Honfleur : exposition de l’École d’Art Graphique de l’Estuaire aux Greniers à sel.

1510
@Honfleurinfos : Les élèves de Guillaume de Saint-Pierre exposent à Honfleur

Du vendredi 21 au jeudi 27 juin, les élèves de l’École d’Art Graphique de l’Estuaire, exposent leurs œuvres au grenier à sel de Honfleur. L’occasion pour son fondateur, Guillaume de Saint-Pierre, de revenir sur une saison exceptionnelle.

Sans que l’on fasse grand bruit sur le sujet, la saison 2023 des EAGE s’est terminée d’une façon somptueuse. Sur 6 bachelières, une (qui continue à très bien dessiner) était inscrite d’avance dans une grande école de commerce et communication. Une autre a été reçue à l’école des Gobelins. Une autre aux Arts et Métiers, une à l’Ecole Pivaut de Nantes, une dans une nouvelle grande école d’art graphique pluridisciplinaire. Et pendant ce temps, une ancienne élève des EAGE revenait de Paris avec son diplôme de l’ESAG-Penninghen en poche ! On peut parler d’un étonnant succès.
Etonnant, car les EAGE fonctionnent toujours avec des moyens fort réduits, un minimum de subvention, un petit local. Municipal, il est vrai. A Honfleur comme à Pont-Audemer. Et cette année, deux bachelières sont déjà inscrites dans deux grandes écoles (l’une à l’Ecole Pivaut de Nantes).
Le secret des EAGE ? Il y a 8 à 9 élèves par séance. C’est donc quasiment autant de cours particuliers donnés à chacun. Car la grande règle reste : « à chacun son niveau, et chacun son rythme ». Les élèves sont totalement mélangés. Les plus expérimentés (architecte de renom, coiffeuse connue de toutes et tous, designer automobile à la carrière impressionnante, graphiste en activité, enseignants, ou simplement élèves de longue date des EAGE, collectionnant prix et distinctions) travaillent ici aux côtés des plus jeunes (en 6ème) ou des débutants.
D’où une ambiance décontractée. D’où l’absence d’égo maladif. On progresse à sa main, et l’on profite d’une véritable thérapie procurée par l’art. Guillaume de St Pierre, fondateur et animateur des EAGE, formé lui-même par Met de Penninghen, diplômé d’une grande école nationale, l’ENSAD, en graphisme et design, reste toujours soucieux de préserver cette ambiance, propice aux progrès, à l’originalité, à l’imagination que l’on retrouve dans les illustrations de tous les élèves.
Cette année, on a insisté sur les formes synthétisées. Pas abstraites, toujours figuratives, mais retravaillées profondément. En revanche, pour les couleurs, le travail, s’appuyant sur ces formes lisibles, consistait à s’évader des couleurs figuratives pour ne se soucier que des vibrations, produites par des contrastes savants. Pour certains, fort cultivés ou au goût bien formé, il s’agit d’une véritable révolution, parfois difficile à réussir ! Mais pour les jeunes, les jurys des grandes écoles dont nous venons de parler, particulièrement compétents, ont apprécié.
Cela dit, les EAGE s’adressent à tout le monde. Jeunes, parents, retraités, artistes venant accroître leur domaine, débutants désirant refaire le monde en plus beau, ou créer leur propre monde.

Pratique : séances de 2 heures, à Honfleur, les mercredis à 16h et 18h, samedis à 10h30 et 16h, dimanche matin à 10h30. A Pont-Audemer, les vendredis à 16h et 18h. 13 Charrière St Léonard à Honfleur. Centre des Arts, rue du Doult Vitran à Pont-Audemer. Renseignements : 06 82 42 67 10 (sms et whatsapp) atelier@guillaumedesaintpierre.com

Article précédentÉlections législatives : Sophie Gaugain candidate dans la 4e circonscription du Calvados.
Article suivantHonfleur :  » Au secours, Arsène » le nouveau livre de Pauline Bréhat