« Un certain M. Piekielny » de François-Henri Désérable

610

Il s’agit d’une enquête littéraire qui porte sur un certain monsieur Piekielny qui est évoqué par Romain Gary dans « La Promesse de l’Aube ».  « Ici a vécu de 1917 à 1923, l’écrivain et diplomate Romain Gary » L’auteur se retrouve devant la plaque lors d’un séjour forcé à Vilnius en Lituanie ((j’ai toujours envie de mettre un « h » après le « t », pas vous ?…Mais il n’y en a pas !) et cela lui remet en mémoire cette phrase de la « Promesse de l’Aube » : « Au 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait un certain M.Piekielny ». Le nom de la rue a changé, elle s’appelle aujourd’hui rue Jono Basanaviciaus et le numéro est le 18 et non plus le 16 et même Romain Gary s’appelait Roman Kacew, son nom de naissance.
Avec impertinence, désinvolture, humour et du talent aussi il faut bien le reconnaitre, l’auteur va jongler avec les biographies, celle de Romain Gary, la sienne, et aussi celle de ce monsieur Piekielny dont on ne sait même pas s’il a bel et bien existé ou s’il n’est pas un personnage fictif. Et qu’est-ce que cela peut bien faire qu’il ait ou n’ait pas existé ce Piekielny ? Est-ce que l’on saura si ce monsieur Piekielny a existé ? C’est une belle occasion de parler de l’histoire de la Lituanie, de la condition juive dans ce pays. En attendant, François-henry Désérable nous emmène et propose une irruption de la fiction dans le réél.
Un bel alibi pour lire ou relire la Promesse de l’Aube…
Qui est l’auteur : François-Henry Désérable est né à Amiens le 6 février 1987. C’est un écrivain et un ancien joueur de hockey sur glace. J’ai été amusée de savoir que l’un de ses grands-pères avait été gondolier à Venise. Il fait une partie de ses classes de lycée dans le Minnesota, avant de revenir à Amiens. Il étudie le droit.
En 2012, il est lauréat du Prix du jeune écrivain de langue française.

Son roman Un certain M. Piekielny est sélectionné au premier tour du Prix Renaudot 2017et du Prix Goncourt 2017.

Un Certain M.Piekielny-F-H. Désérable- Editions Gallimard

Article précédentLa Rivière Saint-Sauveur : L’état de catastrophe naturelle tarde à venir et les habitants s’impatientent.
Article suivantPhilippe Geluck et Albert Dubout : A chacun son chat !