« Veiller sur elle » de Jean Baptiste Andrea

1386

J’ai lu le dernier Goncourt et cela m’a beaucoup plus. Je me méfie toujours avec les prix littéraires, on est parfois déçu. Je n’ai par exemple pas réussi à m’intéresser au Goncourt 2022. Je ne suis pas la seule car les ventes n’ont pas atteint les 300 000 exemplaires alors qu’habituellement elles dépassent les 400 000.
C’est le quatrième roman de Jean Baptiste Andréa et le premier que je lis. Il s’agit d’une autobiographie fictive racontée par le narrateur sur son lit de mort quelque part dans un monastère. Nous sommes en 1986. C’est dans ce monastère que le Vatican a fait cacher la Pietra de Mimo, à l’abri des regards.
C’est une belle histoire d’amour entre Mimo, un sculpteur né très pauvre et qui devient célèbre, et Viola Orsini, la fille d’une des plus riches familles italiennes. Nés tous les deux en 1904, tout les sépare et pourtant une amitié rare naît entre eux depuis leur rencontre dans le cimetière de Piétra d’Alba. Ils vont se quitter, faire leur vie chacun de leur côté. L’un devient célèbre, l’autre se marie mais chaque fois ils se retrouveront.
Mimo dont le nom est Michelangelo Vitaliani est fils de tailleur de pierre. A la mort de son père, sa mère le renvoie en Italie dans le village de Pietra d’Alba dont la famille est originaire. C’est là qu’il rencontre Viola.
Et le roman raconte cette histoire d’amour impossible entre un pauvre sculpteur et la fille des riches Marquis dont la famille est introduite au Vatican. Il nous fait voyager entre Rome et Florence et traverser l’histoire de l’Italie fasciste.
Jean Baptiste Andréa est un excellent conteur, il nous entraîne à la suite des destins entremêlés de Mimo et de Viola qui s’aiment, se séparent, se retrouvent :
« Nous sommes deux aimants. Plus nous nous rapprochons, plus nous nous repoussons. 
- Nous ne sommes pas des aimants. Nous sommes une symphonie. Et même la musique a besoin de silences. »

« Veiller sur elle » de Jean Baptiste Andrea, Edts « L’ Iconoclaste »

Article précédentMise en place d’un plan de continuité au centre E-Leclerc de Honfleur 
Article suivantLa Chronique TV de Serge du 6 au 12 janvier 2024