« Le livre des sœurs » d’Amélie Nothomb

1086

Après réflexion, c’est crédible. Je me suis posé la question comme vous vous la poserez. Est-ce qu’une enfant de 4 ans et demi peut prendre totalement en charge un nouveau-né. J’ai essayé de me souvenir de mes 4 ans, j’aurais pu ou pas pu ? C’est possible, Tristane est présentée comme une enfant à haut potentiel intellectuel. Mais quand même, la narratrice lui prête une expérience que même une surdouée n’aura pas acquise à 4 ans même au contact de la tante Bobette. Il ne faut pas exagérer tout de même.
Un couple si fusionnel qu’il n’y a aucune place pour qui que ce soit d’autre. Et les petites filles qui naissent à 4 ans d’écart, ne peuvent qu’elles aussi, vivre en autarcie à côté de leurs parents mais pas avec. Tristane, petite fille terne, dont le manque d’éclat est dû sans doute au manque l’amour de ses parents, découvre à la naissance de sa petite sœur Laëticia, l’amour : « deux planètes s’alignèrent de façon si exacte que s’éleva audible pour ces seules enfançonnes, une musique qui ne devait jamais s’assouvir »
Une ode , un conte autour des sœurs et autour des mots.
Il n’y a pas d’unité dans le récit, qui passe de la mièvrerie d’un style enfantin à un style très journalistique. Est-ce voulu ou pas ?
« Le livre des sœurs » d’Amélie Nothomb aux Edts Albin Michel

Article précédentLa Chronique TV de Serge du 15 au 21 avril 2023
Article suivantLes animations pour les vacances