Honfleur : Une double exposition à la galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski

704
@Honfleurinfos : Danielle Bourdette et l'artiste Jean-Yves Gosti quelques minutes avant le vernissage de l'exposition...

Une fois de plus, la galerie d’arts Danielle Bourdette-Gorzkowski fait l’actualité en accueillant deux artistes pour une exposition consacrée à Christophe Miralles et Jean-Yves Gosti.
Lors du vernissage, le public a pu découvrir ou redécouvrir les œuvres de ces deux artistes.
Sur la présentation des deux artistes, on lit de la plume de Ali Kettani, journaliste : « Les personnages de Christophe Miralles, aux postures d’une noblesse frisant l’intimidation, conscients d’une humanité en sursis, prennent part au carrousel immobile de la chair qui fond avant de se régénérer. » Des jurys de pairs, eux-mêmes éprouvés par la vie et par conséquent tout à fait inaptes à juger, capables simplement de témoigner, d’assister. Des stations entre contemplation et communion, une concertation silencieuse, complice et dénuée de sanction, des visages remués partageant solennellement l’indicible de l’expérience humaine, face à la rupture, à la nécessité de vivre. » Sous la plume de la journaliste Armelle Bajard, elle souligne la créativité de Jean-Yves Gosti : « 
Jean-Yves Gosti : un précieux et singulier alliage de force et de fragilité, l’estampille même du sculpteur, d’un art qui ne chipote pas. Si la vie se révèle parfois une tragédie pouvant prêter à sourire, la création chez cet artiste emprunte volontiers les traits d’une humanité protéiforme et partagée, tour à tour burlesque ou intensément dramatique. Ces déchirements, ces affrontements, le sculpteur les sublime dans son art et fraie la voie d’un cheminement à travers deuils et fêlures. Au rythme des ruptures qui ont traversé sa vie, des visages et des corps sont nés de la pierre…

Pratique
Une double exposition ouverte à tous depuis le 6 juillet jusqu’au 4 août. Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, 5 quai Saint-Étienne à Honfleur

 

Article précédentLes planches de Deauville, un anniversaire centenaire pas comme les autres
Article suivantAblon : il reste de la place pour le centre aéré…