La fermeture programmée du SSR Nutrition d’Equemauville fait réagir les patients…

1835
@Honfleurinfos : La fermeture programmée du SSR Nutrition à Equemauville fait réagir les patients

Suite à l’annonce de la réorganisation du service de nutrition de l’hôpital de la Côte Fleurie et donc de la fermeture de l’unité SSR à Équemauville, les patients ont décidé de réagir afin de sensibiliser la direction à ce changement qui, selon les patients, pourrait être préjudiciable à la qualité des prises en charges.

 

« Nous, patients de l’unité de SSR Nutrition d’Equemauville
hospitalisés du 22 janvier au 9 février 2024,  tenons à vous faire part de notre incompréhension quant à la fermeture de cette unité 
au 4 mars prochain.
Nous ne comprenons pas cette décision parce qu’alors que nous sommes dans la dernière semaine d’hospitalisation, les effets bénéfiques sur notre santé sont déjà probants.
 Pour exemple,  au moins deux patients particulièrement handicapés à leur arrivée ont retrouvé une mobilité importante, ce qui modifie durablement leurs capacités et leur santé. C’est notamment grâce à l’activité physique pratiquée chaque jour. Les dépistages de l’apnée du sommeil ont aussi permis des détections avec des prises en charge immédiate, éloignant le risque d’AVC notamment. 
Autre exemple :
une patiente a découvert la presso-thérapie grâce au matériel du
service et poursuivra ce traitement à l’issue de l’hospitalisation. Plusieurs autres ont découvert les vêtements spécifiques liés à l’obésité ce qui modifie la posture et diminue les problèmes de dos. 
L’équipe pluridisciplinaire (médecin, infirmières, aides-soignantes,
diététiciennes, psychologues, psychiatre, kinés, coaches d’activité
physique adaptée), présente sur place facilite la circulation de
 l’information, l’accélération de la prise en charge et l’orientation 
judicieuse, les traitements sont immédiatement effectifs comme des ajustements de traitements anti douleurs. 
Par ailleurs, 3 semaines d’hospitalisation hors des soucis du quotidien nous semblent nécessaires pour se déconnecter
 d’habitudes alimentaires et comportementales néfastes,  ce qui ne serait pas possible en hospitalisation de jour, pas suffisant pour instiller un changement durable.
Nous sommes dans notre groupe  80 % à résider à plus d’une heure du centre SSR et avec nos pathologies, nous ne pourrions venir régulièrement en voiture en hôpital de jour.
Demain, quel service prendra en charge des patients avec des profils similaires aux nôtres, de Caen, Bayeux, Cherbourg ou encore Paris ?
 De fait, avec la fermeture du SSR Nutrition, nous ne disposons plus dans les départements bas-normands de prise en charge en lien avec notre IMC, le CHU de Caen se concentrant sur les obésités sévères morbides et limitées avant 50 ans. Demain, quelle réponse pour des patients comme nous ?
Notre vie a-t-elle une valeur ? Sans cette prise en charge de qualité, combien auront une espérance de vie réduite ? Etes-vous prêt à assumer cette responsabilité ? 
Parmi les aspects que seule une hospitalisation longue permet , nous tenons à mettre en avant la dynamique de groupe qui permet une expression sans gêne de nos difficultés et un soutien entre patients. 
Cela n’existe que par la forme de cette cure de plusieurs semaines. Un patient obèse est bien souvent seul face à sa maladie pour rappel. 
Dans un service confortable avec des outils de travail adaptés, nous tenons à mettre en lumière la bienveillance de l’équipe et sa cohérence dans les messages à l’égard des patients.
Enfin, nous tenons à vous signifier que la prise en charge hospitalière pendant plusieurs semaines constitue le dernier espoir pour certains d’entre nous avant une chirurgie bariatrique qui est une intervention agressive pour l’organisme et qui coûte cher à la collectivité. Un argument qu’on entend souvent quand il s’agit de fermer ou de réduire l’activité  d’un service.
Alors que l’obésité se développe et que notre région est parmi les
plus concernées, que par ailleurs le gouvernement la définit
comme cause nationale, nous nous interrogeons sur le sens de
cette décision à contre-courant du discours officiel. »

Signataires : Les patients de la cure du 22 janvier au 9 février 2024

Article précédentHonfleur : « Le roule ta bosse », quitte le quai.
Article suivantA Honfleur les travaux vont bon train…