Un bilan positif pour le festival « Honfleur Lyrique »…

1211
@Honfleurinfos : Marc Haffner, chanteur lyrique

Se lancer dans une nouvelle expérience, demande beaucoup de réflexions, de recherches et d’analyses, sans oublier de fixer les objectifs et les cibles, pour que le succès soit au rendez-vous et que les interlocuteurs soient conquis.C’est ce qu’ont réussi à faire les organisateurs du premier festival « Honfleur Lyrique ».

Honfleur Lyrique, était la nouvelle expérience que les Honfleurais découvraient pour la première fois, du jeudi 24 au dimanche 27 novembre 2022 au Grenier à Sel, au musée Eugène-Boudin et dans la salle du cinéma de la ville. Ces quatre journées et soirées étaient intenses en émotions et en rencontres, aussi bien avec le chant lyrique qu’avec les jeunes chanteurs, puis les films sur des auteurs et personnalités en lien avec ce genre de musique.
Cette première édition a eu lieu sous la bienveillance de Michel Lamarre, Maire de Honfleur, de Caroline Thévenin, adjointe à la culture et de Françoise Schnerb, la présidente de l’association sans oublier les bénévoles de l’association « Honfleur Lyrique », qui s’est formée aux pieds levés suite à l’annulation du festival du cinéma Russe.

Quelques témoignages du public :
« J’ai quitté une soirée qui était prévue pour finalement venir écouter et voir ce type de chant, c’était magique, on était envoûtés, l’émotion était forte, j’en étais émue aux larmes » Raconte Chantal Carouel, enthousiaste et émue.
« On était sur son petit nuage, on a du mal à exprimer ce qu’on a ressenti, c‘était à la limite frustrant, parce que c’est très court, on aurait aimé que ce soit plus long. Le fait de voir de si jeunes chanteurs, ça fait du bien, ils nous emmènent en voyage avec leurs voix si belles et puissantes » Réplique Michelle, après avoir écouté et approuvé les dires de Chantal
Françoise Schnerb, présidente de l’association « Honfleur Lyrique, » répond elle aussi à nos questions lors d’une intéressante interview

HI : Pourquoi le lyrique ?

Françoise : «  A cause de la guerre en Ukraine, nous avons été contraints d’arrêter le festival du cinéma Russe, dont on préparait la 30ème édition, car nous ne pouvions plus continuer à collaborer avec la Russie, que ce soit du côté pratique ou du côté moral. En tant qu’association et une équipe très impliquée dans la vie culturelle de Honfleur, nous avons voulu continuer à travailler ensemble pour animer, comme habituellement, la fin du mois de novembre. »
Françoise  poursuit son explication : « Nous voulons un événement exceptionnel, innovant, de qualité et d’originalité, quelque chose qui n’a jamais été fait et qui va apporter une nouvelle connaissance et découverte, alors m’est venue l’idée du chant lyrique, ce type de chant qui fait partie de l’opéra classique, qu’on connaît à travers divers spectacles et musiques. C’est ainsi qu’est né ce festival, un festival dédié aux élèves et jeunes chanteurs des conservatoires de la Normandie. »

HI : Aviez-vous des appréhensions en proposant le lyrique au public ?

Françoise : « Pas du tout, nous étions assez confiants, car nous avions déjà les contacts avec les jeunes chanteurs élèves, qui ont quand même un très haut niveau, de ce fait, la jeunesse et le dynamisme de ces chanteurs allaient contribuer à l’adhésion à ce type de musique. Nous avons intégré nos jeunes chanteurs dans l’esprit du festival, pour que ce festival soit très convivial, nous avons organisé, en plus de la partie récital, les rencontres entre le public et les artistes, il y a eu les échanges autour de la passion et de l’amour de l’opéra, la magie était là, et le contact a été très naturellement et chaleureusement établi. »

HI : Comment évaluez-vous cette première édition ?

Françoise : «  Nous sommes très contents, satisfaits et fiers de cette réussite. Le public était au rendez-vous dès le premier jour, puis plus nombreux les jours suivants, à tel point que nous avons été obligés de doubler voire tripler le nombre de chaises, notamment au musée Eugène-Boudin, lors du récital du trio DENASCO, qui a fait sensation auprès des curieux et des amateurs. »
Françoise continue  : «  Pour moi l’opéra c’est l’art suprême, un domaine qui est soit adoré par les gens, soit méconnu, pour eux qui ne le connaissent pas, le lyrique est un style défavorable, incompréhensible et même parfois ennuyeux, alors qu’il suffit de vivre l’expérience, de tendre l’oreille et se laisser emporter par les notes, s’émerveiller par les voix puissantes et fragiles à la fois. »

HI : Quelles sont les prochaines manifestations de l’association ?

Françoise : « Probablement une deuxième édition du festival Honfleur Lyrique. Pleins d’idées commencent déjà à venir par les membres et les adhérents, tout est à l’étude et dépendra du budget qui va être attribué, mais nous avons déjà l’envie et la volonté de renouveler l’expérience du Honfleur Lyrique. »

Pour terminer l’interview, Françoise a tenu à passer un message, à remercier le public d’avoir été au rendez-vous, à saluer les bénévoles de l’association, pour leurs implications et leurs dévouements pour la réussite de ce festival, à féliciter et remercier les jeunes élèves artistes, qui ont tout des grands artistes, qui seront sans doute de très grands chanteurs. Sans oublier d’exprimer toute sa gratitude à Michel Lamarre, Maire de Honfleur, à Caroline Thévenin, adjointe à la culture et toute la municipalité, pour le soutien et l’aide apportés. Et enfin, un grand merci aux partenaires aux presses pour leurs contributions et leurs présences.
Le chant lyrique a su conquérir le cœur des Honfleurais, avec cette nouvelle approche musicale, avec la mise en avant de jeunes étudiants artistes aux voix incroyables, avec la promesse de revenir raisonner dans le silence des lieux mythiques et magiques de la ville.

@Honfleurinfos
Article précédentAvis de décès du 03/11/2022 au 24/11/2022
Article suivantLe « Caddithon » du Lions Club à Equemauville