la privation de liberté pour ces êtres mis en esclavage.
David Gadanho explique : « Dans cette urne, nous souhaitons réunir des perles de verre, symboles de la pacotille d’échange. C’est un geste mémoriel que nous vous proposons. Ainsi les perles de verre incarnent-elles les enfants, les femmes et les hommes déportés dont l’histoire personnelle est muette mais résonne avec force dans les consciences de nos sociétés contemporaines. »

Article précédentProgramme complet des journées européennes du patrimoine
Article suivantHonfleur : Deux jeunes placés en garde à vue après un vol à l’arraché…